Séance n°12 le 15 mars 2013 346-363

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Claire Guillot, Manon Brouillet, Élodie Coutier

ἀλλ᾽ Ὀδυσεῦ σὺν σοί τε καὶ ἄλλοισιν βασιλεῦσι
φραζέσθω
νήεσσιν ἀλεξέμεναι δήϊον πῦρ.
ἦ μὲν δὴ μάλα πολλὰ πονήσατο νόσφιν ἐμεῖο,
καὶ δὴ τεῖχος ἔδειμε, καὶ ἤλασε τάφρον ἐπ᾽ αὐτῷ
εὐρεῖαν μεγάλην, ἐν δὲ σκόλοπας κατέπηξεν:
ἀλλ᾽ οὐδ᾽ ὧς δύναται σθένος Ἕκτορος ἀνδροφόνοιο
ἴσχειν: ὄφρα δ᾽ ἐγὼ μετ᾽ Ἀχαιοῖσιν πολέμιζον
οὐκ ἐθέλεσκε μάχην ἀπὸ τείχεος ὀρνύμεν Ἕκτωρ,
ἀλλ᾽ ὅσον ἐς Σκαιάς τε πύλας καὶ φηγὸν ἵκανεν:
ἔνθά ποτ᾽ οἶον ἔμιμνε, μόγις δέ μευ ἔκφυγεν ὁρμήν.
νῦν δ᾽ ἐπεὶ οὐκ ἐθέλω πολεμιζέμεν Ἕκτορι δίῳ
αὔριον ἱρὰ Διὶ ῥέξας καὶ πᾶσι θεοῖσι
νηήσας εὖ νῆας, ἐπὴν ἅλα δὲ προερύσσω,
ὄψεαι, αἴ κ᾽ ἐθέλῃσθα καὶ αἴ κέν τοι τὰ μεμήλῃ,
0ἦρι μάλ᾽ Ἑλλήσποντον ἐπ᾽ ἰχθυόεντα πλεούσας
νῆας ἐμάς, ἐν δ᾽ ἄνδρας ἐρεσσέμεναι μεμαῶτας:
εἰ δέ κεν εὐπλοίην δώῃ κλυτὸς ἐννοσίγαιος
ἤματί κε τριτάτῳ Φθίην ἐρίβωλον ἱκοίμην.

Traduction de Jean Lallot

v. 346 : ἀλλά exprime la transition entre l’énoncé d’arguments pour une action et l’affirmation de l’action elle-même. On argumente et ensuite “allons-y”, avec ἀλλά + impératif. Cf. Denniston Greek Particles.

v. 347 : Nagy souligne l’ironie des paroles d’Achille : σὺν σοί φραζέσθω or φράζεσθαι implique la metis (cf. Détienne et Vernant Les ruses de l’intelligence). Agamemnon et Ulysse ne peuvent rien contre le σθένος. D’ailleurs au vers 423 Achille reprend ce vers φράζεσθαι avec μητιν comme complément. Un scholiaste aussi voit ici une référence à la querelle entre Achille et Ulysse.

v. 348 et 349 : δη particule déictique “tout le monde sait que”, “c’est un fait que”. “Il s’est vraiment donné beaucoup de mal”. Appendice de Goube (Odyssée classiques Hachette) και δη : et même, et en particulier.

v. 349 : ἐπ’ αὐτῷ Tous les commentateurs se sont demandés si le fossé est immédiatement au pied du mur ou à quelque distance? ἐπι semble indiquer une grande proximité. À moins qu’il n’ait une valeur additive (et en plus du mur).

v. 350 : μεγάλην long plutôt que profond qui se dit βαθυς.

v. 351 : Hainsworth remarque qu’on trouve Ἕκτορος ἀνδροφονοιο 10 fois ete ἱπποδαμοιο 5 fois. Cela va à l’encontre de la loi de l’économie. ἱπποδαμοιο peut s’appliquer à huit personnages différents, il est donc clairement générique ; alors que ἀνδροφονοιο est presque spécifique d’Hector. On remarque également une tendance à accumuler ἀνδροφόνοιο dans des passages proches. Hainsworth considère qu’il faut considérer cette épithète comme ayant une charge sémantique réelle.

v. 354 : ἐς Σκαιάς τε πύλας καὶ φηγὸν. Ces deux endroits sont associées trois fois (Hainsworth) Il s’agit du chêne sous lequel Sarpédon est installé quand il est blessé au chant V. Est-ce qu’Hector se tient devant la porte pour la défendre? L’expression est étrange. En fait en VI 237 le vers est le même et Hector revient du champ de bataille vers le chêne et les portes Scées. Il y a donc là une certaine mauvaise foi de la part d’Achille.
Cf. latin fagus le hêtre. Chantraine : le nom d’un arbre particulièrement répandu dans une région désigne à la fois l’espèce et le générique arbre. En indo-européen c’est le hêtre, mais ça s’est déplacé vers la Grèce où il y a peu de hêtres, donc on a appliqué le mot au chêne, c’est ce que le linguiste appelle une “substitution de référent”.

v. 355 : Tous les commentateurs disent qu’on ne sait pas de quel épisode il s’agit (combat singulier qui n’a pas eu lieu).

v. 358 : νηήσας εὖ νῆας même exrepssion qu’au vers 279 : amasser le butin (et déjà en 137 dans le discours d’Agamemnon). C’est une pique envoyée par Achille qui a déjà de quoi remplir ses navires sans les cadeaux d’Agamemnon.

v. 359 : ὄψεαι anacoluthe

v. 362 : système conditionnel avec une protase au subjonctif à l’éventuel et l’apodose à l’optatif qui convient très bien ici (exprime une condition nécessaire mais non suffisante).

On remarque qu’il y a encore beaucoup de rejets dans tous ces vers.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Manon Brouillet (16 mars 2013). Séance n°12 le 15 mars 2013 346-363. Atelier Homère ENS Ulm. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2v5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.