Séance 10 le 11 mars 2016 v. 209-234

Homéristes présents: Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Octave Boczkowski, Claire Guillot, Giuseppe Samonà, Marine Glénisson.

καί μιν φωνήσας ἔπεα πτερόεντα προσηύδων·
210 μῆτερ ἐμή, τί νύ μ᾽ οὐ μίμνεις ἑλέειν μεμαῶτα,
ὄφρα καὶ εἰν Ἀίδαο φίλας περὶ χεῖρε βαλόντε
ἀμφοτέρω κρυεροῖο τεταρπώμεσθα γόοιο;
ἦ τί μοι εἴδωλον τόδ᾽ ἀγαυὴ Περσεφόνεια
ὤτρυν᾽, ὄφρ᾽ ἔτι μᾶλλον ὀδυρόμενος στεναχίζω;
215 ὣς ἐφάμην, ἡ δ᾽ αὐτίκ᾽ ἀμείβετο πότνια μήτηρ·
‘ὤ μοι, τέκνον ἐμόν, περὶ πάντων κάμμορε φωτῶν,
οὔ τί σε Περσεφόνεια Διὸς θυγάτηρ ἀπαφίσκει,
ἀλλ᾽ αὕτη δίκη ἐστὶ βροτῶν, ὅτε τίς κε θάνῃσιν·
οὐ γὰρ ἔτι σάρκας τε καὶ ὀστέα ἶνες ἔχουσιν,
220 ἀλλὰ τὰ μέν τε πυρὸς κρατερὸν μένος αἰθομένοιο
δαμνᾷ, ἐπεί κε πρῶτα λίπῃ λεύκ᾽ ὀστέα θυμός,
ψυχὴ δ᾽ ἠύτ᾽ ὄνειρος ἀποπταμένη πεπότηται.
ἀλλὰ φόωσδε τάχιστα λιλαίεο· ταῦτα δὲ πάντα
ἴσθ᾽, ἵνα καὶ μετόπισθε τεῇ εἴπῃσθα γυναικί.
225 νῶι μὲν ὣς ἐπέεσσιν ἀμειβόμεθ᾽, αἱ δὲ γυναῖκες
ἤλυθον, ὤτρυνεν γὰρ ἀγαυὴ Περσεφόνεια,
ὅσσαι ἀριστήων ἄλοχοι ἔσαν ἠδὲ θύγατρες.
αἱ δ᾽ ἀμφ᾽ αἷμα κελαινὸν ἀολλέες ἠγερέθοντο,
αὐτὰρ ἐγὼ βούλευον ὅπως ἐρέοιμι ἑκάστην.
230 ἥδε δέ μοι κατὰ θυμὸν ἀρίστη φαίνετο βουλή·
σπασσάμενος τανύηκες ἄορ παχέος παρὰ μηροῦ
οὐκ εἴων πίνειν ἅμα πάσας αἷμα κελαινόν.
αἱ δὲ προμνηστῖναι ἐπήισαν, ἠδὲ ἑκάστη
ὃν γόνον ἐξαγόρευεν· ἐγὼ δ᾽ ἐρέεινον ἁπάσας.

v. 211-212 : Homère recourt assez librement au duel (ainsi, χεῖρε est au duel tandis que son épithète φίλας est au pluriel, car à l’époque d’Homère, la forme duel aux cas directs n’existait pas encore pour la déclinaison en ᾱ). On peut peut-être voir dans son emploi le désir d’Ulysse de ne faire plus qu’un avec sa mère dans l’étreinte qu’il désire mais ne peut obtenir.*

v. 213 : εἴδωλον: il y a sans doute un jeu sur ce terme : Anticlée est bien une εἴδωλον, car c’est une apparition qui se manifeste aux yeux d’Ulysse, mais ce dernier y attache en plus un sème de tromperie, en se demandant si elle est suscitée par Perséphone ; cela nous est confirmé par le v. 217, où Anticlée, pour le détromper, déclare οὔ τί σε Περσεφόνεια… ἀπαφίσκει (« Perséphone ne te trompe en rien »). Ulysse semble dans ce passage se comporter comme s’il était encore dans le monde des vivants, voulant serrer dans ses bras des êtres qui n’obéissent plus aux mêmes règles que lui : il semble ainsi oublier que sa mère est une ψυχή, et s’étonner qu’elle soit aussi inconsistante qu’une εἴδωλον et σκιῇ εἴκελον ἢ καὶ ὀνείρῳ (« semblable à une ombre ou à un rêve » (v. 207)). Sa mère, dans sa réponse, va donc lui expliquer les règles (δίκη (v. 218)) qui régissent le royaume des morts.

ἀγαυὴ Περσεφόνεια : la femme d’Hadès est, dans les paroles d’Ulysse, l’orchestratrice de ce qui prend place aux Enfers, rôle qui lui est de nouveau conféré au v. 226, où le même verbe, ὤτρυνεν, sert à désigner le mouvement qu’elle suscite chez les morts.

v. 219 : ἶνες: il s’agit de ce qui détient la force dans un corps, de ce qui lui donne son énergie ; dans la mort, cela ne peut plus maintenir en place os et chairs.

v. 220 : τὰ μέν reprend l’ensemble σάρκάς τε καὶ ὀστέα (ν. 219) : les éléments constitutifs du corps vont ainsi être opposés, par la suite, à l’âme.

v. 222 : l’âme est décrite pourvue d’ailes et en état de vol, ce qui est conforme aux représentations des vases, qui nous montrent les âmes et les rêves comme des êtres corporels voletant au-dessus des têtes des vivants. Ici, les ailes sont sans doute un symbole de la légèreté des âmes, qui ne marchent pas sur le sol mais flottent au-dessus, il ne faut pas forcément s’imaginer qu’elles sont pourvues de véritables ailes.

Πεπότηται : le parfait indique un état permanent : les âmes volettent constamment, c’est leur état habituel.

v. 216-224 : Anticlée se livre à un exposé précis et circonstancié de ce qui se produit dans la mort : le feu, dès que la force vitale a quitté les membres, détache les chairs et les os, tandis que l’âme s’envole et vient chez Hadès, sans consistance et insaisissable. Cette explication a sans doute pour fonction de répondre au désarroi d’Ulysse, qui ne peut embrasser sa mère, tout en cherchant à le détourner de ce désir qui ne convient pas à un vivant, qui devrait serrer d’autres vivants dans ses bras.

v. 223 : φάος δὲ τάχιστα λιλαίεο: l’expression de ce désir à l’impératif est quelque peu étonnante : Anticlée cherche sans doute à écarter son fils des tristes réalités des morts pour lui rappeler que sa place est encore parmi les vivants. Dans ce sens, on peut rapprocher cette formule de celle qui apparaît au v. 212, κρυεροῖο τεταρπώμεσθα γόοι: Ulysse souhaitait prendre plaisir à la lamentation glacée que lui procurerait l’étreinte de sa mère. C’est d’un autre verbe de désir que se sert Anticlée pour corriger la vision d’Ulysse et substituer à sa propre personne celle de Pénélope (τεῇ γυναικί (v. 224)), objet de tendresse approprié à un vivant, qui doit aspirer à la lumière du jour et non au froid séjour des enfers.

Ταῦτα δὲ πάντα : à quoi renvoie cette expression ? Faut-il comprendre qu’Ulysse doit rapporter à Pénélope l’exposé que vient de lui faire sa mère, afin qu’elle se souvienne que les hommes sont mortels et doivent jouir de la vie tant qu’ils le peuvent ? S’agit-il, d’une façon plus large, de l’ensemble de ce qu’il voit chez les morts qu’il doit ensuite raconter ? Sans doute assiste-t-on à une sorte de mise en abyme ménagée par l’aède : au moment où Anticlée dit à Ulysse de raconter « tout cela » à Pénélope, c’est en fait aux Phéaciens qu’Ulysse est en train de faire ce récit, et l’aède à son tour le fait devant le public qui l’écoute.

v. 227 : ὅσσαι: il faut sans doute comprendre que ce relatif désigne un sous-groupe au sein de l’ensemble des femmes : seules celles qui sont femmes et filles de nobles s’avancent vers Ulysse.

v. 231 : le glaive revient pour contraindre les âmes à rester loin du sang, et avec lui la question de savoir si cet objet métallique a véritablement une efficacité sur des âmes immatérielles.

v. 233 : προμνηστῖναι: le sens que les scholiastes antiques ont fixé pour ce terme est « qui vont l’un après l’autre », mais la formation même du mot suggère plutôt l’idée d’une sorte de prudence, de réflexion. Le sens du terme devait donc originellement être différent. Dans les deux cas où Homère emploie cet adjectif, notre passage et le v. 230 du chant XXI de l’Odyssée (ἀλλὰ προμνηστῖνοι ἐσελθετε, μηδ᾽ἅμα πάντες), il l’oppose à l’idée d’un attroupement désordonné. C. Le Feuvre traduit pour sa part ce passage d’une autre façon, dans un document accessible sur son site Homerica nova : « mais entrez dans la maison en étant sur vos gardes, mais pas tous ensemble ». Il y a donc une idée de réflexion ou d’organisation dans ce terme, qui se fait sans doute en donnant à chacun l’ordre de passage qui convient à son rang et à sa situation, nécessitant donc une réflexion préalable. Dans notre passage, les femmes « se rassemblent » d’abord « en masse » (ἀολλέες ἠγερέθοντο (v. 228)), et Ulysse, sous la contrainte de son épée, ne les laisse pas boire le sang « toutes à la fois » (ἅμα πάσας (v. 232)). Il les fait défiler προμνηστῖναι, et l’effet de cette nouvelle disposition crée un ordre qui permet de passer d’une pluralité indiscernable à une distributivité marquée par ἑκάστη (v. 233). On a donc l’impression que προμνηστῖναι introduit une régulation ordonnée dans un groupe informe.


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *