Séance n°18 le 21 juin 2013 643-655

Homéristes présents : Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà, Claire Guillot, Manon Brouillet, Élodie Coutier.

τὸν δ᾽ ἀπαμειβόμενος προσέφη πόδας ὠκὺς Ἀχιλλεύς·
‘Αἶαν διογενὲς Τελαμώνιε κοίρανε λαῶν
πάντά τί μοι κατὰ θυμὸν ἐείσαο μυθήσασθαι·
ἀλλά μοι οἰδάνεται κραδίη χόλῳ ὁππότε κείνων
μνήσομαι ὥς μ᾽ ἀσύφηλον ἐν Ἀργείοισιν ἔρεξεν
Ἀτρεΐδης ὡς εἴ τιν᾽ ἀτίμητον μετανάστην.
ἀλλ᾽ ὑμεῖς ἔρχεσθε καὶ ἀγγελίην ἀπόφασθε·
οὐ γὰρ πρὶν πολέμοιο μεδήσομαι αἱματόεντος
πρίν γ᾽ υἱὸν Πριάμοιο δαΐφρονος Ἕκτορα δῖον
Μυρμιδόνων ἐπί τε κλισίας καὶ νῆας ἱκέσθαι
κτείνοντ᾽ Ἀργείους, κατά τε σμῦξαι πυρὶ νῆας.
ἀμφὶ δέ τοι τῇ ἐμῇ κλισίῃ καὶ νηῒ μελαίνῃ
Ἕκτορα καὶ μεμαῶτα μάχης σχήσεσθαι ὀΐω.

v. 645 : κατὰ θυμὸν : « κατά » veut dire « selon, contre », mais aussi « au fond de » : on peut traduire cette expression par « du fond du cœur » ; or, Achille avait exigé la franchise. Est-ce une manière pour lui de dire implicitement qu’Ajax, lui, a été franc ? Le « κατὰ θυμὸν » se rapporte-t-il à Achille (« μοι »), ou à Ajax? Lasserre traduit « conformément à mes sentiments » ; Mazon élide…
Hainsworth tranche en faveur du « θῦμος » d’Achille, mais ne traduit pas l’expression ; Achille dit à Ajax qu’il a très bien parlé, mais ne peut changer d’avis ; Achille aurait dit « κατὰ μοῖραν » (« in accordance with what must be ») s’il avait pensé accepter.
Le syntagme « κατὰ θυμὸν » semble à Jean tellement ancré dans un début de discours de ce type (formulaire : « tu as parlé correctement, selon les règles qui nous plaisent »), qu’il peut être douteux de vouloir lui donner un sens différent.
Achille ne parle plus de retour, mais pose une condition qui le ferait revenir (l’arrivée d’Hector auprès de ses baraquements). Sa réponse a-t-elle été modifiée par le discours d’Ajax? Cela irait dans le sens d’une valorisation
du discours d’Ajax via le « κατὰ θυμὸν » ? Y a-t-il une contradiction? Ajax a été très dur, mais Achille dit qu’il a parlé sagement…

v. 645 : τι : en quelque chose, d’une certaine manière. Développé ensuite par ἀλλά. Concession à l’interlocuteur qui a parlé et aussitôt après retour à une position dure de la part de celui qui répond. Pour Leaf, « τι » modifie la phrase comme un « much as I could wish », il lui donne une valeur adverbiale.

v. 647 : ὁππότε μνήσομαι : subjonctif à voyelle brève.

v. 647 : ρέζω τι τιvα faire quelque chose à quelqu’un (double accusatif). ἀσύφηλον neutre plutôt que masculin attribut du COD (cf. εὐ ποιεῖν τινα). Le sens admis de ἀσύφηλος est plutôt « inqualifiable ». Leaf rapproche ce mot d’un mot arabe.

v. 649 : Françoise Letoublon Il allait pareil à la nuit : sur les verbes de mouvement chez Homère. Dans l’histoire, la répartition des verbes de mouvement centripètes/centrifuges peut s’inverser. ἔρχεσθε ne veut pas dire « venez » mais « allez ». On ne trouve pas cet emploi dans la prose classique mais on le trouve chez Homère et Pindare.

v. 650 : οὐ γὰρ πρὶν ce n’est qu’implicitement qu’Achille se dit prêt à reprendre le combat. Il ne le dit pas explicitement.

v. 652-653 : il est rare que des propositions aussi longues soit coordonnées par τε…τε.

v. 653 : σμῦξαι : feu sourd, feu qui couve. Chantraine : feu qui fait beaucoup de fumée. Il existe une variante φλέξαι chez Platοn (Hippias mineur).

v. 655 : ὀΐω : pourrait-on comprendre « je crois que j’arrêterai Hector » ? Dans ce cas il faut comprendre μεμαῶτα μάχης « enragé de combat ». Leaf : μάχης semble aller également avec σχήσεσθαι et avec μεμαῶτα.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.