Séance n°13 le 29 mars 2013 364-387

ἔστι δέ μοι μάλα πολλά, τὰ κάλλιπον ἐνθάδε ἔρρων·
ἄλλον δ᾽ ἐνθένδε χρυσὸν καὶ χαλκὸν ἐρυθρὸν
ἠδὲ γυναῖκας ἐϋζώνους πολιόν τε σίδηρον

ἄξομαι, ἅσσ᾽ ἔλαχόν γε· γέρας δέ μοι, ὅς περ ἔδωκεν,
αὖτις ἐφυβρίζων ἕλετο κρείων Ἀγαμέμνων
Ἀτρεΐδης· τῷ πάντ᾽ ἀγορευέμεν ὡς ἐπιτέλλω
ἀμφαδόν, ὄφρα καὶ ἄλλοι ἐπισκύζωνται Ἀχαιοὶ
εἴ τινά που Δαναῶν ἔτι ἔλπεται ἐξαπατήσειν
αἰὲν ἀναιδείην ἐπιειμένος· οὐδ᾽ ἂν ἔμοιγε
τετλαίη κύνεός περ ἐὼν εἰς ὦπα ἰδέσθαι·
οὐδέ τί οἱ βουλὰς συμφράσσομαι, οὐδὲ μὲν ἔργον·
ἐκ γὰρ δή μ᾽ ἀπάτησε καὶ ἤλιτεν· οὐδ᾽ ἂν ἔτ᾽ αὖτις
ἐξαπάφοιτ᾽ ἐπέεσσιν· ἅλις δέ οἱ· ἀλλὰ ἕκηλος
ἐρρέτω· ἐκ γάρ εὑ φρένας εἵλετο μητίετα Ζεύς.
ἐχθρὰ δέ μοι τοῦ δῶρα, τίω δέ μιν ἐν καρὸς αἴσῃ.
οὐδ᾽ εἴ μοι δεκάκις τε καὶ εἰκοσάκις τόσα δοίη
ὅσσά τέ οἱ νῦν ἔστι, καὶ εἴ ποθεν ἄλλα γένοιτο,
οὐδ᾽ ὅσ᾽ ἐς Ὀρχομενὸν ποτινίσεται, οὐδ᾽ ὅσα Θήβας
Αἰγυπτίας, ὅθι πλεῖστα δόμοις ἐν κτήματα κεῖται,
αἵ θ᾽ ἑκατόμπυλοί εἰσι, διηκόσιοι δ᾽ ἀν᾽ ἑκάστας
ἀνέρες ἐξοιχνεῦσι σὺν ἵπποισιν καὶ ὄχεσφιν·

οὐδ᾽ εἴ μοι τόσα δοίη ὅσα ψάμαθός τε κόνις τε,
οὐδέ κεν ὧς ἔτι θυμὸν ἐμὸν πείσει᾽ Ἀγαμέμνων
πρίν γ᾽ ἀπὸ πᾶσαν ἐμοὶ δόμεναι θυμαλγέα λώβην.

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà, Claire Guillot, Manon Brouillet, Élodie Coutier

v. 364 : comme au vers 377 « ἔρρω » = verbe de déplacement connoté négativement (il exprime l’idée qu’on va à sa perte, cf. 8.239 = discours d’Agamemnon, qui est « venu » à Troie, mais ce n’est pas un succès ! On retrouve ce verbe chez Aristophane, dans l’expression « ἔρρ’ ἐς κόρακας » = « va au diable ».)

v. 365 : Leaf : l’or, l’argent, le fer, l’étain et le « χαλκός » sont les cinq métaux grecs (laiton = cuivre + zinc vs bronze = cuivre + étain) ; à quoi renvoie « ἐρυθρὸν » ? « πολιός » correspond à la couleur de la colombe / du pigeon (gris clair).
D’habitude, on trouve l’argent, mais pas le fer, dans la liste des richesses… Voir un article de F. Létoublon, dans le numéro spécial de la revue Europe sur Homère, sur le fer chez Homère (pour elle, la référence au fer serait la marque des passages plus récents).

v. 367 : « ἔλαχον » renvoie à un partage très précis, et non à un sens plus général de « ce qui est apporté par le Sort » (= ce que comprend J.-L. Backès dans sa traduction : « ἔλαχον » renvoie peut-être, pour lui, à ce que le Destin a accordé à Achille = piller les villes troyennes ? MAIS impossible : Achille vient de nous dire qu’il avait tout donné à Agamemnon. Ici, « ἔλαχον » renvoie au tirage au sort sur l’ensemble du butin).
Pour Ameis, « γε » souligne l’opposition entre « ἔλαχον » et le « γέρας » qui suit (1.273, 392 : « Briséis, que les chefs des Achéens m’ont donnée ». Ce « γέρας » vient d’un consensus, et non d’Agamemnon seul)

v. 369 : Achille explicite à Ulysse la manière dont il va devoir rapporter ses paroles à Agamemnon, c’est à dire de la manière la plus violente qui soit (ce sera effectif à la fin du chant 9) ; les scholiastes semblent fascinés par la colère dont fait preuve Achille, colère qui s’exprime par des formes métriques et rhétoriques particulières (les vers sont hachés, on trouve beaucoup de ponctuations fortes, avec 8 énoncés qui se retrouvent à fonctionner de manière autonome, cf. commentaire d’Eustathe)

v. 373 : « κύνεος » : d’où vient le rapport entre le chien et l’impudence ? Est-ce lié au fait que les chiens attaquent la pudeur du corps en déchirant les cadavres ? (menace récurrente ; à part Argos, qui est comme un prolongement de son maître, Homère ne mentionne aucun chien en particulier ; cf. S. Lilja, Dogs in ancient greek poetry, 1976 ; le chien est un animal connoté négativement en Grèce, car c’est souvent un chien errant, presque sauvage).
« κύνεος » est un terme d’abord employé sans rapport avec le chien (avec un sens moral seulement), et ne prend un sens naturaliste que plus tardivement ; que connote le nom de « Cynique » ? Il fait peut-être
référence à une attitude : on souhaite « être enterré comme un chien » ; l’anecdote de la rencontre entre Diogène (chien) et Platon (cheval) recoupe-t-elle une opposition fondamentale entre ces deux animaux et ce qu’ils
représentent ?
Contexte : Agamemnon n’osera pas regarder Achille en face, tout « κύνεος » qu’il soit ; le chien semble dépourvu de toute autocensure, qui définit la morale humaine / les principes de la pudeur élémentaire.

v. 375 : 375 ἐκ tmèse “complètement”.

v. 375 et 376 : ἐκαπάτησε : tromper ; ἤλιτεν : sinned against me, condition morale ; ἐξαπαφοιτο tromperie verbale. Achille accumule tous les griefs possibles.

v. 376 : « il en a fait assez » = interprétation possible, cf. note de Leaf.

v. 377 : « εὑ » = « ἕο » (génitif du pronom réfléchi). On n’est pas loin d’une phraséologie qui nous serait presque naturelle : sous l’effet de la colère,les expressions d’Achille et son vocabulaire prennent une tournure orale ; la succession de négations dès le vers 374 est particulièrement frappante.

v. 377 : φρένας εἵλετο ce verbe est très présent dans le passage mais pour désigner le fait qu’Agamemnon A PRIS le γέρας d’Achille.

ἐν καρòς αἴσῃ Bailly “fétu de paille”. Personne ne comprend le mot καρός. Les scholes ont tout essayé! Pour κηρός la mort cf. III 454. Ou ἔγκαρ le pou. Ou ça vient des Cariens que le poète insulte sans cesse. Ou parce que les Athéniens ne mangeaient ni ne nommaient la cervelle (je ne t’estime pas plus que la cervelle).

v. 382-384 : Les modernes athétisent 382-384. Les scholiastes apprécient ces vers au contraire. On associe ainsi l’Afrique et l’Europe, la Thèbes de Béotie et celle d’Égypte. Le nombre de soldats n’exprime pas la largeur des portes mais la puissance de la ville. Orchomène : ville de Béotie, on passerait ensuite à Thèbes d’Égypte par interpolation.

v. 385 : Les scholies insistent beaucoup sur l’hyperbole à la fin du texte. “Autant de choses que sont le sable et la poussière”. ψάμαθος le sable de la mer, κόνις le sable de la terre. Volonté de totalité pour en arriver au nombre le plus élevé possible.

v. 386 : κεν πεισει cas (rare) de futur avec ἀν. cf. IX 62. Ou variantes πεισῃ ou πεισειε mais Leaf dit que c’est rare que -ειε- soit élidé. De plus selon lui l’optatif convient moins au caractère d’Achille. Néanmoins le passage a été imité au chant XXII 63 de l’Odyssée avec cette leçon et il est difficile de ne pas en tenir compte.

v. 387 : il ne faut pas qu’il donne ça ni ça ni ça, mais qu’il donne (la réparation) de l’outrage. L’expression “avant que” est étonnante puisqu’en fait Achille n’acceptera jamais quoi que ce soit. Peut-être Achille veut-il qu’il vienne lui présenter des excuses?

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.