Séance (5) le 4 avril 2015 v. 621-642

Homéristes présents : Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà, Marine Glénisson.

ἦ καὶ ἀναΐξας ὄϊν ἄργυφον ὠκὺς Ἀχιλλεὺς
σφάξ᾽· ἕταροι δ᾽ ἔδερόν τε καὶ ἄμφεπον εὖ κατὰ κόσμον,
μίστυλλόν τ᾽ ἄρ᾽ ἐπισταμένως πεῖράν τ᾽ ὀβελοῖσιν,
ὄπτησάν τε περιφραδέως, ἐρύσαντό τε πάντα.
Αὐτομέδων δ᾽ ἄρα σῖτον ἑλὼν ἐπένειμε τραπέζῃ
καλοῖς ἐν κανέοισιν: ἀτὰρ κρέα νεῖμεν Ἀχιλλεύς.
οἳ δ᾽ ἐπ᾽ ὀνείαθ᾽ ἑτοῖμα προκείμενα χεῖρας ἴαλλον.
αὐτὰρ ἐπεὶ πόσιος καὶ ἐδητύος ἐξ ἔρον ἕντο,
ἤτοι Δαρδανίδης Πρίαμος θαύμαζ᾽ Ἀχιλῆα
ὅσσος ἔην οἷός τε: θεοῖσι γὰρ ἄντα ἐῴκει·
αὐτὰρ ὃ Δαρδανίδην Πρίαμον θαύμαζεν Ἀχιλλεὺς
εἰσορόων ὄψίν τ᾽ ἀγαθὴν καὶ μῦθον ἀκούων.
αὐτὰρ ἐπεὶ τάρπησαν ἐς ἀλλήλους ὁρόωντες,
τὸν πρότερος προσέειπε γέρων Πρίαμος θεοειδής·
λέξον νῦν με τάχιστα διοτρεφές, ὄφρα καὶ ἤδη
ὕπνῳ ὕπο γλυκερῷ ταρπώμεθα κοιμηθέντες·
οὐ γάρ πω μύσαν ὄσσε ὑπὸ βλεφάροισιν ἐμοῖσιν
ἐξ οὗ σῇς ὑπὸ χερσὶν ἐμὸς πάϊς ὤλεσε θυμόν,
ἀλλ᾽ αἰεὶ στενάχω καὶ κήδεα μυρία πέσσω
αὐλῆς ἐν χόρτοισι κυλινδόμενος κατὰ κόπρον.
νῦν δὴ καὶ σίτου πασάμην καὶ αἴθοπα οἶνον
λαυκανίης καθέηκα: πάρος γε μὲν οὔ τι πεπάσμην.

ν. 621 : ἀναίξας: les actions d’Achille dans ce passage du chant XXIV sont marquées par la rapidité et la vivacité de leur exécution.

v. 623-627 : les préparatifs du repas sont tous accomplis méticuleusement, avec le plus grand soin et le plus grand art ; Achille accomplit les tâches les plus importantes (égorger la bête, répartir les parts), tandis que ses compagnons se chargent des tâches subalternes. L’alternance des verbes à l’imparfait et à l’aoriste indique peut-être que certaines actions prennent plus de temps que d’autres. Les scènes de préparatifs de banquet sont toujours décrites dans les mêmes termes dans les épopées homériques (le v. 627 revient fréquemment dans l’Odyssée). On peut remarquer que seuls les préparatifs du banquet sont décrits, tandis que l’absorption même de nourriture, plus triviale, ne participe pas du registre épique

v. 625 : σῖτος désigne du pain par opposition à κρέα, la viande, mais au v. 641, la mise en relation de σῖτος avec οἶνος invite à la traduire plutôt par « de la nourriture solide ».

v. 629-633 : Scène qui met en regard, par le chiasme des v. 629 et 631, deux personnages extraordinaires qui prennent plaisir à s’admirer tous deux. La beauté d’Achille est mise en perspective avec une beauté plus morale (ἀγαθήν) de Priam.

v. 633 : τάρπησαν est une forme médio-passive, intransitive.

v. 635-642 : la réplique de Priam invite à mettre sa situation en parallèle avec celle de Niobé, évoquée aux vers précédents, qui refusa elle aussi de manger après la mort de ses enfants.

v. 636 : l’accentuation de ὕπο ne semble pas justifiée par une anastrophe ; la question se pose de savoir pourquoi τέρπω paraît construit avec ὑπό + Dat., il faut sans doute penser que le sommeil est ici envisagé comme une chape matérielle qui entoure les membres. On retrouve des constructions similaires en Il. III, 441 et en Il. XIV, 314. Chantraine pour sa part considère qu’il n’est pas toujours facile de savoir, dans les textes homériques, si ὑπό est un préverbe ou une préposition.
Ταρπώμεθα : la variante παυσώμεθα, proposée par Aristarque est refusée par Leaf pour des raisons métriques, car il considère que la forme correcte serait παυσόμεθα ; les scholies discutent de ταρπώμεθα pour des raisons morales, Aristarque jugeant peu convenable que Priam puisse prendre du plaisir au sommeil, tandis que d’autres commentateurs antiques estiment qu’après douze jours sans sommeil, le sommeil va effectivement sembler plaisant.

v. 641 : πασάμην: vient de πατέομαι ou de *παομαι +G.

v. 642 : λαυκανίης est un génitif que l’on peut analyser comme un génitif partitif ou comme induit par le préfixe κατά de καθέηκα. Les deux constructions se retrouvent en grec (cf. Eur. Troyennes, 1010 : πύργων καθιεῖσα; Xen., An., IV, 2, 17 : ἰεὶς σαυτὸς κατὰ τοῦ τειχοῦ), il est donc difficile de trancher.

Marine Glénisson

Doctorante à l'Université Paris IV-Sorbonne

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Glénisson (9 juin 2015). Séance (5) le 4 avril 2015 v. 621-642. Atelier Homère ENS Ulm. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2w6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.