Séance n°17 le 20 juin 2014 339-357

Homéristes présents : Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Salmonà.

ὣς ἔφατ᾽, οὐδ᾽ ἀπίθησε διάκτορος ἀργεϊφόντης.
αὐτίκ᾽ ἔπειθ᾽ ὑπὸ ποσσὶν ἐδήσατο καλὰ πέδιλα
ἀμβρόσια χρύσεια, τά μιν φέρον ἠμὲν ἐφ᾽ ὑγρὴν
δ᾽ ἐπ᾽ ἀπείρονα γαῖαν ἅμα πνοιῇς ἀνέμοιο·
εἵλετο δὲ ῥάβδον, τῇ τ᾽ ἀνδρῶν ὄμματα θέλγει
ὧν ἐθέλει, τοὺς δ᾽ αὖτε καὶ ὑπνώοντας ἐγείρει·
τὴν μετὰ χερσὶν ἔχων πέτετο κρατὺς ἀργεϊφόντης.
αἶψα δ᾽ ἄρα Τροίην τε καὶ Ἑλλήσποντον ἵκανε,
βῆ δ᾽ ἰέναι κούρῳ αἰσυμνητῆρι ἐοικὼς
πρῶτον ὑπηνήτῃ, τοῦ περ χαριεστάτη ἥβη.
οἳ δ᾽ ἐπεὶ οὖν μέγα σῆμα παρὲξ Ἴλοιο ἔλασσαν,
στῆσαν ἄρ᾽ ἡμιόνους τε καὶ ἵππους ὄφρα πίοιεν
ἐν ποταμῷ· δὴ γὰρ καὶ ἐπὶ κνέφας ἤλυθε γαῖαν.
τὸν δ᾽ ἐξ ἀγχιμόλοιο ἰδὼν ἐφράσσατο κῆρυξ
Ἑρμείαν, ποτὶ δὲ Πρίαμον φάτο φώνησέν τε·
φράζεο Δαρδανίδη· φραδέος νόου ἔργα τέτυκται.
ἄνδρ᾽ ὁρόω, τάχα δ᾽ ἄμμε διαρραίσεσθαι ὀΐω.
ἀλλ᾽ ἄγε δὴ φεύγωμεν ἐφ᾽ ἵππων, ἤ μιν ἔπειτα
γούνων ἁψάμενοι λιτανεύσομεν αἴ κ᾽ ἐλεήσῃ.

v. 339 : l’étymologie de διάκτορος n’est pas claire. L’épithète s’applique à Hermès, Iris et Athéna. Hésychius : διάγειν τὴν ἀγγελιαν. Pour le DELG, ça ne peut être le nom d’agent de διάγω.

v. 341 : ὑγρὴν : pourquoi ce substantif, fréquemment substantivé pour désigner la mer, est-il au féminin?

v. 342 : La description d’Hermès rappelle celle de l’Odyssée (V.43). Les vers sont aussi les mêmes qu’en Odyssée I, 97-98 et pour cette raison Aristarque athétise ce passage. Les scholiastes discutent pour savoir si les sandales sont ailées : “Aristote pense qu’elles sont ailées, il a tort”.

v. 347 : αἰσυμνητήρ. Pour Leaf l’étymologie est αἶσα μνάομαι, celui qui se soucie de la justice. Pour certains ce nom désigne un âge de la vie.
Les commentateurs modernes pensent plutôt que c’est un terme du vocabulaire technique du pouvoir. Quelqu’un qui a une autorité reconnue par le droit. Le terme désigne un magistrat dans certains dialectes.

v. 348 : ὑπηνήτης la moustache. La scholie fait la liste du vocabulaire technique. μύσταξ en haut, πάππος en bas, les deux ensemble ὑπήνη. Le terme générique étant γένειον.

v. 351 : ἤλυθε : comment rendre l’aoriste? Un scholiaste dit que l’aoriste est utilisé à la place du plus-que-parfait ἀόριστος ἀντὶ τοῦ ὑπερσυντελίκου. C’est à cause de γάρ qu’on a envie de traduire par un plus-que-parfait. Peut-on utiliser l’aoriste en grec pour marquer l’antériorité? C’est l’idée du scholiaste. Le plus-que-parfait n’est pas très utilisé en grec, l’aoriste peut avoir cette valeur.

ἐν ποταμῷ porte sur στῆσαν plutôt que sur πίοιεν.

v. 354 :Leaf remarque que φραδέος ne se trouve nulle part ailleurs. Le dictionnaire Montana le rapproche du pluriel erga cf. opus est en latin, il est besoin de.

v. 357 : λιτανεύσομεν subjonctif à voyelle brève.

La loi de Zielicki

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Manon Brouillet (9 juillet 2014). Séance n°17 le 20 juin 2014 339-357. Atelier Homère ENS Ulm. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2vy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.