Séance n°1 le 4 octobre 2013 1-8

Homéristes présents : Manon Brouillet, Émilie Brusson, Martijn Buijs, Claire Guillot, Marine Glenisson, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà, Julia Wang.

Le passage choisi pour cette année est le début du chant XXIV (1-197) puis l’entrevue entre Achille et Priam (470 sq), peut-être en continuant l’étude de la “grande scène” l’année prochaine.

Nous commençons la traduction du chant XXIV.

λῦτο δ᾽ ἀγών, λαοὶ δὲ θοὰς ἐπὶ νῆας ἕκαστοι
ἐσκίδναντ᾽ ἰέναι. τοὶ μὲν δόρποιο μέδοντο
ὕπνου τε γλυκεροῦ ταρπήμεναι· αὐτὰρ Ἀχιλλεὺς
κλαῖε φίλου ἑτάρου μεμνημένος, οὐδέ μιν ὕπνος
ᾕρει πανδαμάτωρ
, ἀλλ᾽ ἐστρέφετ᾽ ἔνθα καὶ ἔνθα
Πατρόκλου ποθέων ἀνδροτῆτά τε καὶ μένος ἠΰ,
ἠδ᾽ ὁπόσα τολύπευσε σὺν αὐτῷ καὶ πάθεν ἄλγεα
ἀνδρῶν τε πτολέμους ἀλεγεινά τε κύματα πείρων·

v. 1 : ἀγῶν jeux funéaraires en l’honneur de Patrocle.

v. 1 : λαοὶ normalement les peuples et, dans l’Iliade, les peuples en guerre donc les troupes. Ça s’oppose ici aux chefs et en particulier à Achille. ἕκαστοι ferait référence à la division par peuple donc par contingent? contingents nationaux qui ont assisté aux jeux.

v. 2 : τοὶ s’oppose à Ἀχιλλεùς du vers 3.

v. 3 : ταρπήμεναι inifinitif epexégétique (= explicatif) : “ils songeaient au repas et au sommeil, pour en profiter”.

v. 4 : φίλου est-il seulement un possessif ou son cher compagnon? cf. à ce sujet le commentaire au vers 188 du chant IX dans le billet du 21 décembre 2012 sur l’article « φίλος » du Vocabulaire des institutions indo-européennes de Benvéniste.

v. 4 : Il y a dans ces vers beaucoup d’expressions odysséennes et en particulier μιν ὕπνος ᾕρει πανδαμάτωρ (Odyssée IX, 373). Leaf relève également le vers 8 (Odyssée VIII, 183) et toute une liste de vocabulaire odysséen.

v. 6 : ποθέων : le ποθός est un sentiment qui s’adresse par excellence à l’absence. Ici il s’adresse toujours à des faits, des actes, et non à la personne de Patrocle. Le nom de Patrocle est mis en valeur au début de 4 vers qui précisent l’objet du manque, comme un thème qui est décliné.

v. 6 : ἀνδροτῆτά pour la scansion on doit considérer que le α est bref. Certains éditeurs orthographient ἀδροτῆτά. Le commentaire de Kirk suggère que ce mot a gardé la métrique plus ancienne d’un état précédent de la phonologie grecque *anrotata où un r entre deux consonnes devient une voyelle.

v. 6 : ἠΰς bon, noble forme adjective qui correspond à l’adverbe εὐ.

v. 6-9 : Les vers 6-9 ont été athétisés par Aristophane de Byzance et Aristarque sous prétexte qu’ils seraient un peu faibles (et que la suite serait redondante).

v. 7 : il faut lire ἄλγεα avec une synérèse pour pouvoir scander. Synérèse qui annonce la forme attique ἄλγη. ὁπόσα α : brève allongée à la coupe trihémimère.
Au v.285 de ce chant on trouve la même chose (et aussi abrègement de la longue finale en hiatus ω de χρυσέῳ.)

v. 8 : πείρων de πείρω : percer, faire un trou (ici employé métaphoriquement). LSJ : cleaving a way through, fendre le passage. Macleaod note le zeugme (éd. Cambridge University Press)

Il semble que ce soit ici la première fois qu’Achille pleure de manière mélancolique. D’habitude il est plutôt dans la rage, il fait peur quand il pleure.

Toute cette scène initiale donne le ton pour la suite en montrant un Achille qui souffre profondément à cause de la disparition de son ami et c’est cette souffrance qu’il va avoir à oublier, à pardonner.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.