Séance n°5 le 23 novembre 2012 232-258

Homéristes présents : Odile Mortier-Waldschmidt, Jean Lallot, Raphaël Saint-Jalm, Manon Brouillet, Claire Guillot, Matthieu Abgrall, Élodie Coutier.

ἐγγὺς γὰρ νηῶν καὶ τείχεος αὖλιν ἔθεντο
Τρῶες ὑπέρθυμοι τηλεκλειτοί τ’ ἐπίκουροι
κηάμενοι πυρὰ πολλὰ κατὰ στρατόν, οὐδ’ ἔτι φασὶ
σχήσεσθ’, ἀλλ’ ἐν νηυσὶ μελαίνῃσιν πεσέεσθαι.
Ζεὺς δέ σφι Κρονίδης ἐνδέξια σήματα φαίνων
ἀστράπτει· Ἕκτωρ δὲ μέγα σθένεϊ βλεμεαίνων
μαίνεται ἐκπάγλως πίσυνος Διί, οὐδέ τι τίει
ἀνέρας οὐδὲ θεούς· κρατερὴ δέ ἑ λύσσα δέδυκεν.
ἀρᾶται δὲ τάχιστα φανήμεναι Ἠῶ δῖαν·
στεῦται γὰρ νηῶν ἀποκόψειν ἄκρα κόρυμβα
αὐτάς τ’ ἐμπρήσειν μαλεροῦ πυρός, αὐτὰρ Ἀχαιοὺς
δῃώσειν παρὰ τῇσιν ὀρινομένους ὑπὸ καπνοῦ.
ταῦτ’ αἰνῶς δείδοικα κατὰ φρένα, μή οἱ ἀπειλὰς
ἐκτελέσωσι θεοί, ἡμῖν δὲ δὴ αἴσιμον εἴη
φθίσθαι ἐνὶ Τροίῃ ἑκὰς Ἄργεος ἱπποβότοιο.
ἀλλ’ ἄνα εἰ μέμονάς γε καὶ ὀψέ περ υἷας Ἀχαιῶν
τειρομένους ἐρύεσθαι ὑπὸ Τρώων ὀρυμαγδοῦ.
αὐτῷ τοι μετόπισθ’ ἄχος ἔσσεται, οὐδέ τι μῆχος
ῥεχθέντος κακοῦ ἔστ’ ἄκος εὑρεῖν· ἀλλὰ πολὺ πρὶν
φράζευ ὅπως Δαναοῖσιν ἀλεξήσεις κακὸν ἦμαρ.
ὦ πέπον ἦ μὲν σοί γε πατὴρ ἐπετέλλετο Πηλεὺς
ἤματι τῷ ὅτε σ’ ἐκ Φθίης Ἀγαμέμνονι πέμπε·
τέκνον ἐμὸν κάρτος μὲν Ἀθηναίη τε καὶ Ἥρη
δώσουσ’ αἴ κ’ ἐθέλωσι, σὺ δὲ μεγαλήτορα θυμὸν
ἴσχειν ἐν στήθεσσι· φιλοφροσύνη γὰρ ἀμείνων·
ληγέμεναι δ’ ἔριδος κακομηχάνου, ὄφρά σε μᾶλλον
τίωσ’ Ἀργείων ἠμὲν νέοι ἠδὲ γέροντες.

v. 236 : « ἐνδέξια » = favorable / à droite (les deux sens se recoupent).

v. 237 : Le portrait d’Hector en fou furieux ressemble au portrait d’Achille au chant 21 (au moment du combat contre le Scamandre) ; c’est un portrait assez fort (impiété, etc.), et assez inattendu : la rhétorique d’Ulysse nous semble étrange : dans son discours, Hector est un impie soutenu par Zeus (= image paradoxale d’Hector !!) ; or, les signes de Zeus peuvent être douteux (cf. leurres envoyés aux Grecs) => cette confiance est peut-être mal placée… (cela évoque, de manière anachronique, la conception d’une justice divine ambiguë chez Eschyle, dans Les Sept contre Thèbes) ; image proche de celle de Diomède lancé au combat, ainsi que d’Achille qui doit se « revêtir de sa vaillance ».

v. 239 : « ἀνέρας » = toujours un dactyle (arrangement métrique)

v. 240 : « ἀράομαι » = adresser une prière, une demande (pas forcément une malédiction), alors que « ἀρά », chez Homère, peut signifier « malédiction » => évolution du sens de ce verbe depuis Homère ? (source : dictionnaire italien de Montanaris)

Quelle est ici la construction d’ « ἀρᾶται » ? « prier l’aurore », ou « prier pour que l’aurore » (= vraie proposition infinitive)… ? Ne doit-on pas toujours prier une divinité exprimée ? (non, cela peut rester implicite)

v. 241 : « στεῦται » = sens proche d’ « εὔχομαι » ici (au sens de « se vanter »)

v. 242 : le bateau entier en opposition avec la partie, κόρυμβόν évoqué juste avant. DELG “barre d’hourdi au sommet l’étambeau du navire”. Pièce fonctionnelle mais sans doute décorée. Ce qui justifierait qu’Hector a le désir de prélever cette pièce comme trophée. Leaf κόρυμβόν serait comme ἀφλαστρον (aplustre).

v. 242 : pourquoi employer le génitif pour « πυρός », et non le datif (comme en 8.182) ? Il s’agit de l’emploi homérique du génitif partitif à la place de n’importe quel cas.

v. 243 : Selon les commentateurs modernes ὀρινομένους établit une comparaison implicite avec les abeilles qu’on chasse (ou endort?) avec des fumigènes pour récupérer le miel.

v. 247 : ἀλλά au sens de eh bien, allons, debout ; existe déjà chez Homère.

v. 247 : καὶ ὀψέ περ même si c’est tard. Soit même si tu y penses tard, soit même si le salut arrive tard. La plupart des traducteurs penchent pour “si tu as une envie même tardive”.

v. 248 : Comment ερύεσθαι doit s’entendre? Ca engage toute la syntaxe du vers. ὑπό ὀρυμαγδοῦ complément d’agent qui va avec τειρομενους ou ερύεσθαι tirer, retirer ὑπό + génitif retirer de? Pour Hainsworth ce n’est sans doute même pas clair dans la tête du poète.

v. 250 : Leaf ῥεχθέντος κακοῦ est-il un génitif absolu ou un complément du nom de ἄκος? Le sens est le même.

v. 250 : gros problème de métrique. La pause inter-mot entre le 3° et le 4° mètre est normalement évitée (Hainsworth). D’autre part, on a un spondée avant la pause bucolique. Aucune variante de ce vers n’est signalée.

v. 250 : Pourquoi ἔστ᾽ est-il accentué ainsi? L’accent final qui est un faux accent ne remonte pas. Leaf dit que selon Bekker il faut y voir un futur ἔσται.

Ce vers est prophétique : une fois Patrocle mort, Achille n’y pourra apporter aucun remède.

v. 251 : Leaf et Hainsworth s’interrogent sur la tonalité de πέπον “généralement une adresse polie, quelquefois avec idée de remontrance” “my good sir”. Ulysse se pose en aîné d’Achille.

v. 256 : φιλοφροσύνη. Ce mot nous étonne chez Homère. C’est la seule occurrence. Jacqueline de Romilly ne mentionne pas ce passage.

v. 257 : Y a-t-il dans κακομηχανου un écho de οὐδέ τι μῆχος ?

Les pauses bucoliques sont très fréquentes dans ce passage (= entre le 4e et le 5e mètre) ; règle : lorsqu’il y a pause bucolique, le mètre qui précède est nécessairement un dactyle + les deux brèves du dactyle doivent appartenir au même mot (idée : l’hexamètre comprend un nombre pair de mètres => plus on approche de la fin du vers, plus on pourrait avoir le sentiment que c’est le dernier mètre du vers => on explique la double règle énoncée ci-avant par le souci de rendre impossible de voir une fin de vers à l’endroit de la pause bucolique : l’appartenance des deux brèves au même mot fait qu’il n’y a pas de schème « 6e pied » possible (avec une dernière voyelle indifférente))

Exemples : v. 232, v. 234, v. 236, v. 238, v. 240 (5e pied = « Ἠῶ » = contraction => on peut retrouver le dactyle), v. 239 (un mot métrique peut être un mot simple, mais aussi un groupe rythmique avec des mots en enclise, ce qui est le cas ici) // v. 231

Interdit en grec : un vrai inter-mot au milieu du vers !!! (c’est à dire une césure après le 3e mètre).

Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.