Séance n°16 le 24 mai 2013 Discours d’Achille + 606-619

Homéristes présents : Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Claire Guillot, Manon Brouillet, Giuseppe Samonà.

Présentation de Manon Brouillet : “Les dieux sont-ils comparables aux hommes?” (qui sera présenté à Cornell University le 31 mai 2013).

Présentation de René Nünlist The Ancient Critic at Work, 2009.

Retour sur l’ensemble du discours d’Achille :

Au vers 431, une expression qui résume tout l’éthos de ce discours : « Achille qu’il dit non avec brutalité ». De fait le nombre de négations dans son discours est impressionnant.

Achille commence par l’idée de sincérité et termine le préambule à ce sujet par le mot ἄριστα, lui qui est le meilleur des Achéens. Cela entre en contradiction avec ce qui est dit au vers 400 et suivants (rien ne vaut la vie). La seule chose qui ne peut pas s’acheter est la vie et Achille fait le choix de renoncer au κλέος pour avoir la vie.
Achille présente trois termes qui expliquent trois valeurs différentes : le κλέος, la ψύχη et les biens qui peuvent s’acheter et qu’il méprise.

Il dit trois fois qu’Agamemnon ne le persuadera pas. Là est peut-être le κρατερῶς (v.431), la vigueur de son opposition.

Il fait ensuite un long exposé des motifs où il montre toute sa rancune et sa ranc\oe ur.

Le renoncement à la gloire est étonnant de la part d’Achille. Cela renvoie peut-être à sa posture de poète musicien au début du chant, au moment de l’arrivée de l’ambassade.

Retour sur le duel : une nouvelle explication Budé Introduction à l’Iliade. Pour Mazon c’est clair, l’ambassade est Ajax et Ulysse, Phénix n’en fait pas partie, il est le guide et d’ailleurs il ne va pas retourner auprès d’Agamemnon.

Réponse d’Achille à Phénix v.606-619 :

τὸν δ᾽ ἀπαμειβόμενος προσέφη πόδας ὠκὺς Ἀχιλλεύς·
‘Φοῖνιξ ἄττα γεραιὲ διοτρεφὲς οὔ τί με ταύτης
χρεὼ τιμῆς· φρονέω δὲ τετιμῆσθαι Διὸς αἴσῃ,
μ᾽ ἕξει παρὰ νηυσὶ κορωνίσιν εἰς ὅ κ᾽ ἀϋτμὴ
ἐν στήθεσσι μένῃ καί μοι φίλα γούνατ᾽ ὀρώρῃ.
ἄλλο δέ τοι ἐρέω, σὺ δ᾽ ἐνὶ φρεσὶ βάλλεο σῇσι·
μή μοι σύγχει θυμὸν ὀδυρόμενος καὶ ἀχεύων
Ἀτρεΐδῃ ἥρωϊ φέρων χάριν· οὐδέ τί σε χρὴ
τὸν φιλέειν, ἵνα μή μοι ἀπέχθηαι φιλέοντι.
καλόν τοι σὺν ἐμοὶ τὸν κήδειν ὅς κ᾽ ἐμὲ κήδῃ·
ἶσον ἐμοὶ βασίλευε καὶ ἥμισυ μείρεο τιμῆς.
οὗτοι δ᾽ ἀγγελέουσι, σὺ δ᾽ αὐτόθι λέξεο μίμνων
εὐνῇ ἔνι μαλακῇ· ἅμα δ᾽ ἠοῖ φαινομένηφι
φρασσόμεθ᾽ ἤ κε νεώμεθ᾽ ἐφ᾽ ἡμέτερ᾽ ἦ κε μένωμεν.’

v. 607 : Benveniste : ἄττα est celui qui a élevé l’enfant (cf. Attila, le petit père), terme d’affection métaphorique. Géminée enfantine. Dans l’Odyssée c’est le terme utilisé par Télémaque pour désigner Eumée. À plusieurs reprises dans son discours, Phénix appelle Achille φίλον τέκος (438, 444).

v. 608 : il ne tient qu’à la τίμη de Zeus, mais peut-il avoir la τίμη de Zeus s’il ne combat pas?

v. 609 : Interprétations diverses depuis l’Antiquité du relatif ἥ : son antécédent est-il τίμη ou αἴσση? Que signifie ἕξει. Leaf renvoie à V.473 ἔχειν πολίν : conserver, garder la cité.

v. 613 : pourtant on ne voit nulle trace dans les propos de Phénix d’une quelconque bienveillance de Phénix envers Agamemnon.
Leaf “out of compleasance”, Mazon “faire ta cour”. On pourrait peut-être traduire par “en prenant le parti de”.
Phénix insiste quand même beaucoup sur les présents. Méléagre, lui, n’avait cédé qu’à son coeur, convaincu par sa femme et non par les cadeaux.

v. 616 : seuls les modernes le suppriment. Leaf essaye de le sauver : expression hyperbolique qui doit être prise de manière ironique et non au pied de la lettre.

v. 617 : grande douceur soudaine de la part d’Achille.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.