Séance n°4 le 09 novembre 2012 232-258

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Matthieu Abgrall, Giuseppe Samonà, Claire Guillot, Manon Brouillet, Élodie Coutier.

ἐγγὺς γὰρ νηῶν καὶ τείχεος αὖλιν ἔθεντο
Τρῶες ὑπέρθυμοι τηλεκλειτοί τ’ ἐπίκουροι
κηάμενοι πυρὰ πολλὰ κατὰ στρατόν, οὐδ’ ἔτι φασὶ
σχήσεσθ’, ἀλλ’ ἐν νηυσὶ μελαίνῃσιν πεσέεσθαι.

Ζεὺς δέ σφι Κρονίδης ἐνδέξια σήματα φαίνων
ἀστράπτει· Ἕκτωρ δὲ μέγα σθένεϊ βλεμεαίνων
μαίνεται ἐκπάγλως πίσυνος Διί, οὐδέ τι τίει
ἀνέρας οὐδὲ θεούς· κρατερὴ δέ ἑ λύσσα δέδυκεν.
ἀρᾶται δὲ τάχιστα φανήμεναι Ἠῶ δῖαν·
στεῦται γὰρ νηῶν ἀποκόψειν ἄκρα κόρυμβα
αὐτάς τ’ ἐμπρήσειν μαλεροῦ πυρός, αὐτὰρ Ἀχαιοὺς
δῃώσειν παρὰ τῇσιν ὀρινομένους ὑπὸ καπνοῦ.
ταῦτ’ αἰνῶς δείδοικα κατὰ φρένα, μή οἱ ἀπειλὰς
ἐκτελέσωσι θεοί, ἡμῖν δὲ δὴ αἴσιμον εἴη
φθίσθαι ἐνὶ Τροίῃ ἑκὰς Ἄργεος ἱπποβότοιο.
ἀλλ’ ἄνα εἰ μέμονάς γε καὶ ὀψέ περ υἷας Ἀχαιῶν
τειρομένους ἐρύεσθαι ὑπὸ Τρώων ὀρυμαγδοῦ.
αὐτῷ τοι μετόπισθ’ ἄχος ἔσσεται, οὐδέ τι μῆχος
ῥεχθέντος κακοῦ ἔστ’ ἄκος εὑρεῖν· ἀλλὰ πολὺ πρὶν
φράζευ ὅπως Δαναοῖσιν ἀλεξήσεις κακὸν ἦμαρ.
ὦ πέπον ἦ μὲν σοί γε πατὴρ ἐπετέλλετο Πηλεὺς
ἤματι τῷ ὅτε σ’ ἐκ Φθίης Ἀγαμέμνονι πέμπε·
τέκνον ἐμὸν κάρτος μὲν Ἀθηναίη τε καὶ Ἥρη
δώσουσ’ αἴ κ’ ἐθέλωσι, σὺ δὲ μεγαλήτορα θυμὸν
ἴσχειν ἐν στήθεσσι· φιλοφροσύνη γὰρ ἀμείνων·
ληγέμεναι δ’ ἔριδος κακομηχάνου, ὄφρά σε μᾶλλον
τίωσ’ Ἀργείων ἠμὲν νέοι ἠδὲ γέροντες.

Traduction de Claire Guillot

v. 232 αὖλιν : le bivouac

v. 234-235 : qui va se jeter sur qui? Les Troyens sur les Grecs ou les Grecs sur les Troyens (Mazon)? σχήσεσθαι se retenir (de se jeter sur les autres) ou tenir le coup? Ils disent que nous ne tiendrons plus le coup mais que nous tomberons sur nos nefs noires OU ils disent qu’ils ne se retiendront plus et qu’ils vont se jeter. Mazon et Mugler (éd. la Différence) -> 1. Ameis, de Lisle, Dacier, Chicago Homer, Bailly, LSJ -> 2. Leaf donne les deux interprétations côte à côté. Dans l’Iliade, les deux sont attestés. XI, 824 (ils sont acculés à leurs nefs noires) ; XVII, 639 (avec un vers entre les deux, groupe nominal qui peut être sujet – selon Mazon – ou objet – LSJ) ; XIII, 742 ; XII 106 ; XII, 125 le sujet est exprimé. Ici le sujet ne l’est pas donc c’est forcément le même que celui de φασί. Mais quand il y a des réemplois de formule, il peut y avoir des petites distorsions dans la syntaxe.
Est-on obligé de trancher? Peut-être que plus personne ne se retient et que tout le monde se jette dans les nefs, les uns pour se replier, les autres pour attaquer.
vers 233 : ils veulent voir les nefs brûler (1)
vers 242 : les Argiens ne tiennent plus (2)
Hainsworth (commentaire de l’Iliade) choisit pour sujet de « σχήσεσθαι » et « πεσέεσθαι » : les Troyens

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.