Séance n°14 le 12 avril 2013 388-409

ούρην δ᾽ οὐ γαμέω Ἀγαμέμνονος Ἀτρεΐδαο,
οὐδ᾽ εἰ χρυσείῃ Ἀφροδίτῃ κάλλος ἐρίζοι,
ἔργα δ᾽ Ἀθηναίῃ γλαυκώπιδι ἰσοφαρίζοι·

οὐδέ μιν ὧς γαμέω· ὃ δ᾽ Ἀχαιῶν ἄλλον ἑλέσθω,
ὅς τις οἷ τ᾽ ἐπέοικε καὶ ὃς βασιλεύτερός ἐστιν.
ἢν γὰρ δή με σαῶσι θεοὶ καὶ οἴκαδ᾽ ἵκωμαι,
Πηλεύς θήν μοι ἔπειτα γυναῖκά γε μάσσεται αὐτός.
πολλαὶ Ἀχαιΐδες εἰσὶν ἀν᾽ Ἑλλάδα τε Φθίην τε
κοῦραι ἀριστήων, οἵ τε πτολίεθρα ῥύονται,
τάων ἥν κ᾽ ἐθέλωμι φίλην ποιήσομ᾽ ἄκοιτιν.
ἔνθα δέ μοι μάλα πολλὸν ἐπέσσυτο θυμὸς ἀγήνωρ
γήμαντα μνηστὴν ἄλοχον ἐϊκυῖαν ἄκοιτιν
κτήμασι τέρπεσθαι τὰ γέρων ἐκτήσατο Πηλεύς·
οὐ γὰρ ἐμοὶ ψυχῆς ἀντάξιον οὐδ᾽ ὅσα φασὶν
Ἴλιον ἐκτῆσθαι εὖ ναιόμενον πτολίεθρον
τὸ πρὶν ἐπ᾽ εἰρήνης, πρὶν ἐλθεῖν υἷας Ἀχαιῶν,
οὐδ᾽ ὅσα λάϊνος οὐδὸς ἀφήτορος ἐντὸς ἐέργει
Φοίβου Ἀπόλλωνος Πυθοῖ ἔνι πετρηέσσῃ.
ληϊστοὶ μὲν γάρ τε βόες καὶ ἴφια μῆλα,
κτητοὶ δὲ τρίποδές τε καὶ ἵππων ξανθὰ κάρηνα,
ἀνδρὸς δὲ ψυχὴ πάλιν ἐλθεῖν οὔτε λεϊστὴ
οὔθ᾽ ἑλετή, ἐπεὶ ἄρ κεν ἀμείψεται ἕρκος ὀδόντων.

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Manon Brouillet, Giuseppe Samonà, Élodie Coutier, Claire Guillot.

v. 389-390 : les scholies à ces vers mentionnent que les deux vertus de la femme sont la beauté et les travaux qu’elle accomplit tandis que les deux vertus de l’homme sont la parole et l’action ; opposition intérieur-extérieur classique, mais l’importance des travaux féminins est remarquable dans la culture grecque !

v. 392 : écho du v.160 (« βασιλεύτερος » est le mot qu’emploie Agamemnon pour se différencier d’Achille) ; le superlatif du mot ne se trouve qu’une seule fois chez Homère, en 9.69, pour désigner Agamemnon (c’est
Nestor qui parle). L’absence de complément du comparatif crée une ambiguïté que remarquent les scholies. Leaf interprète ce passage comme étant « bitterly ironical ». Ce vers fait aussi écho au v. 334 : y a-t-il une différence sociale entre l’ « ἄριστος » et le « βασιλεύς » ? Achille veut-il dire qu’il n’a pas besoin de la fille d’un roi et se contentera de celle d’un « ἄριστος » ?

v. 393 : le « δή » est-il explétif, ou doit-on lui donner un sens fort ?

v. 394 : Denniston, The Greek Particles consacre seulement une demi-page à « θήν », pour dire que c’est peut-être comme « δή », peut-être un peu moins fort (rien
de bien probant, donc) ; 13 exemples dans l’Iliade, 3 dans l’Odyssée.

v. 394 : μασσεται est d’Aristarque et tous les modernes l’ont suivi (γαμεσσεται).

v. 398 : ἐπέσσυτο peut-il être un parfait à valeur de présent ? non : désinence en -το = forcément un passé (Liddell-Scott parle d’un plus-que-parfait employé comme un
aoriste)

v. 399 : γημαντι / γημαντα Selon Chantraine cela se produit très souvent quand la proposition infinitive reprend un terme exprimé auparavant au datif.

v. 399 : y a-t-il une différence entre « ἄκοιτις » et « ἄλοχος »? On devient une « ἄλοχος » dans des conditions sociales précises (après avoir été courtisée, etc.), ce qui explique l’emploi de « μνηστὴν » = « courtisée » => « légitime » (regarder dans Benveniste : la « μνεία » (« mention ») peut renvoyer au fait de courtiser, dans lequel on mentionne, précisément, la jeune fille qui est courtisée). Pour Chantraine ἄκοιτις est celle qui partage le lit, la femme, légitime ou non. Le mot est peut-être chargé d’une valeur personnelle. ἄλοχος est la femme légitime. Il signale dans le DELG un de ses articles paru dans la Revue des Études Grecques 1946-47. Mais dans cet article il donne peu d’arguments décisifs. ἄλοχος serait un mot ancient alors que ἄκοιτις serait fabriqué en grec, mais d’un point de vue étymologique ces mots sont fait pour être synonymes. Les Anciens connaissaient ces étymologies.
Une scholie dit que la fille d’Agamemnon ne serait pas μνηστη puisqu’Agamemnon la donne comme cadeau.

NB : l’Etymologicum magnum est lexique d’étymologies anciennes compilé au Moyen-Âge qu’on consultera avec profit.

v. 400 : Achille insiste sur les κτηματα en tant de paix. En tant de paix il n’y a pas de γερας qu’on partage et dont on peut être spolié. Les κτηματα sont bien gardés.
Les villes prospères : Troie et Delphes, deux villes protégées par Apollon qui avaient la réputation d’être particulièrement riches. La richesse de Delphes semble être déjà légendaire au temps d’Homère.

v. 401 : Quelle est la valeur de οὐ γὰρ? Ensuite Achille met en balance les richesses et la vie, et l’importance de la richesse est relativisée.
L’Achille de la Nekuya de l’Odyssée est déjà ici, alors qu’on oppose souvent l’Achille de la Nekuya et celui de l’Iliade.

v. 401 : pourquoi ἀντάξιον est au singulier? Pour Leaf, ce mot est utilisé comme un substantif “un équivalent”.

Scholie à 401 : Achille fait honte aux ambassadeurs. Pourquoi? Peut-être parce qu’eux ont justement besoin d’Achille pour sauver leur peau.

v. 404 : ἀφήτορος est un hapax. Les scholies essaient tout pour l’expliquer.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.