Séance n°4 le 27 novembre 2015 v. 59-78.

Homéristes présents : Claire Guillot, Jean Lallot, Giuseppe Samonà, Roberto Salazar-Morales.

ὣς ἐφάμην, ὁ δέ μ᾽ οἰμώξας ἠμείβετο μύθῳ:
‘60 διογενὲς Λαερτιάδη, πολυμήχαν᾽ Ὀδυσσεῦ,
ἆσέ με δαίμονος αἶσα κακὴ καὶ ἀθέσφατος οἶνος.
Κίρκης δ᾽ ἐν μεγάρῳ καταλέγμενος οὐκ ἐνόησα
ἄψορρον καταβῆναι ἰὼν ἐς κλίμακα μακρήν,
ἀλλὰ καταντικρὺ τέγεος πέσον: ἐκ δέ μοι αὐχὴν
65 ἀστραγάλων ἐάγη, ψυχὴ δ᾽ Ἄϊδόσδε κατῆλθε.
νῦν δέ σε τῶν ὄπιθεν γουνάζομαι, οὐ παρεόντων,
πρός τ᾽ ἀλόχου καὶ πατρός, ὅ σ᾽ ἔτρεφε τυτθὸν ἐόντα,
Τηλεμάχου θ᾽, ὃν μοῦνον ἐνὶ μεγάροισιν ἔλειπες:
οἶδα γὰρ ὡς ἐνθένδε κιὼν δόμου ἐξ Ἀίδαο
70 νῆσον ἐς Αἰαίην σχήσεις ἐυεργέα νῆα:
ἔνθα σ᾽ ἔπειτα, ἄναξ, κέλομαι μνήσασθαι ἐμεῖο.
μή μ᾽ ἄκλαυτον ἄθαπτον ἰὼν ὄπιθεν καταλείπειν
νοσφισθείς, μή τοί τι θεῶν μήνιμα γένωμαι,
ἀλλά με κακκῆαι σὺν τεύχεσιν, ἅσσα μοι ἔστιν,
75 σῆμά τέ μοι χεῦαι πολιῆς ἐπὶ θινὶ θαλάσσης,
ἀνδρὸς δυστήνοιο καὶ ἐσσομένοισι πυθέσθαι.
ταῦτά τέ μοι τελέσαι πῆξαί τ᾽ ἐπὶ τύμβῳ ἐρετμόν,
τῷ καὶ ζωὸς ἔρεσσον ἐὼν μετ᾽ ἐμοῖς ἑτάροισιν.

v. 61: ἀθέσφατος οἶνος: cette expression, assez déroutante, signifie littéralement «un vin dont les dieux mêmes ne sauraient exprimer la qualité».

v. 63-64 : il y a une opposition entre ἄψορρον (en arrière, en sens inverse), et καταντικρύ (tout droit en avant), dont on peut également faire une préposition suivie du génitif τέγεος.

v. 64 : ἐκ δέ : plusieurs constructions possibles : ἐκ δέ (et ensuite), ἐξεάγη (cette hypothèse est appuyée par l’Iliade, chant V, v. 161, où le verbe ἐξάγνυμι est également employé).

v. 65 : ἀστραγάλων : génitif qui se rapporte à αὐχήν, l’ensemble de l’expression signifiant « l’os du cou » ou « les vertèbres du cou » ; cela distingue la gorge et les vertèbres.

v. 66 : τῶν ὄπιθεν : génitif de supplication. Cette expression pourrait désigner les gens qui ne sont pas encore morts, mais il est plus vraisemblable qu’il s’agisse de ceux qui sont restés en arrière, à Ithaque, qui n’ont donc pas fait le voyage de Troie.

v. 70 : σχήσεις : ἔχω a ici le sens de « diriger », « tenir », « piloter » ; ce sens est attesté aussi bien pour un cheval que pour un bateau.

v. 71 : κέλομαι : on est passé de la supplication exprimée par γουνάζομαι à un ton plus incisif. Elpénor apparaît progressivement comme une sorte d’anti-héros : lui simple rameur, qui n’a accompli aucun exploit avant de mourir en tombant d’un toit, sans aucune noblesse, demande et exige des honneurs funéraires dignes des plus grands.

 v. 72 : ἰών : la présence de ce participe rend nécessaire l’interprétation des infinitifs comme des infinitifs à valeur impérative, et non comme ds infinitifs compléments de κέλομαι.

v. 73 : μήνιμα : ce terme, qui signifie « cause de colère, de ressentiment » ou « offense grave » crée un parallèle avec les trois derniers livres de l’Iliade, car le même terme se retrouve dans la bouche d’Hector. Elpénor se livre peut-être à une sorte de chantage : si on le néglige, les dieux se mettront en colère.

v. 76 : ἀνδρὸς δυστήνοιο (génitif) est mis sur le même plan que le datif ἐσσομένοις. On note dans les derniers vers de la tirade d’Elpénor une insistance sur le tombeau comme signe intangible du souvenir, comme le manifeste également la rame visible à tous comme le reste de ce qu’a été Elpénor vivant.


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *