Séance 8 le 12 février 2016 v. 150-179

Homéristes présents: Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Octave Boczkowski, Claire Guillot, Marine Glénisson.

150 ὣς φαμένη ψυχὴ μὲν ἔβη δόμον Ἄϊδος εἴσω
Τειρεσίαο ἄνακτος, ἐπεὶ κατὰ θέσφατ᾽ ἔλεξεν·
αὐτὰρ ἐγὼν αὐτοῦ μένον ἔμπεδον, ὄφρ᾽ ἐπὶ μήτηρ
ἤλυθε καὶ πίεν αἷμα κελαινεφές· αὐτίκα δ᾽ ἔγνω,
καί μ᾽ ὀλοφυρομένη ἔπεα πτερόεντα προσηύδα·
155 τέκνον ἐμόν, πῶς ἦλθες ὑπὸ ζόφον ἠερόεντα
ζωὸς ἐών; χαλεπὸν δὲ τάδε ζωοῖσιν ὁρᾶσθαι.
μέσσῳ γὰρ μεγάλοι ποταμοὶ καὶ δεινὰ ῥέεθρα,
Ὠκεανὸς μὲν πρῶτα, τὸν οὔ πως ἔστι περῆσαι
πεζὸν ἐόντ᾽, ἢν μή τις ἔχῃ ἐυεργέα νῆα.
160 ἦ νῦν δὴ Τροίηθεν ἀλώμενος ἐνθάδ᾽ ἱκάνεις
νηί τε καὶ ἑτάροισι πολὺν χρόνον; οὐδέ πω ἦλθες
εἰς Ἰθάκην, οὐδ᾽ εἶδες ἐνὶ μεγάροισι γυναῖκα;
ὣς ἔφατ᾽, αὐτὰρ ἐγώ μιν ἀμειβόμενος προσέειπον·
‘μῆτερ ἐμή, χρειώ με κατήγαγεν εἰς Ἀίδαο
165 ψυχῇ χρησόμενον Θηβαίου Τειρεσίαο·
οὐ γάρ πω σχεδὸν ἦλθον Ἀχαιΐδος, οὐδέ πω ἁμῆς
γῆς ἐπέβην, ἀλλ᾽ αἰὲν ἔχων ἀλάλημαι ὀιζύν,
ἐξ οὗ τὰ πρώτισθ᾽ ἑπόμην Ἀγαμέμνονι δίῳ
Ἴλιον εἰς ἐύπωλον, ἵνα Τρώεσσι μαχοίμην.
170 ἀλλ᾽ ἄγε μοι τόδε εἰπὲ καὶ ἀτρεκέως κατάλεξον·
τίς νύ σε κὴρ ἐδάμασσε τανηλεγέος θανάτοιο;
ἦ δολιχὴ νοῦσος, ἦ Ἄρτεμις ἰοχέαιρα
οἷς ἀγανοῖς βελέεσσιν ἐποιχομένη κατέπεφνεν;
εἰπὲ δέ μοι πατρός τε καὶ υἱέοςὃν κατέλειπον,
175 ἢ ἔτι πὰρ κείνοισιν ἐμὸν γέρας, ἦέ τις ἤδη
ἀνδρῶν ἄλλος ἔχει, ἐμὲ δ᾽ οὐκέτι φασὶ νέεσθαι.
εἰπὲ δέ μοι μνηστῆς ἀλόχου βουλήν τε νόον τε,
ἠὲ μένει παρὰ παιδὶ καὶ ἔμπεδα πάντα φυλάσσει
ἦ ἤδη μιν ἔγημεν Ἀχαιῶν ὅς τις ἄριστος.

v. 151 : θέσφατα : V. Bérard, dans l’édition des Belles Lettres, remarque que les prophéties qu’Ulysse a tirées de Tirésias ne peuvent pas l’aider concrètement, contrairement à ce que semblait annoncer Circé, à rentrer à Ithaque. C’est elle-même, au chant XII, qui lui apportera une aide plus concrète.

v. 157-159 : les scholiastes athétisent ces vers. Certains d’entre eux mettent en avant le fait qu’ils décrivent une géographie infernale, alors qu’Ulysse ne se rend pas aux enfers mais reste en-deçà du royaume d’Hadès.

v. 157 : μέσσῳ : « au milieu », façon sans doute de désigner ce qui se trouve entre les deux mondes, celui des vivants et celui des morts. La mention des larges fleuves à franchir fait dire à certains scholiastes qu’Anticlée pense qu’Ulysse est venu à travers l’Italie, pays réputé pour être traversé par de vastes cours d’eau.

v. 158 : Ὠκεανὸς μὲν πρῶτα : malgré le début d’énumération marqué par πρῶτα, Anticlée ne nomme aucun autre cours d’eau, ce que ne manquent pas de relever les scholies. L’Océan, qui englobe toute la terre et marque les limites du monde, doit être atteint pour arriver au domaine des morts, comme le disait déjà Circé (Od., Chant X, v. 511).

v. 159 : πέζον ἐόντ᾽ : cette précision est jugée γελοῖον par certains scholiastes, car il est risible d’envisager la possibilité de traverser à pied tant de fleuves si vastes. Ulysse pourtant faisait déjà cette même remarque à Elpénor au v. 58 du chant XI de l’Odyssée, s’étonnant qu’il fût venu à pied tandis que lui avait pris un bateau. L’alternative venir à pied/venir en bateau est peut-être ainsi une manière formulaire de demander à un arrivant de quelle façon il a fait le voyage.

v. 172-173 : Artémis apporte la mort par de doux traits (ἀγανοῖσι βέλεσσιν) ; selon les scholiastes, il s’agirait d’une opposition à δολιχὴ νοῦσος (v. 172), la « longue maladie », car les flèches de la déesse tuent instantanément, et ce qui est instantané est aussi dépourvu de souffrance, donc doux. Selon certains commentateurs anciens, il pourrait aussi s’agir d’une allusion à la lune, à laquelle Artémis est associée, réputée apporter certaines maladies.

v. 174 : la construction λέγω + génitif sans préposition est rare chez Homère ; il faut manifestement la comprendre comme équivalente à λέγω περί + Gen. Le génitif seul est en revanche courant pour des verbes comme πυνθάνομαι, lorsqu’il s’agit de demander des informations sur quelqu’un, ce qu’Ulysse fait effectivement ici.

ὃν κατέλειπον : le scholiaste Aristophane proposait de lire οὓς κατέλειπον, puisque le père autant que le fils d’Ulysse est concerné par cette relative. L’imparfait ici ne sert pas manifestement pas à marquer la durée.

v. 175 : ἐμὸν γέρας : il s’agit sans doute des honneurs, des privilèges et des objets spécifiques qui désignent un individu comme un roi ; Ulysse ici envisage deux attitudes possibles à face à ce γέρας : soit la possession lui en reste par l’intermédiaire de ses garants, son fils et son père, soit, dans l’éventualité où on le croirait mort, un autre les a reçus. La même alternative entre la stabilité et le changement de situation dû à la mort d’Ulysse se retrouve dans le cas de Pénélope, qui peut tout aussi bien avoir tout laissé en état (ἔμπεδα), stabilité soulignée par les verbes μένει et φυλάσσει (v. 178), ou bien avoir épousé à un autre homme.

v. 177 : les scholies ont noté qu’Ulysse interroge sa mère sur Pénélope en dernier, et qu’Anticlée, elle, répond sur ce sujet en premier. Ils interprètent cet ordre des propos comme une réticence d’Ulysse devant les mauvaises dispositions générales des belles-mères envers leurs belles-filles, mais cela ne tient pas vraiment compte du fait qu’Anticlée, au v. 162, sans doute par sollicitude maternelle, avait la première interrogé Ulysse sur Pénélope.


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *