Séance n°6 le 8 janvier 2016 v. 97-125.

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Giuseppe Samonà, Claire Guillot, Octave Boczkowski, Marine Glénisson.

ὣς φάτ᾽, ἐγὼ δ᾽ ἀναχασσάμενος ξίφος ἀργυρόηλον
κουλεῷ ἐγκατέπηξ᾽. ὁ δ᾽ ἐπεὶ πίεν αἷμα κελαινόν,
καὶ τότε δή μ᾽ ἐπέεσσι προσηύδα μάντις ἀμύμων·
100 νόστον δίζηαι μελιηδέα, φαίδιμ᾽ Ὀδυσσεῦ·
τὸν δέ τοι ἀργαλέον θήσει θεός· οὐ γὰρ ὀίω
λήσειν ἐννοσίγαιον, τοι κότον ἔνθετο θυμῷ
χωόμενος ὅτι οἱ υἱὸν φίλον ἐξαλάωσας.
ἀλλ᾽ ἔτι μέν κε καὶ ὣς κακά περ πάσχοντες ἵκοισθε,
105 αἴ κ᾽ ἐθέλῃς σὸν θυμὸν ἐρυκακέειν καὶ ἑταίρων,
ὁππότε κε πρῶτον πελάσῃς ἐυεργέα νῆα
Θρινακίῃ νήσῳ, προφυγὼν ἰοειδέα πόντον,
βοσκομένας δ᾽ εὕρητε βόας καὶ ἴφια μῆλα
Ἠελίου, ὃς πάντ᾽ ἐφορᾷ καὶ πάντ᾽ ἐπακούει.
110 τὰς εἰ μέν κ᾽ ἀσινέας ἐάᾳς νόστου τε μέδηαι,
καί κεν ἔτ᾽ εἰς Ἰθάκην κακά περ πάσχοντες ἵκοισθε·
εἰ δέ κε σίνηαι, τότε τοι τεκμαίρομ᾽ ὄλεθρον,
νηί τε καὶ ἑτάροις. αὐτὸς δ᾽ εἴ πέρ κεν ἀλύξῃς,
ὀψὲ κακῶς νεῖαι, ὀλέσας ἄπο πάντας ἑταίρους,
115 νηὸς ἐπ᾽ ἀλλοτρίης· δήεις δ᾽ ἐν πήματα οἴκῳ,
ἄνδρας ὑπερφιάλους, οἵ τοι βίοτον κατέδουσι
μνώμενοι ἀντιθέην ἄλοχον καὶ ἕδνα διδόντες.
ἀλλ᾽ ἦ τοι κείνων γε βίας ἀποτίσεαι ἐλθών:
αὐτὰρ ἐπὴν μνηστῆρας ἐνὶ μεγάροισι τεοῖσι
120 κτείνῃς ἠὲ δόλῳ ἢ ἀμφαδὸν ὀξέι χαλκῷ,
ἔρχεσθαι δὴ ἔπειτα λαβὼν ἐυῆρες ἐρετμόν,
εἰς ὅ κε τοὺς ἀφίκηαι οἳ οὐκ ἴσασι θάλασσαν
ἀνέρες, οὐδέ θ᾽ ἅλεσσι μεμιγμένον εἶδαρ ἔδουσιν·
οὐδ᾽ ἄρα τοί γ᾽ ἴσασι νέας φοινικοπαρῄους
125 οὐδ᾽ ἐυήρε᾽ ἐρετμά, τά τε πτερὰ νηυσὶ πέλονται.

On remarque, tout au long du texte, une série d’échos sémantiques et de reprises de termes qui créent un réseau poétique et sensé au sein de la tirade de Tirésias. Ce phénomène se retrouve dans de nombreux passages du texte d’Homère. on peut citer par exemple ἀσινέας (v. 110)/σίνηαι (v. 112), κατέδουσι (v. 116)/εἶδαρ ἔδουσιν (v. 123), ou encore la répétition de ἴσασι (v. 122 et 124) et de ἐρετμόν (v. 121 et 125).

v. 102 : Le sujet de λήσειν est tout naturellement τὸν δὲ (νόστον) qui commence au v.101 la phrase précédente et qui sert encore pour celle-ci. Les scholies glosent d’ailleurs notre vers en ce sens.

ὅ : l’article prend le sens d’un relatif.

v. 104 : ἴκοισθε sans complément est, semble-t-il très rare ; il faut sans doute suppléer un nom de lieu, probablement εἰς Ἰθάκην, comme au v. 111.

On retrouve les v. 104 et 111 au chant XII de l’Odyssée, v. 137 et 141.

v. 109 : ce vers se retrouve au chant XII, v. 323 de l’Odyssée et au chant III, v. 277 de l’Iliade.

v. 104-111 : comment comprendre l’emploi de l’optatif potentiel ? Le devin semble particulièrement prudent dans le tableau qu’il présente à Ulysse de ses épreuves futures. L’optatif note sans doute une pure hypothèse, dont la réalisation effective n’est presque pas envisagée, et de fait, ces deux vers encadrent l’énoncé d’un choix que les compagnons d’Ulysse ne feront pas, celui de laisser intactes les vaches du soleil. Cette alternative faussée, puisque le choix n’est qu’apparent, alors que tout est déjà décidé, n’est pas sans rappeler le choix d’Achille entre une vie longue et obscure et une vie glorieuse mais brève.

v. 112 : τεκμαίρομαι: les scholies glosent ce terme de deux façons : il signifierait soit « je pense que cela s’accomplira », soit « j’annonce à l’avance en sachant clairement », puisque τεκμήριον, d’après les scholiastes, est par définition un signe clair, σαφές.

v. 113 : à partir de αὐτός, la prédiction de Tirésias se centre sur Ulysse et le potentiel disparaît au profit d’un système au futur : on a alors la certitude que tout s’accomplira comme le prédit Tirésias, et que le retour du héros à Ithaque sera solitaire, car il subira la perte de ses compagnons.

v. 114 : ὀψὲ κακῶς: le délai d’Ulysse, comme le remarquent les scholies, est dû aux sept années qu’il passe chez Calypso. Il est assez surprenant de trouver deux adverbes sans lien de coordination. Peut-être les deux adverbes ne sont-ils pas sur le même plan : (ὀψὲ (κακῶς-νεῖαι)) ‘tu feras tardivement un retour-malheureux’.

ὀλέσας ἄπο : anastrophe.

v. 115 : ἐν πήματα οἴκῳ: l’insertion d’un mot de sens plein entre la préposition et son régime n’est pas fréquente (cf. Kühner-Gerth 1.733 qui citent cependant quelques tours parallèles : Θ 115 Ν 829; voir aussi ζ 167, κ 290).

v. 120 : ἠὲ δόλῳ ἢ ἀμφαδόν: ἀμφαδόν aide à préciser ce que Tirésias entend par « la ruse » : il s’agit manifestement de tout ce que l’on fait avec une certaine dissimulation. L’alternative ἠέ… ἤ a paru étrange aux scholiastes, qui proposent d’interpréter ἤ comme un καί, et d’établir un lien chronologique entre les actions d’Ulysse, qui agirait tout d’abord par la ruse, avant de perpétrer aux yeux de tous le meurtre sauvage des prétendants. De plus, ajoutent les scholies, un devin sait tout et ne peut donc hésiter entre deux moyens d’action. Mais dans les faits, on observe qu’Ulysse, à la fin de l’Odyssée, vient effectivement à bout de certains des prétendants en les attirant dans un piège, tandis que la plupart succombent au grand jour sous ses coups. L’alternative proposée par Tirésias participe peut-être, en outre, de la stratégie narrative qu’il a mise en place au début de sa tirade, présentant le destin d’Ulysse comme une série de possibles et de choix qui n’en sont pas vraiment.

v. 121 : Ulysse prend une rame et se rend à pied chez le peuple qui ne connaît pas la navigation.

ἔρχεσθαι est employé dans le sens d’un impératif.

v. 122 : οὐκ ἴσασι: certaines éditions, notamment celle de V. Bérard aux Belles Lettres (CUF), donnent οὐ ἴσασι; le hiatus est évité par la présence du digamma devant ἴσασι. La forme ἴσασι doit être scandée avec une syllabe initiale longue ; de même au v. 124. L’ι étant étymologiquement bref, on a supposé que la forme recouvrait un * ἴσσασι (que Chantraine, GH 1. 179, explique curieusement par un hypothétique *ἰδ-σασι. Autre explication, à partir du plus-que-parfait ἴσαν < *ἰσσαν < *ἰδ-σαν, dans Schwyzer 1.773 ; mais ἴσαν a toujours une initiale brève dans Homère). Quant à ἴσασι(ν), attesté 17 fois dans Homère, il se scande 10 fois avec longue initiale (Ψ 312, β 283, etc.) et 7 fois avec brève (Ζ 151, β 211, etc.). Pas facile de conclure…


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *