Séance 12 le 8 avril 2016 v. 260-280

Homéristes présents : Jean Lallot, Claire Guillot, Odile Mortier-Waldschmidt, Octave Boczkowski, Marine Glénisson.

260 τὴν δὲ μετ᾽ Ἀντιόπην ἴδον, Ἀσωποῖο θύγατρα,
ἣ δὴ καὶ Διὸς εὔχετ᾽ ἐν ἀγκοίνῃσιν ἰαῦσαι,
καί ῥ᾽ ἔτεκεν δύο παῖδ᾽, Ἀμφίονά τε Ζῆθόν τε,
οἳ πρῶτοι Θήβης ἕδος ἔκτισαν ἑπταπύλοιο,
πύργωσάν τ᾽, ἐπεὶ οὐ μὲν ἀπύργωτόν γ᾽ ἐδύναντο
265 ναιέμεν εὐρύχορον Θήβην, κρατερώ περ ἐόντε.

τὴν δὲ μετ᾽ Ἀλκμήνην ἴδον, Ἀμφιτρύωνος ἄκοιτιν,
ἥ ῥ᾽ Ἡρακλῆα θρασυμέμνονα θυμολέοντα
γείνατ᾽ ἐν ἀγκοίνῃσι Διὸς μεγάλοιο μιγεῖσα·
καὶ Μεγάρην, Κρείοντος ὑπερθύμοιο θύγατρα,
270 τὴν ἔχεν Ἀμφιτρύωνος υἱὸς μένος αἰὲν ἀτειρής.

μητέρα τ᾽ Οἰδιπόδαο ἴδον, καλὴν Ἐπικάστην,
ἣ μέγα ἔργον ἔρεξεν ἀιδρείῃσι νόοιο
γημαμένη ᾧ υἷι· ὁ δ᾽ ὃν πατέρ᾽ ἐξεναρίξας
γῆμεν· ἄφαρ δ᾽ ἀνάπυστα θεοὶ θέσαν ἀνθρώποισιν.
275 ἀλλ᾽ ὁ μὲν ἐν Θήβῃ πολυηράτῳ ἄλγεα πάσχων
Καδμείων ἤνασσε θεῶν ὀλοὰς διὰ βουλάς·
ἡ δ᾽ ἔβη εἰς Ἀίδαο πυλάρταο κρατεροῖο,
ἁψαμένη βρόχον αἰπὺν ἀφ᾽ ὑψηλοῖο μελάθρου,
ᾧ ἄχεϊ σχομένη· τῷ δ᾽ ἄλγεα κάλλιπ᾽ ὀπίσσω
280 πολλὰ μάλ᾽, ὅσσα τε μητρὸς Ἐρινύες ἐκτελέουσιν.

v. 261 : Διὸς ἐν ἀγκοίνῃσιν : cette expression, qui apparaît deux fois dans notre passage (voir le v. 268), ne se retrouve qu’une seule autre fois chez Homère, au v. 213 du chant XIV de l’Iliade, quand Héra s’unit à son mari. Il s’agit donc d’une expression spécifique à Zeus lorsqu’il est en galanterie avec une femme, qu’elle soit la sienne ou non. Si dans certains fragments hésiodiques, nous retrouvons cette même expression appliquée à l’union de femmes avec des dieux tels que Poséidon et Apollon, elle apparaît également appliquée à une divinité féminine, Déméter, dans l’Hymne homérique à Déméter, et sert alors à noter la tendresse d’une mère protectrice qui serre un enfant dans ses bras.

v. 263 : πρῶτοι : une scholie à ce vers signale que, selon une tradition attestée, Cadmos fonda tout d’abord la Cadmée, citadelle de Thèbes, et que ce n’est qu’après que les deux fils d’Antiope fondèrent Thèbes.

v. 264 : πύργωσαν : une forte insistance, dans ce vers comme dans le suivant, est portée sur les fortifications de la ville de Thèbes : πύργωσαν est repris par ἀπύργωτον dans le même vers, et renvoie peut-être à ἑπταπύλοιο (« aux sept portes » v. 263). Pourquoi Amphion et Zéthos ne peuvent-ils habiter cette ville si elle n’est pas munie de tours et de remparts ? Faut-il en conclure qu’une menace d’invasion plane au-dessus de cette ville ? Cette représentation de Thèbes comme ville fortifiée par excellence s’inspire peut-être de l’histoire liée à cette ville par la suite, notamment l’affrontement des Sept unis contre la ville. Dans tous les cas, les v. 263-265 construisent autour de Thèbes une atmosphère un peu inquiétante, comme une menace de guerre.

v. 272 : μέγα ἔργον : cette expression apparaît plusieurs fois dans l’Odyssée (III, 275 ; IV, 663 ; XII, 373 ; XIX, 92, XXIV, 426 ; XXIV, 468), à chaque fois pour qualifier une action funeste ou mauvaise. On peut donc la traduire par « un grand forfait ». épicaste a pourtant des circonstances atténuantes en cette affaire, car elle a agi par ignorance (ἀιδρείῃσι νόοιο).

v. 273 : ce vers contient en condensé l’origine des malheurs d’Œdipe : l’inceste et le meurtre de son père.

v. 274-276 : les dieux jouent un rôle difficile à comprendre dans ce passage : ils décident tout d’un coup de rendre notoires les malheurs d’Œdipe et Jocaste, puis laissent le roi sur son trône pour accomplir leurs desseins. N’est-ce qu’une teinture poétique, ou s’agit-il de la manière qu’ont Ulysse ou épicaste de rendre compte d’une sorte de fatalité qu’ils sentent planer sur la famille d’Œdipe ? Dans cette version de la légende, comme dans l’Iliade, XXIII, 679, Œdipe règne sur Thèbes jusqu’à sa mort, contrairement à ce qui se produit chez les Tragiques de l’époque classique.

v. 274 : ἄφαρ : « tout d’un coup » : les commentateurs anciens et modernes sont gênés par cet adverbe : en effet, si les dieux ont révélé immédiatement le crime d’Œdipe et de sa mère, comment expliquer qu’ils aient eu le temps de concevoir quatre enfants avant la révélation ? Certains critiques pensent ainsi qu’il faut, de façon exceptionnelle, traduire ἄφαρ par « après un certain temps ». De plus, dans l’Iliade, Étéocle et Polynice sont nommés.

v. 277 : πυλάρταο : les traductions de cette épithète d’Hadès diffèrent selon les dictionnaires, qui font le choix, comme Bailly, de considérer Hadès comme un lieu (« aux portes solidement closes ») ou qui, comme Liddell-Scott-Jones, font d’Hadès le dieu des enfers (« gate-fastener, he that keeps the gates of hell »).

v. 279 : ὀπίσσω : « derrière », « pour la suite » : épicaste laisse à Œdipe une malédiction qui se perpétuera de génération en génération.


Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *