Séance n°5 le 11 décembre 2015 v. 79-96.

Homéristes présents : Jean Lallot, Giuseppe Samonà, Roberto Salazar-Morales, Claire Guillot, Marine Glénisson.

ὣς ἔφατ᾽, αὐτὰρ ἐγώ μιν ἀμειβόμενος προσέειπον:
80 ταῦτά τοι, ὦ δύστηνε, τελευτήσω τε καὶ ἔρξω.’
νῶι μὲν ὣς ἐπέεσσιν ἀμειβομένω στυγεροῖσιν
ἥμεθ᾽, ἐγὼ μὲν ἄνευθεν ἐφ᾽ αἵματι φάσγανον ἴσχων,
εἴδωλον δ᾽ ἑτέρωθεν ἑταίρου πόλλ᾽ ἀγόρευεν:
ἦλθε δ᾽ ἐπὶ ψυχὴ μητρὸς κατατεθνηυίης,
85 Αὐτολύκου θυγάτηρ μεγαλήτορος Ἀντίκλεια,
τὴν ζωὴν κατέλειπον ἰὼν εἰς Ἴλιον ἱρήν.
τὴν μὲν ἐγὼ δάκρυσα ἰδὼν ἐλέησά τε θυμῷ:
ἀλλ᾽ οὐδ᾽ ὣς εἴων προτέρην, πυκινόν περ ἀχεύων,
αἵματος ἆσσον ἴμεν, πρὶν Τειρεσίαο πυθέσθαι.
90 ἦλθε δ᾽ ἐπὶ ψυχὴ Θηβαίου Τειρεσίαο
χρύσεον σκῆπτρον ἔχων, ἐμὲ δ᾽ ἔγνω καὶ προσέειπεν:
‘διογενὲς Λαερτιάδη, πολυμήχαν᾽ Ὀδυσσεῦ,
τίπτ᾽ αὖτ᾽, ὦ δύστηνε, λιπὼν φάος ἠελίοιο
ἤλυθες, ὄφρα ἴδῃ νέκυας καὶ ἀτερπέα χῶρον;
95 ἀλλ᾽ ἀποχάζεο βόθρου, ἄπισχε δὲ φάσγανον ὀξύ,
αἵματος ὄφρα πίω καί τοι νημερτέα εἴπω.

 

ν. 80 : la réplique d’Ulysse au long discours d’Elpénor ne fait qu’un vers, comme s’il gardait ses distances face à ce personnage qui, tout jeune qu’il était, et peu courageux, réclame des honneurs funèbres dignes d’un grand héros. Néanmoins, il continue sa conversation avec lui au-delà de cette réponse lapidaire, comme le montre le participe ἀμειβομένω, dont la forme duelle semble suggérer une relation étroite entre les protagonistes.

ν. 82 : ἄνευθεν: « de mon côté », est ici en corrélation avec ἑτέρωθεν (v. 83).
ἴσχων : on observe une dissymétrie dans le balancement μέν… δέ, où le verbe conjugué se trouve dans la partie introduite par δέ.

v. 83 : εἴδωλον: y a-t-il une nuance de sens entre ψυχή et ce terme ? On a pu suggérer que ces termes renvoyaient à plusieurs traditions religieuses entremêlées. Ψυχή désigne à l’origine un souffle, et insiste peut-être sur le fait même d’être mort, tandis qu’εἴδωλον, dont la racine renvoie à la vision, sert peut-être seulement à insister sur le fait qu’on voit une forme devant soi. Du reste, rien chez Homère ne permet de savoir comment, selon lui, l’âme quitte le corps, et on peut se demander s’il faut déjà comprendre, chez lui, ψυχή comme opposée à σῶμα.
Πολλ᾽ἀγόρευεν : le discours d’Elpénor continue manifestement longtemps après que le poète a cessé de nous faire connaître ses propos. Rien ne permet par ailleurs de préciser ce qu’il advient de lui quand la mère d’Ulysse, puis Tirésias, s’avancent à leur tour vers la fosse. Le flot de paroles du personnage donne d’ailleurs l’impression que pendant la conversation d’Elpénor et d’Ulysse, une foule de morts a défilé, parmi lesquels Ulysse a uniquement reconnu sa mère.

v. 84 : ἦλθε δ᾽ἐπὶ ψυχή: cette expression revient à plusieurs reprises dans le texte et produit l’effet d’une sorte de refrain.

v. 87 : δάκρυσα: ces larmes n’ont pas de sens rituel, il s’agit plutôt d’une réaction expansive créée par une forte émotion. Cet instant d’émotion devant les morts qui nous croisent est une sorte de τόπος très utilisé dans les épopées contemporaines de l’Odyssée, qui mettent elles aussi en scène des nékuias, notamment celles qui sont liées au cycle d’Héraclès.

v. 90-96 : Tirésias est le seul, parmi les morts, à avoir gardé sa tête et à être capable de parler et de reconnaître Ulysse avant de boire le sang, comme l’annonçait d’ailleurs Circé à la fin du chant X. il a apparemment gardé ses fonctions de devin dans le monde des morts, ce que souligne peut-être la mention du sceptre d’or qu’il a dans les mains.

v. 91 : ἔχων: ce substantif masculin devrait avoir pour sujet ψυχή, mais il s’est produit un glissement grammatical significatif : Ulysse n’a plus une âme sous les yeux, mais Tirésias lui-même qu’il a reconnu à certains de ses attributs.

v. 94 : ἴδῃ (subjonctif de forme moyenne). Une variante donne ἴδῃς (subjonctif de forme active). Les deux solutions aboutissent à un sens identique. Selon Kirk cependant, citant les travaux de J. Bechert, ἴδῃ serait meilleur que ἴδῃς.
ἀτερπέα χῶρον : ce lieu sans joie, sans charme, sans jouissance,  renforce l’impression que les morts vivent aux Enfers une vie similaire à celle qu’ils avaient sur terre, mais simplement plus terne, tandis qu’eux-mêmes sont privés de toute force (ils sont d’ailleurs épuisés (καμόντων).


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *