Séance n°(2) le 6 février 2015 v. 527-551

Homéristes présents: Manon Brouillet, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Claire Guillot, Marine Glénisson, Giuseppe Samonà.

δοιοὶ γάρ τε πίθοι κατακείαται ἐν Διὸς οὔδει
δώρων οἷα δίδωσι κακῶν, ἕτερος δὲ ἑάων·
ᾧ μέν κ᾽ ἀμμίξας δώῃ Ζεὺς τερπικέραυνος,
ἄλλοτε μέν τε κακῷ ὅ γε κύρεται, ἄλλοτε δ᾽ ἐσθλῷ·
ᾧ δέ κε τῶν λυγρῶν δώῃ, λωβητὸν ἔθηκε,
καί ἑ κακὴ βούβρωστις ἐπὶ χθόνα δῖαν ἐλαύνει,
φοιτᾷ δ᾽ οὔτε θεοῖσι τετιμένος οὔτε βροτοῖσιν.
ὣς μὲν καὶ Πηλῆϊ θεοὶ δόσαν ἀγλαὰ δῶρα
ἐκ γενετῆς· πάντας γὰρ ἐπ᾽ ἀνθρώπους ἐκέκαστο
ὄλβῳ τε πλούτῳ τε, ἄνασσε δὲ Μυρμιδόνεσσι,
καί οἱ θνητῷ ἐόντι θεὰν ποίησαν ἄκοιτιν.
ἀλλ᾽ ἐπὶ καὶ τῷ θῆκε θεὸς κακόν, ὅττί οἱ οὔ τι
παίδων ἐν μεγάροισι γονὴ γένετο κρειόντων,
ἀλλ᾽ ἕνα παῖδα τέκεν παναώριον· οὐδέ νυ τόν γε
γηράσκοντα κομίζω, ἐπεὶ μάλα τηλόθι πάτρης
ἧμαι ἐνὶ Τροίῃ, σέ τε κήδων ἠδὲ σὰ τέκνα.
καὶ σὲ γέρον τὸ πρὶν μὲν ἀκούομεν ὄλβιον εἶναι·
ὅσσον Λέσβος ἄνω Μάκαρος ἕδος ἐντὸς ἐέργει
καὶ Φρυγίη καθύπερθε καὶ Ἑλλήσποντος ἀπείρων,
τῶν σε γέρον πλούτῳ τε καὶ υἱάσι φασὶ κεκάσθαι.
αὐτὰρ ἐπεί τοι πῆμα τόδ᾽ ἤγαγον Οὐρανίωνες
αἰεί τοι περὶ ἄστυ μάχαι τ᾽ ἀνδροκτασίαι τε.
ἄνσχεο, μὴ δ᾽ ἀλίαστον ὀδύρεο σὸν κατὰ θυμόν·
οὐ γάρ τι πρήξεις ἀκαχήμενος υἷος ἑῆος,
οὐδέ μιν ἀνστήσεις, πρὶν καὶ κακὸν ἄλλο πάθῃσθα.

ν. 528 : ἕτερος reprend le mot « jarre », mais la deuxième n’est pas précisée. Les Anciens s’interrogeaient sur le nombre de jarres : Pindare considère qu’il y en a trois, dont deux de maux ; Platon en voit deux. Le vers est ambigu et ouvre à diverses interprétations. Faut-il comprendre que Zeus puise à chaque fois dans les deux jarres, peut-il ne puiser que dans une seule ? La critique de Platon porte sur le malheur échu aux hommes, car Dieu ne peut vouloir que le bien.

οἷα δίδωσι paraît une expression redondante. On peut remarquer cependant la variété des constructions de δίδωμι  dans notre extrait, employé absolument, de façon transitive et avec un génitif partitif.

v. 529 : le rythme est étrange, car quatre spondées se succèdent.

v. 530 : Un sort mixte est le mieux que l’on puisse obtenir, aucun mortel ne reçoit le bonheur absolu.

v. 532 : βούβρωστις : les emplois de ce mot sont toujours métaphoriques chez Homère. Est-ce une sorte de boulimie qui saisit les malheureux ? Selon Leaf, cela fait référence à la morsure d’un taon, qui poursuit le pauvre hère de sa piqûre. Les scholies sont peu claires et évoquent une faim dévorante ou la pitié (οἶκτος). Cette métaphore est très employée dans les lexiques et Richardson signale que les poètes hellénistiques l’ont reprise. Il s’agit d’un hapax chez Homère.

v. 540 : παναώριον : formation similaire à πανάποτμος.

v. 543 : καί σὲ γέρον : ce καί est peut-être adverbial (« aussi »), mais sans doute faut-il comprendre, à la suite des éditeurs qui ont accentué σέ, que c’est sur ce dernier mot que repose l’insistance.
ἀκούομεν : cela peut être un présent ou un imparfait sans augment. Chez Homère, accompagné d’une indication de temps, le présent peut étendre sa valeur au passé. Au vers 546, φασι au présent pourrait faire pencher la balance en faveur d’un présent.

v. 544 : ἄνω: en pleine mer.

Λέσβος ἄνω : tout ce qui est au-dessus de Lesbos. Les lieux indiqués servent à délimiter l’espace contenu entre eux, que Priam contrôlait.

v. 545 : καθύπερτε : plus haut, car sur le plateau d’Asie centrale. Chez Hérodote, cela signifie « vers le nord ». Leaf traduit par « in land ».

v. 551 : πρίν : c’est un adverbe et non une conjonction. Chantraine, d’ailleurs, ne cite pas ce passage dans la liste des cas où πρίν est suivi de l’aoriste subjonctif.

Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.