Séance n°3 15 novembre 2013 33-53

Homéristes présents: Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà.

σχέτλιοί ἐστε θεοί, δηλήμονες· οὔ νύ ποθ᾽ ὑμῖν
Ἕκτωρ μηρί᾽ ἔκηε βοῶν αἰγῶν τε τελείων;
τὸν νῦν οὐκ ἔτλητε νέκυν περ ἐόντα σαῶσαι
ᾗ τ᾽ ἀλόχῳ ἰδέειν καὶ μητέρι καὶ τέκεϊ ᾧ
καὶ πατέρι Πριάμῳ λαοῖσί τε, τοί κέ μιν ὦκα
ἐν πυρὶ κήαιεν καὶ ἐπὶ κτέρεα κτερίσαιεν.
ἀλλ᾽ ὀλοῷ Ἀχιλῆϊ θεοὶ βούλεσθ᾽ ἐπαρήγειν,
ᾧ οὔτ᾽ ἂρ φρένες εἰσὶν ἐναίσιμοι οὔτε νόημα
γναμπτὸν ἐνὶ στήθεσσι, λέων δ᾽ ὣς ἄγρια οἶδεν,
ὅς τ᾽ ἐπεὶ ἂρ μεγάλῃ τε βίῃ καὶ ἀγήνορι θυμῷ
εἴξας εἶσ᾽ ἐπὶ μῆλα βροτῶν ἵνα δαῖτα λάβῃσιν·
ὣς Ἀχιλεὺς ἔλεον μὲν ἀπώλεσεν, οὐδέ οἱ αἰδὼς
γίγνεται, ἥ τ᾽ ἄνδρας μέγα σίνεται ἠδ᾽ ὀνίνησι.
μέλλει μέν πού τις καὶ φίλτερον ἄλλον ὀλέσσαι
ἠὲ κασίγνητον ὁμογάστριον ἠὲ καὶ υἱόν·
ἀλλ᾽ ἤτοι κλαύσας καὶ ὀδυράμενος μεθέηκε·
τλητὸν γὰρ Μοῖραι θυμὸν θέσαν ἀνθρώποισιν.
αὐτὰρ ὅ γ᾽ Ἕκτορα δῖον, ἐπεὶ φίλον ἦτορ ἀπηύρα,
ἵππων ἐξάπτων περὶ σῆμ᾽ ἑτάροιο φίλοιο
ἕλκει· οὐ μήν οἱ τό γε κάλλιον οὐδέ τ᾽ ἄμεινον.
μὴ ἀγαθῷ περ ἐόντι νεμεσσηθέωμέν οἱ ἡμεῖς·
κωφὴν γὰρ δὴ γαῖαν ἀεικίζει μενεαίνων.

v. 33 : σχέτλιος revient souvent pour désigner des dieux : les dieux s’insultent ainsi ou les hommes s’en prennent aux dieux (Agamemnon à Zeus). σχέτλιοί ἐστε θεοί dit Calypso à Hermès en Odyssée V, 118.

v. 35 : ἔτλητε aoriste : Ameis “jusqu’à maintenant vous n’avez pas réussi à vous décider”. Proposition infinitive puis complément au datif avec un infinitif.

v. 41 : ἄγρια οἶδεν : il ne connait que la sauvagerie, les choses sauvages.

v. 42 : ὅς τ᾽ ἐπεὶ rupture de construction, qui fait suggérer à Leaf un ajout tardif. cf. XVII 658 mais où on peut suppléer.

v. 45 : Le vers a été athétisé sous prétexte qu’il était plutôt hésiodique. On trouve beaucoup chez Euripide l’idée du double visage de l’αἰδὼς.

v. 47 : ὁμογάστριον Selon Leaf : le même père et la même mère. Lycaon est l’ὁμογάστριος d’Hector en XXI, 95: il n’est pas le fils d’Hécube. Les scholies opposent ὁμογάστριος à ὁμοπατριος.

v. 49 : Μοῖραι n’apparaît jamais au pluriel ailleurs. Aurait-on pu mettre κηρες à la place? Il semble qu’elles aient les mêmes fonctions que les Kères ailleurs. Les Kères ne seraient-elles pas davantage liées au moment de la mort de chaque individu?

v. 52 : Comment comprendre les comparatifs? Ameis : il faut les comprendre en relation avec l’autre possibilité d’agir. Sous-entendu : ce n’est pas plus beau que ne pas le faire. euphémisme. “understatement”, litote.

E. Benveniste, dans Noms d’agent et noms d’action en indo-européen traite de la formation des comparatifs et de leur sens : les formations -ιων/ιστος et -τερος/τατος ne sont pas homogènes :
– τερος/τατος : valeur physique d’éloignement spatial par rapport à l’adjectif au positif
– ιων/ιστος : valeur évaluative : on prend position sur le degré de l’ajectif, ce qui ne correspond pas forcément à une comparaison (κάλλιον : « évaluablement beau »)

Κάλλιον et ἄμεινον, selon cette analyse, ne seraient pas de vrais comparatifs, mais une évaluation possible des adjectifs employés.

v. 54 : κωφὴν γαῖαν : s’agit-il du corps humain ou de la terre outragée par Achille en traînant le corps ? (Mazon, comme Mme Dacier, traduit par « argile insensible » ; Leaf par « senseless clay » ; Schadewaldt : « Denn die stumme Erde mishandelt er mit seinem Zürnen »).
Le corps humain est formé de terre selon la mythologie.
Γαῖα pourrait même désigner la terre comme un dieu (comme les fleuves animés dans l’Iliade).
C’est un mot bien choisi qui laisse libre l’interprétation, crée par son ambiguïté une quasi confusion entre le corps d’Hector et la terre sur laquelle il est traîné, la poussière qu’il soulève.
Les scholies (p. 528) considèrent approprié de comparer le corps à de la terre et citent d’autres exemples, notamment tirés d’Euripide (γῆ καὶ σκία) et d’Empédocle, pour qui le corps est façonné à partir de la terre ; il est frappant de remarquer que les scholiastes, qui d’habitude donnent toutes les interprétations possibles, se rangent toutes à celle de « corps humain », sans considérer l’autre possibilité : il devait y avoir une tradition d’exégèse dans ce sens à leur époque. Toutes les expressions qu’ils citent qualifient des corps morts.

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.