Séance n°(1) Le 23 janvier 2015 v. 507-526

Homéristes présents: Claire Guillot, Jean Lallot,  Raphaël Saint-Jalm, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà, Manon Brouillet, Marine Glénisson.

ὣς φάτο, τῷ δ᾽ ἄρα πατρὸς ὑφ᾽ ἵμερον ὦρσε γόοιο:
ἁψάμενος δ᾽ ἄρα χειρὸς ἀπώσατο ἦκα γέροντα.
τὼ δὲ μνησαμένω ὃ μὲν Ἕκτορος ἀνδροφόνοιο
κλαῖ᾽ ἁδινὰ προπάροιθε ποδῶν Ἀχιλῆος ἐλυσθείς,
αὐτὰρ Ἀχιλλεὺς κλαῖεν ἑὸν πατέρ᾽, ἄλλοτε δ᾽ αὖτε
Πάτροκλον: τῶν δὲ στοναχὴ κατὰ δώματ᾽ ὀρώρει.
αὐτὰρ ἐπεί ῥα γόοιο τετάρπετο δῖος Ἀχιλλεύς,
καί οἱ ἀπὸ πραπίδων ἦλθ᾽ ἵμερος ἠδ᾽ ἀπὸ γυίων,
αὐτίκ᾽ ἀπὸ θρόνου ὦρτο, γέροντα δὲ χειρὸς ἀνίστη
οἰκτίρων πολιόν τε κάρη πολιόν τε γένειον,
καί μιν φωνήσας ἔπεα πτερόεντα προσηύδα:
‘ἆ δείλ᾽, ἦ δὴ πολλὰ κάκ᾽ ἄνσχεο σὸν κατὰ θυμόν.
πῶς ἔτλης ἐπὶ νῆας Ἀχαιῶν ἐλθέμεν οἶος
ἀνδρὸς ἐς ὀφθαλμοὺς ὅς τοι πολέας τε καὶ ἐσθλοὺς
υἱέας ἐξενάριξα; σιδήρειόν νύ τοι ἦτορ.
ἀλλ᾽ ἄγε δὴ κατ᾽ ἄρ᾽ ἕζευ ἐπὶ θρόνου, ἄλγεα δ᾽ ἔμπης
ἐν θυμῷ κατακεῖσθαι ἐάσομεν ἀχνύμενοί περ:
οὐ γάρ τις πρῆξις πέλεται κρυεροῖο γόοιο:
ὡς γὰρ ἐπεκλώσαντο θεοὶ δειλοῖσι βροτοῖσι
ζώειν ἀχνυμένοις: αὐτοὶ δέ τ᾽ ἀκηδέες εἰσί.

v. 508 : ἀψάμενος : « ayant touché » : la main de Priam se trouvait sur les genoux d’Achille, qui la retire doucement.

v. 509 : le génitif ne peut se comprendre qu’avec μνησαμένω, même s’il y a une rupture de parallélisme (ὁ μέν mais pas de ὁ δέ).

ἀνδροφόνοιο : met en valeur la bravoure d’Hector, qui répand le sang d’autres guerriers ; παιδοφόνοιο (v. 506) insistait plutôt sur la douleur de la perte d’un fils.

v. 510 : ἐλυσθείς : idée que Priam se recroqueville, se ramasse sur lui-même, se « roule » en boule sous l’effet de la douleur.

v. 510-512 : les pleurs des deux héros correspondent à une manifestation de deuil codifiée.

v. 514 : les scholiastes ont parfois rejeté ce vers, sous prétexte que γυία ne peut pas désigner le corps entier chez Homère, seulement des parties du corps.

Πράπις : mot rare et toujours au pluriel chez Homère, qui désigne une partie du corps proche du cœur.

v. 515 : faut-il voir une valeur aspectuelle significative aux verbes ὦρτο (aoriste) et ἀνίστη (imparfait) ? Les développements de P. Chantraine dans ce sens ne sont pas toujours très satisfaisants.

v. 518 : ἄνσχεο : ind. Aor. moy. 2ème pers. Sg, même si Bailly, à la fin de l’article ἀνέχω, l’identifie comme un impératif.

v. 522 : ἕζευ : impératif ; est-ce un aoriste ou un présent ? Pour Leaf, c’est un aoriste, et il semble que les formes de ce verbe se retrouvent surtout dans des cas où les aoristes sont bienvenus… Néanmoins, en observant d’autres occurrences de ce verbe, cela n’apparaît pas si clair…

v. 525 : ἐπεκλώσαντο : ce verbe se retrouve 7 fois au moins dans l’Odyssée, où les dieux, à la manière des Parques, y filent le destin des mortels ; ce vers contribue donc à la tonalité odysséenne du chant

Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.