Le “nouveau” Sappho Séance n°10 le 28 février 2014

Le plaisir de la nouveauté n’est pas souvent accordé aux antiquisants, ainsi avons-nous décidé de saisir l’opportunité qui nous était donnée de lire un poème inédit, presque vierge de tout commentaire (tout du moins de tout commentaire académique, les réactions sur la toile ne s’étant pas fait attendre), délivrés pour un moment du souci infini d’avoir lu tout ou partie des commentaires savants pour pouvoir aborder un texte.

Nous sommes conscients de toutes les précautions avec lesquelles prendre ce fragment justement parce qu’il n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie, et que nous n’avons aucune information sur l’origine du papyrus, aucune photographie, mais même aucune analyse philologique ni aucune traduction de la part de Dirk Obbink.

Nous ne disposons pour l’instant que d’une version préparatoire d’un article à paraître dans la Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, article mis en ligne par l’auteur à la fin du mois de janvier, mais qui n’est plus disponible à ce jour. L’auteur y présente quelques caractéristiques du texte (du texte, et non du papyrus), aussi bien d’ordre philologique que liées à la place à donner à ce poème dans l’oeuvre de Sappho. Il présente ensuite la version diplomatique du fragment (c’est-à-dire le texte qui reproduit exactement, matériellement, ce qu’on voit sur le papyrus. On se contente d’interpréter les graphies. Ici pas de séparation entre les mots et quasiment aucun accent. Mais les diérèses sont notées, ainsi que quelques points en haut), ainsi que ses conjectures. Dans un article du Times Literary Supplement Obbink fournit quelques renseignements supplémentaires sur le papyrus.

Il semble que le papyrus comporte deux poèmes, respectivement nommés par Obbink “poème des frères” et “poème de Kypris”.  Le deuxième étant très lacunaire, nous ne l’avons pas étudié en détail.

Nous nous sommes aidés de la traduction italienne provisoire de Franco Ferrari, éditeur de Sappho, publiée sur son profil facebook et reprise ici, ainsi que de la traduction allemande de Dirk Uwe Hansen disponible ici.

Homéristes présents : Manon Brouillet, Pierre Cuvelier, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà.

Le texte conjecturé par Obbink

ἀλλ’ ἄϊ θρύλησθα Χάραξον ἔλθην
νᾶϊ σὺμ πλέαι· τὰ μέν̣, οἴο̣μα̣ι, Ζεῦς
οἶδε σύμπαντές τε θέοι· σὲ δ᾽οὐ χρῆ
ταῦτα νόεισθαι,

ἀλλὰ καὶ πέμπην ἔμε καὶ κέλ⟦η⟧`ε’σθαι
πόλλα λίσσεσθαι̣ βασί̣λ̣η̣αν Ἤρ̣αν
ἐξίκεσθαι τυίδε σάαν ἄγοντα
νᾶα Χάραξον,

κἄμμ’ ἐπεύρην ἀρτέ̣ μ̣ εας· τὰ δ’ ἄλλα
πάντα δαιμόνεσσι̣ν ἐπι̣τ̣ρόπωμεν·
εὐδίαι̣ γὰ̣ρ̣ ἐκ μεγάλαν ἀήτα̣ν̣
αἶψα πέλ̣̣ο̣νται·

τῶν κε βόλληται βασίλευς Ὀλύμπω
δαίμον’ ἐκ πόνων ἐπάρ⟦{η}`ω’γον ἤδη
περτρόπην, κῆνοι μ̣άκαρες πέλονται
καὶ πολύολβοι.

κἄμμες, αἴ κε τὰν κεφάλαν ἀέργ̣̣ ῃ
Λάριχος καὶ δήποτ᾽ἄνηρ γένηται,
καὶ μάλ’ἐκ πόλλ⟦η⟧`αν’ βαρ̣υθύμ̣ιάν̣ κεν
αἶψα λύθειμεν.

 

Proposition de traduction (Manon Brouillet)

Mais tu répètes sans cesse que Charaxos arrive
avec son navire plein. Cela, je pense, Zeus
le sait, et tous les autres dieux. Mais toi tu ne dois pas
t’occuper de cela,

mais m’envoyer et m’enjoindre
de prier beaucoup Héra souveraine
que Charaxos rentre ici
conduisant un navire sain et sauf,

et qu’il nous trouve en bonne santé. Pour tout le reste
tournons-nous vers les dieux.
Car le beau temps après une grande tempête
arrive rapidement.

Ceux à qui le souverain de l’Olympe veut
faire venir un dieu pour les protéger des peines,
ceux-là sont bienheureux
et très fortunés.

Et nous, si Larichos lève la tête
et devient un jour un homme,
alors vraiment d’un lourd souci
nous serons rapidement délivrés.

Commentaire
ἀλλ’ : Ce mot n’est sans doute pas le premier du poème et on peut conjecturer avec Obbink qu’il nous manque au moins une strophe.

ἄϊ : forme éolienne (cf. att ἀεί), avec une barytonèse éolienne (l’accent remonte le plus possible en dialecte éolien, comme on peut le voir à de nombreuses reprises dans le poème).

θρύλησθα : en éolien la contraction ε+ε donne η (νόεισθαι au v.4 doit sans doute être corrigé en νόησθαι). Nous n’avons aucune information sur l’identité de cette deuxième personne. Vu le contexte familial, son intérêt pour Charaxos et l’autorité qu’elle a sur la locutrice (πέμπην ἔμε), on pourrait penser à la mère, ou bien au troisième frère, puisque selon la tradition Sappho a deux frères aînés et un frère cadet.

Χάραξον : attesté par la tradition comme étant le frère de Sappho, notamment chez Hérodote, II.135. Un poème de Sappho (Reinach 25) fait mention d’un frère, mais celui-ci n’est pas nommé.

ἔλθην : peut s’interpréter comme un infinitif descriptif (à valeur de passé) : “tu dis sans cesse qu’il est venu” ou prescriptif : “Tu réclames sans cesse qu’il vienne”. Suivant Françoise Létoublon εἶμι est centrifuge, ἦλθον centripète et ἔρχομαι neutre.

οἶδε : Qu’est-ce que les dieux savent : le fait qu’on réclame le retour de Charaxos, ou le fait qu’il va revenir (ou non) ? On peut aussi penser à l’interprétation “les dieux savent le faire” (assurer son retour prospère). L’interprétation de οἶδε est corrélée à celle de ἔλθην.

ἔμε : Seule mention de la première personne du singulier dans le poème. Les autres pronoms sont ensuite à la première personne du pluriel (v.9 et 17) : désignent-ils le locuteur et le destinataire (sujet de θρύλησθα)?

κέλ⟦η⟧`ε’σθαι : il s’agit ici d’une correction du scribe : la lettre entre guillemets vient “remplacer” la lettre précédente qui était fautive. Les crochets ⟦⟧ semblent désigner que la lettre qu’ils enferment est raturée, ce qui n’est pas le cas dans la correction du v. 14 ἐπάρ{η}`ω’γον. En effet les {} sont ajoutés dans la version éditée, alors que les ⟦⟧ sont aussi notés dans l’édition diplomatique.

Ἤρ̣αν : Pourquoi la locutrice s’adresse-t-elle à Héra pour un retour sain et sauf en mer ? Les deux dieux invoqués sont Héra et Zeus, avec Héra qualifiée de βασίληα et Zeus de βασίλευς. Peut-être pour s’adresser au plus haut niveau. Dans les Argonautiques, c’est Héra qui protège le voyage de Jason. Ou bien Héra comme liée à la famille. Avec opposition à Aphrodite implicite (selon Hérodote Charaxos est tombé amoureux d’une courtisane en Égypte)?

τυίδε : “ici” (cf. τῇδε).

σάαν : L’enjeu du début du poème se trouve dans l’opposition entre σάαν et πλέαι. Ce qui compte ce n’est pas la richesse, mais un retour en sécurité.

ἐπεύρην : att. ἐφευρεῖν (psilose éolienne), infinitif aoriste de ἐφευρίσκω.

αἶψα : Insistance sur l’idée de rapidité que l’on retrouve à la toute fin du poème au v.20.

τῶν : article en fonction de pronom relatif (régulier chez Sappho). Comment le construire? Complément de ἐπάρωγον? Cette proposition n’est pas facile à comprendre, ni à construire. Aux homéristes de l’atelier plongés dans le chant XXIV de l’Iliade depuis octobre, ce δαίμων protecteur envoyé par Zeus rappelle fortement Hermès.

βόλληται : att. βούληται (de *βόλσηται).

περτρόπην att. περιτροπεῖν de περιτροπέω « faire venir (?)».

ἀέργ̣̣ ῃ : le plus gros problème du texte. La conjecture de Obbink est d’autant plus difficile à comprendre qu’il ne donne pas de traduction. Son article souligne seulement qu’il faut prendre cet adjectif dans son sens positif (non pas “oisif”, mais qui ne travaille pas parce qu’il est noble, qui se consacre à l’“otium”). La forme adjectivale ne se comprend que comme venant de ἀεργής (et non ἀεργός), signalé dans le Bailly (1 ex. chez Nicandre) ainsi que dans la version papier du Liddell Scott (mais non dans sa version en ligne). En l’absence de verbe, l’accusatif ne peut alors plus se comprendre que comme un accusatif de relation, mais, outre l’obscurité du sens (il manque un verbe), le καί du vers suivant n’est plus compréhensible.
Nous suivons plutôt la conjecture de Franco Ferrari qui propose de lire ἀέρρῃ, “lever (la tête)”. Dans ce cas il faudrait comprendre les connotations d’une telle expression en grec (le Liddell Scott ne nous renseigne pas là-dessus).

Λάριχος : cité par Athénée comme étant le plus jeune frère de Sappho.

Structure de la strophe sapphique (expliquée par Jean Lallot) :
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ‒
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ‒
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ⏓ | ‒ ⏑ ⏑ ‒  ‒
Les métriciens considèrent que la strophe (38 syllabes) est un ensemble de trois vers mais depuis l’Antiquité l’usage est de disposer typographiquemet sur quatre lignes.
Tout le livre 1 de Sappho est écrit en strophes sapphiques (c’est la raison pour laquelle selon Obbink ces poèmes font partie du livre 1), mais elle a aussi composé avec d’autres types de mètres, notamment l’hexamètre dactylique.

 

(Je remercie Pierre Cuvelier pour sa prise de notes très précise durant la séance, et Roberto Salazar pour les informations transmises aux membres de l’atelier avant la séance)

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


3 réflexions sur « Le “nouveau” Sappho Séance n°10 le 28 février 2014 »

  1. Merci pour vos commentaires. Pour ce qui est des formes lesbiennes, c’est bien ce que nous signalons pour νόησθαι, mais nous avons gardé le texte d’Obbink. Quant à περτρόπην, nous pensons qu’il vient bien de περιτροπέω, signalé par le Liddell-Scott comme la forme ionienne et épique, que l’on trouve notamment dans l’Iliade et l’Odyssée, de περιτρέπω.

  2. Lire : PERTROPHN est la forme lesbienne correspondant soit à PERITRAPEIN soit à PERITRAPHNAI

  3. Oserai-je signaler quelques-unes des fautes qu’un très bref coup d’œil m’a fait apercevoir ? La forme lesbienne n’est pas PLEAI mais PLHAI, elle n’est pas NOEISTHAI mais NOHSTHAI. Monstrum horrendum ingens : PERTROPHN ne vient pas du barbarisme PERTROPEÔ, mais de PERTREPÔ = PERITREPÔ, et PERTROPHN est la forme lesbienne correspondant soit à TRAPEIN soit à TRAPHNAI : il n’y a sur ce point aucun doute possible ! Le passage où se trouve cette forme pose par ailleurs un grave problème textuel, que j’ai évoqué sur un site web italien consacré au nouveau fragment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.