Séance n°8 le 11 janvier 2013 300-306

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Manon Brouillet, Claire Guillot, Giuseppe Samonà, Élodie Coutier.

εἰ δέ τοι Ἀτρεΐδης μὲν ἀπήχθετο κηρόθι μᾶλλον
αὐτὸς καὶ τοῦ δῶρα, σὺ δ᾽ ἄλλους περ Παναχαιοὺς
τειρομένους ἐλέαιρε κατὰ στρατόν, οἵ σε θεὸν ὣς
τίσουσ᾽· ἦ γάρ κέ σφι μάλα μέγα κῦδος ἄροιο·
νῦν γάρ χ᾽ Ἕκτορ᾽ ἕλοις, ἐπεὶ ἂν μάλα τοι σχεδὸν ἔλθοι
λύσσαν ἔχων ὀλοήν, ἐπεὶ οὔ τινά φησιν ὁμοῖον
οἷ ἔμεναι Δαναῶν οὓς ἐνθάδε νῆες ἔνεικαν.

Traduction de Odile Mortier-Waldschmidt.

v. 300-301 : « μέν » dans la subordonnée et « δέ » dans la principale est une construction très courante, cf. grammaire homérique de Chantraine (qui donne, comme autres exemples : 9.508 et 9.550 => est-ce là quelque chose de spécifique au chant 9 ?). Remarque de Leaf sur : pour lui, le balancement souligne l’opposition entre les personnages (Agamemnon et Achille) : le « δέ » n’est pas rattaché à « ἄλλους » comme on l’attendrait, mais au « σύ », soulignant ainsi l’antagonisme entre les deux personnages.

v. 300 : Leaf comprend « μᾶλλον » comme « si ta haine est plus forte que tout ce qui peut t’être promis dans ce discours ».

On trouve 9 passages avec « κηρόθι μᾶλλον » : que disent ces passages, comment sont-ils construits ?? Hainsworth : bien que juxtaposés, les deux mots ne sont pas en accord grammatical, et la formule est à proprement parler : [verbe + « κηρόθι μᾶλλον »] => le complément de « μᾶλλον » doit être compris en termes généraux (« more than anyone »), plutôt que comme une chose plus spécifique (« more than one can forgive ») => « κηρόθι » ne se construit pas avec « μᾶλλον », d’après cette interprétation (contrairement à ce qu’indique le Bailly).
N. B. : Liddell-Scott traduit par « de tout cœur ».

v. 301 « τοῦ δῶρα » : « τοῦ » est forcément un possessif, et non un article : or, syntaxiquement, c’est la même structure que le τῆς εὐνῆς du vers 275 (=> il n’est plus étonnant d’interpréter « τῆς » comme un pronom à valeur possessive).

Est-ce qu’un pronom à valeur possessive devant le substantif est si peu fréquent ? (en prose, « αὐτοῦ » se place après le substantif : les grammairiens du grec moderne le considèrent comme un enclitique : les formules « ἐμός », etc. n’existent plus en grec moderne => la tournure banale en prose construit le génitif après le substantif)

v. 303 : Il. 4.95 = référence donnée par Leaf pour la traduction de « σφι » par « à leurs yeux » MAIS dans ce passage présence de « χάριν » donc la question ne se pose pas (Pandare ne peut pas donner de la « χάρις » aux Troyens) ; Il. 4.96 : datif singulier « Ἀλεξάνδρῳ » = rare d’après Leaf, sans doute rajouté de manière artificielle
« κῦδος ἀρέσθαι » = obtenir de la gloire par une prouesse militaire
Il. 22.217 = contexte différent (« apporter à » => un seul sens possible)

L’idée d’apparaître comme un héros parmi les Achéens convient bien par rapport au contexte du discours (Ulysse vient de dire qu’Achille était comme un dieu pour les Achéens)
traduction de Mazon = facilior par rapport au datif, mais du point de vue du sens? Achille a-t-il pour vocation de rapporter de la gloire à toute l’armée ? Sans doute pas.

Commentaire sur l’ensemble du discours d’Ulysse

Les promesses d’Agamemnon tiennent-elles compte du caractère particulier d’Achille ou est-ce qu’il offre de tout pour que le héros soit flatté quel que soit ce qu’il préfère (l’honneur, l’argent, les femmes)? D’après les scholies, Ulysse parle des femmes au milieu pour ne pas en parler trop longtemps (les scholies sont pudibondes). Il est certain qu’Ulysse insiste beaucoup sur la notion d’honneur avec les verbes τιμάω et τίω (4 occurrences). Ulysse fait cette longue liste de cadeaux, tout en sachant que ce n’est pas comme ça qu’il pourra convaincre Achille. Il lui donne ensuite la possibilité de désobéir à Agamemnon, de refuser et revenir au combat seulement pour tuer Hector. C’est exactement le contraire de la fin du discours d’Agamemnon. Agamemnon dit que de toute façon Achille doit obéir puisqu’il est plus roi que lui, Ulysse dit qu’il peut être plus roi plus roi qu’Agamemnon. “Tu n’as pas besoin de rentrer en Grèce et d’être roi d’une cité offerte par Agamemnon pour être l’égal d’un dieu, tu peux l’être tout de suite en allant sur le champ de bataille” (reprise de θεὸν ὣς).
Pierre Carlier dit que ce texte est le seul à associer explicitement présents aux rois et offrandes aux dieux.

Anténor chant III compare les paroles d’Ulysse aux flocons de neige en hiver.

Ulysse ajoute l’être (la valeur, le fait d’être égal à un dieu) à l’avoir proposé par Agamemnon.

cf. Quinitilien Institution oratoire X.1.49-51 énumère les nombreux procédés stylisitiques utilisés par Homère et il cite l’ambassade.
Selon Reinhardt, le chant IX a une composition circulaire parfaite. λυσσα et τειρομενους sont présents au début et à la fin du discours d’Ulysse.
Le discours commence par une captatio benevolentiae avec les remarques sur la bonne chère qu’on vient de leur proposer. Il fait ensuite un état des lieux : les Grecs ont peur. Description très précise de la situation, au présent. (εἰσορόωντες δείδιμεν -> comme Achille ne l’a pas vu Ulysse le lui décrit dans une brillante hypotypose qui se termine avec δείδοικα). Injonction ἄνα et mise en garde (tu auras des regrets). Attendrissement (Pélée). Liste des cadeaux. Possibilité d’ếtre l’égal d’un dieu.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.