A propos Manon Brouillet

Manon Brouillet est doctorante à l'EHESS. Elle travaille sur le polythéisme grec et sur l'épopée homérique.

Bibliographie homérique

Nous signalons et reprenons une bibliographie fort utile sur la langue homérique, disponible sur le site du département des Sciences de l’Antiquité de l’ENS Ulm, et téléchargeable sous la forme d’un document pdf.

http://antiquite.ens.fr/recherche/bibliographies-de-recherche/article/grec-homerique

BECHTEL, F., 1914. Lexicologus zu Homer, Halle.
BREMER, J.M. (et alii), 1987. Homer : Beyond Oral Poetry, Amsterdam.
CAUER, P., 1895. Grundfragen der Homerkritik, Leipzig.
CHANTRAINE, P., 1953-1958. Grammaire homérique, 2 volumes, Paris.
CRESPO, E. (et alii), 1991. Homerica, Estudios lingüísticos, Madrid.
CRIELAARD, J.P. (ed.), 1995. Homeric Questions, Amsterdam.
CUNLIFFE, R.J., 1924. A Lexicon of the Homeric Dialect, London.
DUENTZER, H. (ed.), 1848. De Zenodoti studiis Homericis, Göttingen.
EBELING, H., 1885. Lexicon Homericum, 2 volumes, Leipzig [Hildesheim, 1963].
ERBSE, H., 1995. “Zur Orthographie Homers”, Glotta, 72, 82-97.
ERBSE, H (ed.), 1969-1988. Scholia Graeca in Homeri Iliadem (scholia vetera), 7 volumes, Berlin.
FOWLER, R. (ed.), 2004. The Cambridge Companion to Homer, Cambridge.
GEHRING, A., 1970. Index Homericus, Hildesheim.
HACKSTEIN, O., 2002. Die Sprachform der homerischen Epen, Wiesbaden.
HAINSWORTH, J.B., 1968. The Flexibility of the Homeric Formula, Oxforf.
HAJNAL, I., 1998. Mykenisches und homerisches Lexikon. Übereinstimmungen, Konvergenzen und Versuch einer Typologie, Innsbruck.
HEUBECK, A., 1981. “Zum Problem der homerischen Kunstsprache”, Museum Helveticum, 38, 65-80.
—, 1984. Die homerische Frage, Darmstadt.
HEUBECK, A. (et alii), 1988-1992. A Commentary on Homer’s Odyssey, 3 volumes, Oxford.
HIERSCHE, R.,, 1972. Die Sprache Homers im Lichte neuerer Forschungen, Innsbruck.
HOECKSTRA, A., 1969. Homeric Modifications of formulaic prototypes, Amsterdam.
JENSEN, M.S., 1980. The Homeric Question and the Oral-Formulaic Theory, Copenhague.
KAMPTZ, H. von, 1982. Homerische Personennamen, Göttingen.
KIRK, G.S., 1964. The Language and Background of Homer, Cambridge.
—, 1976. Homer and the Oral Tradition, Cambridge.
KIRK, G.S. (et alii), 1985-1993. The Iliad, A Commentary, Cambridge.
KNÖS, O.V., 1872-1879. De digammo homerico quaestiones, Uppsala.
LA ROCHE, J., 1866. Die homerische Textkritik im Alterthum, Leipzig.
—, 1869. Homerische Untersuchungen, Leipzig.
LATACZ, J. (ed.), 1979. Homer, Tradition und Neuerung, Darmstadt.
— (ed.), 1991. Homer : Die Dichtung und ihre Deutung, Darmstadt.
— (ed.), 2000. Homers Ilias, Gesamtkommentar, München, Leipzig.
LEAF, W., 1900-1902. The Iliad, ed. with Apparatus criticus, Prolegomena, Notes and Appendices, 2 volumes, London.
LEUMANN, M., 1950. Homerische Wörter, Basel.
LORD, A.B., 1960. The Singer of Tales, Cambridge Mass.
MARZULLO, B., 1970. Il Problema omerico, Milano, Napoli.
MEILLET, A., 1918. “Sur une édition linguistique d’Homère”, Revue des études grecques, 31, 277-314.
MEISTER, K., 1921. Die homerische Kunstsprache, Leipzig.
MILLER, D.G., 1982. Homer and the Ionian Epic Tradition. Some phonic and phonological Evidence against an Aeolic Phase, Innsbruck.
MONRO, D. B., 1891. A Grammar of the Homeric Dialect, Oxford.
MORRIS, I., POWELL B. (ed.), 1997. A New Companion to Homer, Leiden, New York, Köln.
MÜLLER, D.G., 1982. Homer and the Ionian Epic Tradition, Innsbruck.
NAGY, G., 1969. The Best of the Achaeans, Baltimore, London.
NEGRI, A., 1981. Miceneo e lingua omerica, Firenze.
NUSSBAUM, A., 1998. Two Studies in Greek and Homeric Linguistics, Göttingen.
PARRY, A. (ed.), 1971. The Making of Homeric Verse. The Collected Papers of Milman Parry, Oxford.
PARRY, M., 1928a. L’épithète traditionnelle chez Homère, Paris.
—, 1928b. Les formules et la métrique d’Homère, Paris.
PATZER, H., 1998. Die Formgesetze des homerischen Epos, Stuttgart.
RENGAKOS, A., 1993. Der Homertext und die hellenistischen Dichter, Stuttgart.
RISCH, E., 1974. Wortbildung der homerischen Sprache, 2e édition, Berlin, New York.
RÓSEN, H.B., 1967. Strukturalgrammatische Beiträge zum Verständnis Homers, Amsterdam.
RUIJGH, C.J., 1957. L’élément achéen dans la langue épique, Assen.
SCHULZE, W., 1892. Quaestiones epicae, Gütersloh.
SHIPP, G.P., 19722. Studies in the Language of Homer, Cambridge.
SNELL, B., 1982. Griechische Metrik, Göttingen.
SNELL, B. (et alii), 1955. Lexikon des frühgriechischen Epos, Göttingen.
STRUNK, K., 1957. Die sogenannten Aeolismen der homerischen Sprache, Köln.
THUMB, A., 1898. “Zur Geschichte des griechischen Digamma”, Indogermanische Forschungen, 9, 294-342.
UNTERMANN, J., 1987. Einführung in die Sprache Homers, Heidelberg.
VISSER, E., 1987. Homerische Versifikationstechnik, Versuch einer Rekonstruktion, Frankfurt am Main, Bern, New York.
WACKERNAGEL, J., 1916. Sprachliche Untersuchungen zu Homer, Göttingen.
WATHELET, P., 1970. Les traits éoliens dans la langue de l’épopée grecque, Roma.
WEST, M.W., 2001. Studies in the Text and Transmission of the Iliad, München, Leipzig.
WYATT, W., 1969. Metrical Lengthening in Homer, Rom.

Séance n°17 le 20 juin 2014 339-357

Homéristes présents : Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Salmonà.

ὣς ἔφατ᾽, οὐδ᾽ ἀπίθησε διάκτορος ἀργεϊφόντης.
αὐτίκ᾽ ἔπειθ᾽ ὑπὸ ποσσὶν ἐδήσατο καλὰ πέδιλα
ἀμβρόσια χρύσεια, τά μιν φέρον ἠμὲν ἐφ᾽ ὑγρὴν
δ᾽ ἐπ᾽ ἀπείρονα γαῖαν ἅμα πνοιῇς ἀνέμοιο·
εἵλετο δὲ ῥάβδον, τῇ τ᾽ ἀνδρῶν ὄμματα θέλγει
ὧν ἐθέλει, τοὺς δ᾽ αὖτε καὶ ὑπνώοντας ἐγείρει·
τὴν μετὰ χερσὶν ἔχων πέτετο κρατὺς ἀργεϊφόντης.
αἶψα δ᾽ ἄρα Τροίην τε καὶ Ἑλλήσποντον ἵκανε,
βῆ δ᾽ ἰέναι κούρῳ αἰσυμνητῆρι ἐοικὼς
πρῶτον ὑπηνήτῃ, τοῦ περ χαριεστάτη ἥβη.
οἳ δ᾽ ἐπεὶ οὖν μέγα σῆμα παρὲξ Ἴλοιο ἔλασσαν,
στῆσαν ἄρ᾽ ἡμιόνους τε καὶ ἵππους ὄφρα πίοιεν
ἐν ποταμῷ· δὴ γὰρ καὶ ἐπὶ κνέφας ἤλυθε γαῖαν.
τὸν δ᾽ ἐξ ἀγχιμόλοιο ἰδὼν ἐφράσσατο κῆρυξ
Ἑρμείαν, ποτὶ δὲ Πρίαμον φάτο φώνησέν τε·
φράζεο Δαρδανίδη· φραδέος νόου ἔργα τέτυκται.
ἄνδρ᾽ ὁρόω, τάχα δ᾽ ἄμμε διαρραίσεσθαι ὀΐω.
ἀλλ᾽ ἄγε δὴ φεύγωμεν ἐφ᾽ ἵππων, ἤ μιν ἔπειτα
γούνων ἁψάμενοι λιτανεύσομεν αἴ κ᾽ ἐλεήσῃ.

v. 339 : l’étymologie de διάκτορος n’est pas claire. L’épithète s’applique à Hermès, Iris et Athéna. Hésychius : διάγειν τὴν ἀγγελιαν. Pour le DELG, ça ne peut être le nom d’agent de διάγω.

v. 341 : ὑγρὴν : pourquoi ce substantif, fréquemment substantivé pour désigner la mer, est-il au féminin?

v. 342 : La description d’Hermès rappelle celle de l’Odyssée (V.43). Les vers sont aussi les mêmes qu’en Odyssée I, 97-98 et pour cette raison Aristarque athétise ce passage. Les scholiastes discutent pour savoir si les sandales sont ailées : « Aristote pense qu’elles sont ailées, il a tort ».

v. 347 : αἰσυμνητήρ. Pour Leaf l’étymologie est αἶσα μνάομαι, celui qui se soucie de la justice. Pour certains ce nom désigne un âge de la vie.
Les commentateurs modernes pensent plutôt que c’est un terme du vocabulaire technique du pouvoir. Quelqu’un qui a une autorité reconnue par le droit. Le terme désigne un magistrat dans certains dialectes.

v. 348 : ὑπηνήτης la moustache. La scholie fait la liste du vocabulaire technique. μύσταξ en haut, πάππος en bas, les deux ensemble ὑπήνη. Le terme générique étant γένειον.

v. 351 : ἤλυθε : comment rendre l’aoriste? Un scholiaste dit que l’aoriste est utilisé à la place du plus-que-parfait ἀόριστος ἀντὶ τοῦ ὑπερσυντελίκου. C’est à cause de γάρ qu’on a envie de traduire par un plus-que-parfait. Peut-on utiliser l’aoriste en grec pour marquer l’antériorité? C’est l’idée du scholiaste. Le plus-que-parfait n’est pas très utilisé en grec, l’aoriste peut avoir cette valeur.

ἐν ποταμῷ porte sur στῆσαν plutôt que sur πίοιεν.

v. 354 :Leaf remarque que φραδέος ne se trouve nulle part ailleurs. Le dictionnaire Montana le rapproche du pluriel erga cf. opus est en latin, il est besoin de.

v. 357 : λιτανεύσομεν subjonctif à voyelle brève.

La loi de Zielicki

Séance n°15 le 16 mai 2014 286-313

Homéristes présents : Manon Brouillet, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt.στῆ δ᾽ ἵππων προπάροιθεν ἔπος τ᾽ ἔφατ᾽ ἔκ τ᾽ ὀνόμαζε·
τῆ σπεῖσον Διὶ πατρί, καὶ εὔχεο οἴκαδ᾽ ἱκέσθαι
ἂψ ἐκ δυσμενέων ἀνδρῶν, ἐπεὶ ἂρ σέ γε θυμὸς
ὀτρύνει ἐπὶ νῆας ἐμεῖο μὲν οὐκ ἐθελούσης.
ἀλλ᾽ εὔχεο σύ γ᾽ ἔπειτα κελαινεφέϊ Κρονίωνι
Ἰδαίῳ, ὅς τε Τροίην κατὰ πᾶσαν ὁρᾶται,
αἴτει δ᾽ οἰωνὸν ταχὺν ἄγγελον, ὅς τέ οἱ αὐτῷ
φίλτατος οἰωνῶν
, καί εὑ κράτος ἐστὶ μέγιστον,
δεξιόν, ὄφρά μιν αὐτὸς ἐν ὀφθαλμοῖσι νοήσας
τῷ πίσυνος ἐπὶ νῆας ἴῃς Δαναῶν ταχυπώλων.
εἰ δέ τοι οὐ δώσει ἑὸν ἄγγελον εὐρύοπα Ζεύς,
οὐκ ἂν ἔγωγέ σ᾽ ἔπειτα ἐποτρύνουσα κελοίμην
νῆας ἐπ᾽ Ἀργείων ἰέναι μάλα περ μεμαῶτα.
τὴν δ᾽ ἀπαμειβόμενος προσέφη Πρίαμος θεοειδής·
‘ὦ γύναι οὐ μέν τοι τόδ᾽ ἐφιεμένῃ ἀπιθήσω.
ἐσθλὸν γὰρ Διὶ χεῖρας ἀνασχέμεν αἴ κ᾽ ἐλεήσῃ.
ἦ ῥα καὶ ἀμφίπολον ταμίην ὄτρυν᾽ ὃ γεραιὸς
χερσὶν ὕδωρ ἐπιχεῦαι ἀκήρατον· ἣ δὲ παρέστη
χέρνιβον ἀμφίπολος πρόχοόν θ᾽ ἅμα χερσὶν ἔχουσα.
νιψάμενος δὲ κύπελλον ἐδέξατο ἧς ἀλόχοιο·
εὔχετ᾽ ἔπειτα στὰς μέσῳ ἕρκεϊ, λεῖβε δὲ οἶνον
οὐρανὸν εἰσανιδών, καὶ φωνήσας ἔπος ηὔδα·
‘Ζεῦ πάτερ Ἴδηθεν μεδέων κύδιστε μέγιστε
δός μ᾽ ἐς Ἀχιλλῆος φίλον ἐλθεῖν ἠδ᾽ ἐλεεινόν,
πέμψον δ᾽ οἰωνὸν ταχὺν ἄγγελον, ὅς τε σοὶ αὐτῷ
φίλτατος οἰωνῶν, καί εὑ κράτος ἐστὶ μέγιστον,
δεξιόν, ὄφρά μιν αὐτὸς ἐν ὀφθαλμοῖσι νοήσας
τῷ πίσυνος ἐπὶ νῆας ἴω Δαναῶν ταχυπώλων.’

v. 286 : ἔκ τ᾽ ὀνόμαζε : hémistiche formulaire qui est souvent interprétée comme : la personne dit un propos et énumère les noms de celui à qui elle s’adresse. Mais dans au moins la moitié des cas il n’y a aucun nom propre dans le début de l’adresse. Peut-on le considérer comme une simple cheville?
Schadewaldt « Und sie trat vor die Pferde, sprach das Wort und benannte es heraus », »elle s’avança devant les chevaux, dit le mot et le nomma complètement » « es »: pronom neutre : renvoie à das Wort, le propos : elle dit le propos et nomma complètement ce propos.
Marella Nappi « La conversation intime dans l’Iliade : epos t’ephat’ ek t’onomaze » (dans Mélanges offerts à Pierre Carlier) : il s’agit de passages avec une charge émotive particulière, et dont la dimentsion sonore est soulignée.
Voir Sylvie Perceau, La parole vive?

v. 287 : τῆ particule présentative « tiens », quand on donne quelque chose à quelqu’un. Morphologiquement c’est un instrumental.

εὔχεο οἴκαδ᾽: hiatus de καὶ devant οἴκαδ᾽ après la chute du digamma (vicus en latin)

v. 290 : ἔπειτα, pour Leaf on pourrait le comprendre comme « après tout ce qui a été dit ». Mais ça peut très bien ici signifier « ensuite » : il y a deux prières différentes (Hainsworth).

v. 291 : il y a deux monts Ida : en Crète, là où Zeus a été élevé, et en Troade. Il semblerait cependant que dans l’Iliade, il ne soit question que de la montagne crétoise.

v. 292 οἰωνός : oiseau de proie. On considère qu’il y a un suffixe augmentatif par rapport au latin avis.

La spécification est elle compatible avec le τε généralisant?

v. 293 : εὑ ne peut être que le pronom de troisième personne au génitif, il reprend l’oiseau : on ne répète pas un pronom relatif à un autre cas, on utilise un démonstratif (comme en prose classique).
Noter aussi le hiatus καί εὑ et l’absence d’abrègement de καί après chute du digamma.

v. 294 : νοήσας lié à la vue : voir, s’apercevoir.

vers 292, 296 et 310 : ἄγγελος parfois avec ταχύν parfois avec ἑόν. La leçon ἑόν qui se trouve, au moins comme leçon alternative, dans les trois passages a ennuyé dès l’Antiquité. Le grammairien Apollonios Dyscole, du IIe siècle de notre ère, qui a écrit un traité de Syntaxe, traite de cette question, dans le livre II consacré aux pronoms : il s’agit d’un problème visiblement débattu par les Anciens et sur lequel il prend position.
II§113, p.183-184 dans l’édition et traduction de Jean Lallot.
Apollonios Dyscole est à contre-courant de la majorité des grammairiens de l’époque en disant que ἑ et ἑος ne sont pas nécessairement des réfléchis. La plupart des modernes, comme les Anciens, y voient des réfléchis.
Dans son hypothèse, on peut garder ἑόν à tous les vers.
Au vers 310 on peut aussi considérer ἑόν comme un archaïsme (dans certaines langues indo-européennes le réfléchi a la même forme pour les trois personnes, comme encore dans les langues slaves aujourd’hui)
Il arrive en effet que dans l’Iliade on trouve ce pronom avec des sens de première ou de deuxième personne. Les grammairiens anciens ne l’ont jamais accepté et ont toujorus corrigé.
Cette question nous fait toucher du doigt le problème de l’histoire du texte homérique.

v. 300 : Le vieillard accepte immédiatement : cf scholie Priam obtempère non pas qu’il n’ait pas confiance dans Iris mais voulant donner du courage à Hécube. Une scholie remarque également que cette demande faite par Hécube est typiquement féminine.

v. 303 : ἀκήρατον étymologie difficile, qui ne serait pas la même que celle de ἀκρατος.

v. 304 : χέρνιβον serait différent de χερνιψ, l’eau lustrale. Aristarque refuse χέρνιβον car contrairement à son usage, il appelle χέρνιβον la coupe qui reçoit l’eau « comme nous » (comme les Grecs de son hapax). Alors que Leaf en fait un hapax, on le trouve en effet dans des inscriptions pour désigner un vase, un bassin pour les inscriptions.

v. 306 : ἕρκεϊ selon les scholies il y aurait là un autel à Zeus, où plus tard se réfuigera Priam qui n’en sera pas moins égorgé. Goube : le « manoir » homérique est entouré d’une enceinte. cf. Zeus erkeios qui protège l’enceinte d’une maison.

v. 309 : φίλον l’adjectif n’est-il pas un peu fort dans ce contexte? Une scholie consièdre que en tant qu’ennemi, ἔχθρος, Priam demande l’élimination de l’inimitié et en tant que malheureux il demande la pitié. Il s’agit de positions sociales qui n’ont rien à voir avec les sentiments. Le contraire de ἔχθρος est φίλος : non inimitié qui se traduira par des gestes d’hospitalité.

Voir Danielle AUBRIOT-SEVIN, Prière et conceptions religieuses en Grèce ancienne, 1992.

Séance n°14 le 2 mai 2014 265-285

Homéristes présents : Jean Lallot, Manon Brouillet, Claire Guillot, Giuseppe Salmonà, Odile Mortier-Waldschmidt, Marine Glénisson.

ὣς ἔφαθ᾽, οἳ δ᾽ ἄρα πατρὸς ὑποδείσαντες ὁμοκλὴν
ἐκ μὲν ἄμαξαν ἄειραν ἐΰτροχον ἡμιονείην
καλὴν πρωτοπαγέα, πείρινθα δὲ δῆσαν ἐπ᾽ αὐτῆς,
κὰδ δ᾽ ἀπὸ πασσαλόφι ζυγὸν ᾕρεον ἡμιόνειον
πύξινον ὀμφαλόεν εὖ οἰήκεσσιν ἀρηρός·
ἐκ δ᾽ ἔφερον ζυγόδεσμον ἅμα ζυγῷ ἐννεάπηχυ.
καὶ τὸ μὲν εὖ κατέθηκαν ἐϋξέστῳ ἐπὶ ῥυμῷ
πέζῃ ἔπι πρώτῃ, ἐπὶ δὲ κρίκον ἕστορι βάλλον,
τρὶς δ᾽ ἑκάτερθεν ἔδησαν ἐπ᾽ ὀμφαλόν, αὐτὰρ ἔπειτα
ἑξείης κατέδησαν, ὑπὸ γλωχῖνα δ᾽ ἔκαμψαν.
ἐκ θαλάμου δὲ φέροντες ἐϋξέστης ἐπ᾽ ἀπήνης
νήεον Ἑκτορέης κεφαλῆς ἀπερείσι᾽ ἄποινα,
ζεῦξαν δ᾽ ἡμιόνους κρατερώνυχας ἐντεσιεργούς,
τούς ῥά ποτε Πριάμῳ Μυσοὶ δόσαν ἀγλαὰ δῶρα.
ἵππους δὲ Πριάμῳ ὕπαγον ζυγόν, οὓς ὃ γεραιὸς
αὐτὸς ἔχων ἀτίταλλεν ἐϋξέστῃ ἐπὶ φάτνῃ.

τὼ μὲν ζευγνύσθην ἐν δώμασιν ὑψηλοῖσι
κῆρυξ καὶ Πρίαμος πυκινὰ φρεσὶ μήδε᾽ ἔχοντες·
ἀγχίμολον δέ σφ᾽ ἦλθ᾽ Ἑκάβη τετιηότι θυμῷ
οἶνον ἔχουσ᾽ ἐν χειρὶ μελίφρονα δεξιτερῆφι
χρυσέῳ ἐν δέπαϊ, ὄφρα λείψαντε κιοίτην·

Le passage de cette semaine s’ouvre sur une description technique et complexe de la façon dont les fils de Priam assemblent le chariot de Priam et attellent les mulets. Beaucoup de mots ont un sens incertain, les étapes pas toujours bien faciles à suivre… Nous avons donc eu besoin de l’appendice du commentaire de Leaf, et au moyen des illustrations, nous y avons vu plus clair. En voici un extrait en annexe à cet article, afin de guider les remarques qui suivent : attelage Il. joug 001.

v. 266 : ἐκ… αἴρω : soulever : les fils de Priam portent le char à mulets hors du hangar où il est rangé. Il a quatre roues et est destiné au transport des présents destinés à Achille. Un deuxième char tiré par des chevaux emporte Priam et le vieux héraut. Priam a donné pour la première fois l’ordre à ses fils d’atteler le charriot au v. 190

ἄμαξα : il s’agit d’une partie du char seulement, la plate-forme avec les roues, sur laquelle on va ajuster d’autres éléments. Voir l’article « Plaustrum » du Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio.

v. 267 : πείρινθα : caisse, panier d’osier qui peut contenir toutes sortes d’objets.

v. 268 : καταιρέω : décrocher ; le joug est pendu à un crochet et les jeunes gens l’en détachent.

v. 269 : ὀμφαλόεν : qui présente une protubérance (cf. fig. 11 Leaf). (Bailly : revelé ou bombé en son milieu comme un nombril).

οἰήκεσσιν désigne peut-être des sortes de poignées, mais on ne sait pas vraiment à quoi renvoie ce terme ; il pourrait aussi s’agir de boucles dans lesquelles on fait passer les rênes (cf. Bailly).

ἀρηρός participe parfait neutre de ἀραρίσκω : adapté ou plutôt ici garni de : bien équipé de οἰήκεσσιν : il s’agirait de poignées (Reichel 1899). Pour Bailly il s’agit d’anneaux (où passent les rênes).

v. 270 : ζυγόδεσμον : courroie de longue dimension qui relie le timon et le joug ; pour pouvoir faire avancer le char, on doit associer le timon au joug qui tient les mulets (fig. 11 Leaf). Selon Leaf, la courroie est fixée au joug en permanence (ἅμα ζυγῷ). 9 coudées = 4m.

v. 271 : τό désigne le joug et non la courroie.

πέζα : tout ce qui est pointu, d’où extrémité ; un timon a deux πέζαι, l’une vers la terre, l’autre vers le joug (πρώτη).

v. 272 : κρίκον : cet anneau dans lequel se met une cheville fait partie intégrante du joug (cf. fig. 8 Leaf).

v. 273 : ὀμφαλόν : protubérance qui se trouve sur le joug et non, comme le dit Bailly, sur le timon. On attache trois fois la courroie autour de cet ὀμφαλόν pour lier fortement le timon au joug, et sans doute aussi en raison de sa longueur de neuf coudées, qui suppose qu’il y en a des restants.

v. 273-274 : comme la courroie est longue de neuf coudées, on l’enroule successivement autour de différentes parties du char pour l’épuiser ; on peut se demander pourquoi on ne l’a pas prise de plus petites dimensions dès le départ.

v. 274 : ἐξείη, s’il ne s’agit pas de l’adverbe ἑξῆς (sans interruption, continuellement), désigne sans doute le parapet de la caisse, sur lequel on vient attacher la courroie.

γλωχῖνα : l’extrémité de la courroie, que l’on replie en dessous (ὑπό) pour bien la bloquer et éviter que tout se défasse. Ce mot est dérivé de γλῶσσα et désigne le bout de la courroie comme une sorte de « langue ».

v. 275 : ἀπήνη : cela désignerait le char dans son ensemble, après ajustement de toutes les pièces qui le composent (par opposition à ἄμαξα) ; voir l’index de l’édition Hachette des extraits de l’Odyssée faite par J. Bérard, H. Goube, R. Langumier. Pour Chantraine cependant, ces deux mots, par métonymie,  sont synonymes chez Homère.

εὐξέστος apparaît trois fois dans notre passage, au v. 271 pour désigner le timon, au v. 280 pour qualifier une mangeoire, et ici pour désigner le char.

v. 277 Les mules, mâles ici, deviennent femelles en 325.

v. 278 : la répétition de Πριάμῳ (cf. v. 277) rend plausible la variante Τρωούς, citée par Leaf, et introduit une allusion à la légende des chevaux de Tros, qui auraient été offerts à ce héros par Zeus en échange de son fils Ganymède, devenu échanson des dieux. Les descendants de ces chevaux appartenaient aux rois de Troie, ce qui peut éclairer le sens de αὐτὸς ἔχων au v. 279 : ce sont les propres chevaux de Priam, et le fait qu’ils appartiennent à un roi leur donne de la valeur, ce qui est souligné par les soins qu’il leur accorde (ἀτίταλλεν).

ὑπάγω se construit avec double accusatif.

v. 280 : φάτνη désigne la mangeoire dans laquelle on met le fourrage (sorte d’échelle horizontale où on met la nourriture, râtelier). Ce mot peut aussi renvoyer à une étable, pour les bœufs en particuliers ; les deux sens semblent acceptables dans notre passage.

v. 281 : ζευγνύσθην est au moyen : Priam et son héraut sont les commanditaires d’une action que l’on accomplit pour eux ; Leaf traduit « were having the horses yoked ». Ce simple verbe résume à lui seul la description complexe qui a précédé.

v. 281-282 : contraste entre l’attitude des deux vieillards, qui ne participent pas aux préparatifs, et l’activité que déploient les fils de Priam puis Hécube aux v. 283-285. Cela tranche aussi avec le courroux impressionnant de Priam quelques vers plus tôt ; il semble ici comme apaisé.

v. 282 : Quelle valeur accorder πυκινὰ φρεσὶ μήδε᾽ ἔχοντες ? Est-ce un simple moyen de remplir le reste de l’hexamètre ? Cette expression est très peu employée chez Homère et ne semble donc pas formulaire. La seule autre occurrence de cette formule exacte est le v. 674 du chant XXIV, qui reprend à l’identique notre vers 282.

Publication : La traducción y sus palimpsestos : Borges con Homero y Virgilio

Nous avons le plaisir de vous annonce la parution de La traducción y sus palimpsestos : Borges con Homero y Virgilio écrit par un fidèle membre de l’atelier, Roberto Salazar Morales, avec Francisco García Jurado.

Voici sa présentation par l’auteur :

L’écrivain argentin Jorge Luis Borges est l’un des fondateurs de la littérature latino-américaine contemporaine. Son rapport aux poètes épiques de l’Antiquité, Homère et Virgile est complexe et problématique. Virgile est une ombre poétique constante dans son oeuvre, il se manifeste
de façon subtile à travers une récupération nostalgique, presque métapoétique, de la langue latine comme langage du poème. Quant à Homère, il incarne, comme souvent, les origines incertaines de la tradition littéraire occidentale. Aussi l' »heureuse méconnaissance du grec » et la « nostalgie du latin » exigent des récupérations différentes dont le fonctionnement est, cependant, analogue. L’oeuvre d’Homère et celle de Virgile nous renseignent, en fait, sur deux aspects complémentaires dans la théorie et la pratique borgésienne de l’écriture littéraire, comprise comme entreprise de copie, d’imitation, de traduction. Traduction qui n’est autre que l’exercice permanent d’une incessante activité littéraire.

garciapalimsestos

Séance n°12 le 21 mars 2014 217-240

Homéristes présents : Manon Brouillet, Marine Glénisson, Claire Guillot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà.

τὴν δ᾽ αὖτε προσέειπε γέρων Πρίαμος θεοειδής·
‘μή μ᾽ ἐθέλοντ᾽ ἰέναι κατερύκανε, μὴ δέ μοι αὐτὴ
ὄρνις ἐνὶ μεγάροισι κακὸς πέλευ· οὐδέ με πείσεις.
εἰ μὲν γάρ τίς μ᾽ ἄλλος ἐπιχθονίων ἐκέλευεν,
ἢ οἳ μάντιές εἰσι θυοσκόοι ἢ ἱερῆες,
ψεῦδός κεν φαῖμεν καὶ νοσφιζοίμεθα μᾶλλον·
νῦν δ᾽, αὐτὸς γὰρ ἄκουσα θεοῦ καὶ ἐσέδρακον ἄντην,
εἶμι καὶ οὐχ ἅλιον ἔπος ἔσσεται. εἰ δέ μοι αἶσα
τεθνάμεναι παρὰ νηυσὶν Ἀχαιῶν χαλκοχιτώνων
βούλομαι· αὐτίκα γάρ με κατακτείνειεν Ἀχιλλεὺς
ἀγκὰς ἑλόντ᾽ ἐμὸν υἱόν, ἐπὴν γόου ἐξ ἔρον εἵην.
ἦ καὶ φωριαμῶν ἐπιθήματα κάλ᾽ ἀνέῳγεν·
ἔνθεν δώδεκα μὲν περικαλλέας ἔξελε πέπλους,
δώδεκα δ᾽ ἁπλοΐδας χλαίνας, τόσσους δὲ τάπητας,
τόσσα δὲ φάρεα λευκά, τόσους δ᾽ ἐπὶ τοῖσι χιτῶνας.
χρυσοῦ δὲ στήσας ἔφερεν δέκα πάντα τάλαντα,
ἐκ δὲ δύ᾽ αἴθωνας τρίποδας, πίσυρας δὲ λέβητας,
ἐκ δὲ δέπας περικαλλές, ὅ οἱ Θρῇκες πόρον ἄνδρες
ἐξεσίην ἐλθόντι μέγα κτέρας· οὐδέ νυ τοῦ περ
φείσατ᾽ ἐνὶ μεγάροις ὃ γέρων, περὶ δ᾽ ἤθελε θυμῷ
λύσασθαι φίλον υἱόν. ὃ δὲ Τρῶας μὲν ἅπαντας
αἰθούσης ἀπέεργεν ἔπεσσ᾽ αἰσχροῖσιν ἐνίσσων·
ἔρρετε λωβητῆρες ἐλεγχέες· οὔ νυ καὶ ὑμῖν
οἴκοι ἔνεστι γόος, ὅτι μ᾽ ἤλθετε κηδήσοντες;

v. 219 : ἐνὶ μεγάροισι enclavé : c’est un motif de contrariété pour Priam.

οὐδέ « et ne pas », ou « même pas ». Scholies : οὐδέ pour οὐ γάρ.

v. 221 : Pour Bailly il y a trois groupes et θυοσκόοι doit être pris comme un adjectif substantivé qui signifie « prêtre chargé de soin des sacrifices », précisant qu’il est différant ddu μάντις et du ἱερεύς mais grammaticalement il n’y a que deux groupes. Les scholies proposent un point en haut après μάντιές, il y aurait deux types de devin : ceux qui pratiquent la divination par la fumée et ceux qui lisent les entrailles. Pour Ameis,le ἱερευς est toujours attaché à une divinité particulière.
Normalement ces gens-là ne mentent pas. Parfois ils se trompent cf. Hélénos au chant VI.

v. 222 = II, 81. Pourquoi première personne du pluriel? Hécube et Priam : « j’aurais dit comme toi ».

v. 223 : Pourquoi theos au masculin?

v. 224 : Thétis répond la même chose aux injonctions de Zeus.

v. 226 : je veux bien qu’il me tue, optatif de concession.

v. 227 : hypothèse du Bailly pour ἀγκάς : peut ἀγκάσι datif pluriel degré zéro de ἀγκών car ἀγκάς se trouve toujours devant un mot commençant par une voyelle.

ἐπὴν γόου ἐξ ἔρον εἵην cité dans Chantraine, Grammaire homérique « Une fois que j’aurai apaisé mon désir de sanglots »

v. 232 : πάντα LSJ sv πᾶς « with Numerals to mark an exact number, ἐννέα πάντες full nine, Od.8.258″

v. 235 : ἐξεσία de ἐξίημι. Pourquoi à l’accusatif? cf. Odyssée 21.20 ce vers quoi on va? Scholies : « délégation ».
Chantraine Grammaire homérique II p.46 accusatif de direction, mouvement vers. On trouve souvent les verbes de mouvement suivis de l’accusatif sans préposition. On peut trouver cela avec les noms de lieux mais on peut aussi le trouver avec des mots qui indiquent un objectif. Il cite alors ce passage avec la traduction « aller en mission ».
Richardson « accusative of respect » cf. IV.384 ἔνθ’ αὖτ’ ἀγγελίην ἐπὶ Τυδῆ στεῖλαν Ἀχαιοί.
Pour Jean Lallot c’est un complément interne « sur le mode de l’envoi en mission ».

v. 235 : περί par-dessus tout.

v. 238 : αἰθούσης surprenant! on n’a pas dit qu’il était sorti.

v. 239 : λώβη : outrage, mauvais traitement. λωβητήρ : celui qui se livre à des outrages. « vils scélérats ».

v. 240 : ὅτι équivalent de « que » en français : « que vous soyez venu me tournmenter »? Usage étonnant. Chantraine Grammaire homérique : parfois ὅτι est utilisé comme un « outil grammatical ».

Le « nouveau » Sappho Séance n°10 le 28 février 2014

Le plaisir de la nouveauté n’est pas souvent accordé aux antiquisants, ainsi avons-nous décidé de saisir l’opportunité qui nous était donnée de lire un poème inédit, presque vierge de tout commentaire (tout du moins de tout commentaire académique, les réactions sur la toile ne s’étant pas fait attendre), délivrés pour un moment du souci infini d’avoir lu tout ou partie des commentaires savants pour pouvoir aborder un texte.

Nous sommes conscients de toutes les précautions avec lesquelles prendre ce fragment justement parce qu’il n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie, et que nous n’avons aucune information sur l’origine du papyrus, aucune photographie, mais même aucune analyse philologique ni aucune traduction de la part de Dirk Obbink.

Nous ne disposons pour l’instant que d’une version préparatoire d’un article à paraître dans la Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, article mis en ligne par l’auteur à la fin du mois de janvier, mais qui n’est plus disponible à ce jour. L’auteur y présente quelques caractéristiques du texte (du texte, et non du papyrus), aussi bien d’ordre philologique que liées à la place à donner à ce poème dans l’oeuvre de Sappho. Il présente ensuite la version diplomatique du fragment (c’est-à-dire le texte qui reproduit exactement, matériellement, ce qu’on voit sur le papyrus. On se contente d’interpréter les graphies. Ici pas de séparation entre les mots et quasiment aucun accent. Mais les diérèses sont notées, ainsi que quelques points en haut), ainsi que ses conjectures. Dans un article du Times Literary Supplement Obbink fournit quelques renseignements supplémentaires sur le papyrus.

Il semble que le papyrus comporte deux poèmes, respectivement nommés par Obbink « poème des frères » et « poème de Kypris ».  Le deuxième étant très lacunaire, nous ne l’avons pas étudié en détail.

Nous nous sommes aidés de la traduction italienne provisoire de Franco Ferrari, éditeur de Sappho, publiée sur son profil facebook et reprise ici, ainsi que de la traduction allemande de Dirk Uwe Hansen disponible ici.

Homéristes présents : Manon Brouillet, Pierre Cuvelier, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà.

Le texte conjecturé par Obbink

ἀλλ’ ἄϊ θρύλησθα Χάραξον ἔλθην
νᾶϊ σὺμ πλέαι· τὰ μέν̣, οἴο̣μα̣ι, Ζεῦς
οἶδε σύμπαντές τε θέοι· σὲ δ᾽οὐ χρῆ
ταῦτα νόεισθαι,

ἀλλὰ καὶ πέμπην ἔμε καὶ κέλ⟦η⟧`ε’σθαι
πόλλα λίσσεσθαι̣ βασί̣λ̣η̣αν Ἤρ̣αν
ἐξίκεσθαι τυίδε σάαν ἄγοντα
νᾶα Χάραξον,

κἄμμ’ ἐπεύρην ἀρτέ̣ μ̣ εας· τὰ δ’ ἄλλα
πάντα δαιμόνεσσι̣ν ἐπι̣τ̣ρόπωμεν·
εὐδίαι̣ γὰ̣ρ̣ ἐκ μεγάλαν ἀήτα̣ν̣
αἶψα πέλ̣̣ο̣νται·

τῶν κε βόλληται βασίλευς Ὀλύμπω
δαίμον’ ἐκ πόνων ἐπάρ⟦{η}`ω’γον ἤδη
περτρόπην, κῆνοι μ̣άκαρες πέλονται
καὶ πολύολβοι.

κἄμμες, αἴ κε τὰν κεφάλαν ἀέργ̣̣ ῃ
Λάριχος καὶ δήποτ᾽ἄνηρ γένηται,
καὶ μάλ’ἐκ πόλλ⟦η⟧`αν’ βαρ̣υθύμ̣ιάν̣ κεν
αἶψα λύθειμεν.

 

Proposition de traduction (Manon Brouillet)

Mais tu répètes sans cesse que Charaxos arrive
avec son navire plein. Cela, je pense, Zeus
le sait, et tous les autres dieux. Mais toi tu ne dois pas
t’occuper de cela,

mais m’envoyer et m’enjoindre
de prier beaucoup Héra souveraine
que Charaxos rentre ici
conduisant un navire sain et sauf,

et qu’il nous trouve en bonne santé. Pour tout le reste
tournons-nous vers les dieux.
Car le beau temps après une grande tempête
arrive rapidement.

Ceux à qui le souverain de l’Olympe veut
faire venir un dieu pour les protéger des peines,
ceux-là sont bienheureux
et très fortunés.

Et nous, si Larichos lève la tête
et devient un jour un homme,
alors vraiment d’un lourd souci
nous serons rapidement délivrés.

Commentaire
ἀλλ’ : Ce mot n’est sans doute pas le premier du poème et on peut conjecturer avec Obbink qu’il nous manque au moins une strophe.

ἄϊ : forme éolienne (cf. att ἀεί), avec une barytonèse éolienne (l’accent remonte le plus possible en dialecte éolien, comme on peut le voir à de nombreuses reprises dans le poème).

θρύλησθα : en éolien la contraction ε+ε donne η (νόεισθαι au v.4 doit sans doute être corrigé en νόησθαι). Nous n’avons aucune information sur l’identité de cette deuxième personne. Vu le contexte familial, son intérêt pour Charaxos et l’autorité qu’elle a sur la locutrice (πέμπην ἔμε), on pourrait penser à la mère, ou bien au troisième frère, puisque selon la tradition Sappho a deux frères aînés et un frère cadet.

Χάραξον : attesté par la tradition comme étant le frère de Sappho, notamment chez Hérodote, II.135. Un poème de Sappho (Reinach 25) fait mention d’un frère, mais celui-ci n’est pas nommé.

ἔλθην : peut s’interpréter comme un infinitif descriptif (à valeur de passé) : « tu dis sans cesse qu’il est venu » ou prescriptif : « Tu réclames sans cesse qu’il vienne ». Suivant Françoise Létoublon εἶμι est centrifuge, ἦλθον centripète et ἔρχομαι neutre.

οἶδε : Qu’est-ce que les dieux savent : le fait qu’on réclame le retour de Charaxos, ou le fait qu’il va revenir (ou non) ? On peut aussi penser à l’interprétation « les dieux savent le faire » (assurer son retour prospère). L’interprétation de οἶδε est corrélée à celle de ἔλθην.

ἔμε : Seule mention de la première personne du singulier dans le poème. Les autres pronoms sont ensuite à la première personne du pluriel (v.9 et 17) : désignent-ils le locuteur et le destinataire (sujet de θρύλησθα)?

κέλ⟦η⟧`ε’σθαι : il s’agit ici d’une correction du scribe : la lettre entre guillemets vient « remplacer » la lettre précédente qui était fautive. Les crochets ⟦⟧ semblent désigner que la lettre qu’ils enferment est raturée, ce qui n’est pas le cas dans la correction du v. 14 ἐπάρ{η}`ω’γον. En effet les {} sont ajoutés dans la version éditée, alors que les ⟦⟧ sont aussi notés dans l’édition diplomatique.

Ἤρ̣αν : Pourquoi la locutrice s’adresse-t-elle à Héra pour un retour sain et sauf en mer ? Les deux dieux invoqués sont Héra et Zeus, avec Héra qualifiée de βασίληα et Zeus de βασίλευς. Peut-être pour s’adresser au plus haut niveau. Dans les Argonautiques, c’est Héra qui protège le voyage de Jason. Ou bien Héra comme liée à la famille. Avec opposition à Aphrodite implicite (selon Hérodote Charaxos est tombé amoureux d’une courtisane en Égypte)?

τυίδε : « ici » (cf. τῇδε).

σάαν : L’enjeu du début du poème se trouve dans l’opposition entre σάαν et πλέαι. Ce qui compte ce n’est pas la richesse, mais un retour en sécurité.

ἐπεύρην : att. ἐφευρεῖν (psilose éolienne), infinitif aoriste de ἐφευρίσκω.

αἶψα : Insistance sur l’idée de rapidité que l’on retrouve à la toute fin du poème au v.20.

τῶν : article en fonction de pronom relatif (régulier chez Sappho). Comment le construire? Complément de ἐπάρωγον? Cette proposition n’est pas facile à comprendre, ni à construire. Aux homéristes de l’atelier plongés dans le chant XXIV de l’Iliade depuis octobre, ce δαίμων protecteur envoyé par Zeus rappelle fortement Hermès.

βόλληται : att. βούληται (de *βόλσηται).

περτρόπην att. περιτροπεῖν de περιτροπέω « faire venir (?)».

ἀέργ̣̣ ῃ : le plus gros problème du texte. La conjecture de Obbink est d’autant plus difficile à comprendre qu’il ne donne pas de traduction. Son article souligne seulement qu’il faut prendre cet adjectif dans son sens positif (non pas « oisif », mais qui ne travaille pas parce qu’il est noble, qui se consacre à l’« otium »). La forme adjectivale ne se comprend que comme venant de ἀεργής (et non ἀεργός), signalé dans le Bailly (1 ex. chez Nicandre) ainsi que dans la version papier du Liddell Scott (mais non dans sa version en ligne). En l’absence de verbe, l’accusatif ne peut alors plus se comprendre que comme un accusatif de relation, mais, outre l’obscurité du sens (il manque un verbe), le καί du vers suivant n’est plus compréhensible.
Nous suivons plutôt la conjecture de Franco Ferrari qui propose de lire ἀέρρῃ, « lever (la tête) ». Dans ce cas il faudrait comprendre les connotations d’une telle expression en grec (le Liddell Scott ne nous renseigne pas là-dessus).

Λάριχος : cité par Athénée comme étant le plus jeune frère de Sappho.

Structure de la strophe sapphique (expliquée par Jean Lallot) :
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ‒
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ‒
‒ ⏑ ‒ ⏓ ‒ ⏑ ⏑ ‒ ⏑ ‒ ⏓ | ‒ ⏑ ⏑ ‒  ‒
Les métriciens considèrent que la strophe (38 syllabes) est un ensemble de trois vers mais depuis l’Antiquité l’usage est de disposer typographiquemet sur quatre lignes.
Tout le livre 1 de Sappho est écrit en strophes sapphiques (c’est la raison pour laquelle selon Obbink ces poèmes font partie du livre 1), mais elle a aussi composé avec d’autres types de mètres, notamment l’hexamètre dactylique.

 

(Je remercie Pierre Cuvelier pour sa prise de notes très précise durant la séance, et Roberto Salazar pour les informations transmises aux membres de l’atelier avant la séance)

Séance n°9 le 14 février 2014 159-187

Homéristes présents : Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Giuseppe Samonà.

ὣς ἔφατ᾽, ὦρτο δὲ Ἶρις ἀελλόπος ἀγγελέουσα.
ἷξεν δ᾽ ἐς Πριάμοιο, κίχεν δ᾽ ἐνοπήν τε γόον τε.
παῖδες μὲν πατέρ᾽ ἀμφὶ καθήμενοι ἔνδοθεν αὐλῆς
δάκρυσιν εἵματ᾽ ἔφυρον, ὃ δ᾽ ἐν μέσσοισι γεραιὸς
ἐντυπὰς ἐν χλαίνῃ κεκαλυμμένος· ἀμφὶ δὲ πολλὴ
κόπρος ἔην κεφαλῇ τε καὶ αὐχένι τοῖο γέροντος
τήν ῥα κυλινδόμενος καταμήσατο χερσὶν ἑῇσι.
θυγατέρες δ᾽ ἀνὰ δώματ᾽ ἰδὲ νυοὶ ὠδύροντο
τῶν μιμνησκόμεναι οἳ δὴ πολέες τε καὶ ἐσθλοὶ
χερσὶν ὑπ᾽ Ἀργείων κέατο ψυχὰς ὀλέσαντες.
στῆ δὲ παρὰ Πρίαμον Διὸς ἄγγελος, ἠδὲ προσηύδα
‘τυτθὸν φθεγξαμένη: τὸν δὲ τρόμος ἔλλαβε γυῖα·
θάρσει Δαρδανίδη Πρίαμε φρεσί, μὴ δέ τι τάρβει·
οὐ μὲν γάρ τοι ἐγὼ κακὸν ὀσσομένη τόδ᾽ ἱκάνω
ἀλλ᾽ ἀγαθὰ φρονέουσα· Διὸς δέ τοι ἄγγελός εἰμι,
ὅς σευ ἄνευθεν ἐὼν μέγα κήδεται ἠδ᾽ ἐλεαίρει.
λύσασθαί σ᾽ ἐκέλευσεν Ὀλύμπιος Ἕκτορα δῖον,
δῶρα δ᾽ Ἀχιλλῆϊ φερέμεν τά κε θυμὸν ἰήνῃ
οἶον, μὴ δέ τις ἄλλος ἅμα Τρώων ἴτω ἀνήρ.
κῆρύξ τίς τοι ἕποιτο γεραίτερος, ὅς κ᾽ ἰθύνοι
ἡμιόνους καὶ ἄμαξαν ἐΰτροχον, ἠδὲ καὶ αὖτις
νεκρὸν ἄγοι προτὶ ἄστυ, τὸν ἔκτανε δῖος Ἀχιλλεύς.
μὴ δέ τί τοι θάνατος μελέτω φρεσὶ μηδέ τι τάρβος·
τοῖος γάρ τοι πομπὸς ἅμ᾽ ἕψεται ἀργεϊφόντης,
ὅς σ᾽ ἄξει εἷός κεν ἄγων Ἀχιλῆϊ πελάσσῃ.
αὐτὰρ ἐπὴν ἀγάγῃσιν ἔσω κλισίην Ἀχιλῆος,
οὔτ᾽ αὐτὸς κτενέει ἀπό τ᾽ ἄλλους πάντας ἐρύξει·
οὔτε γάρ ἔστ᾽ ἄφρων οὔτ᾽ ἄσκοπος οὔτ᾽ ἀλιτήμων,
ἀλλὰ μάλ᾽ ἐνδυκέως ἱκέτεω πεφιδήσεται ἀνδρός.

v. 161 : παῖδες les fils puisqu’ensuite il y a θυγατέρες.

v. 163 : ἐντυπὰς sur l’interprétation de ἐντυπὰς les modernes sont directement dépendants des scholies. Idée qu’il est serré si étroitement qu’on voit les formes de son corps. Quintus de Smyrne reprend ce mot pour désigner l’empreinte dans la poussière.

v. 164 : κόπρος mis en valeur en rejet. Beaucoup de traductions donnent « poussière ». Mazon traduit par « boue ». Il s’agit vraiment d’excréments (d’animaux). Pour certains on n’est pas étonné que dans l’αὐλη il y ait des crottes d’animaux, voir Od. XVII 296. Les scholies proposent σποδός : la cendre. En Il. 18.23 Achille se couvre de poussière, κόνις.
Ce geste de Priam serait-il lié au corps de son fils laissé sans sépulture? donc voué à la putréfaction même si les dieux l’en protègent. Il ne s’agirait pas alors d’un signe de douleur quelconque mais ce serait lié à ce contexte précis.
κόπρος désigne aussi l’enclos où les bêtes vivent donc font leurs besoins : Od. 10.411, Il. 18.575.
Il n’y a que Priam qui fait ça dans l’Iliade.
Athéna fait trébucher un concurrent dans la bou, ὄνθος.

v. 164 : τοῖο Scholies : des glossographes auraient relevé le mot τοῖο et l’auraient glosé par ἀγαθοῦ mais pour le scholiastes c’est l’équivalent de τοιούτου avec valeur admirative. Cela indiquerait-il que les lecteurs anciens voyaient dans cette forme de génitif quelque chose qui rappelait τοιοῦτος?

v. 165 : καταμήσατο hapax καταμάω. Verbe peu utilisé, « amasser » selon les dictionnaires. Dans l’Anthologie palatine : ἀμάω amasser de la terre sur la tête, Flavius Josèphe utilise ce verbe deux fois dans une scène de deuil. Cet emploi unique dans l’Iliade aurait servi de modèle aux emplois suivants.
DELG et LSJ donnent deux verbes ἀμάω. L’autre signifie moissonner et les scholies rapprochent les deux verbes.

175-187 = 146-158 Seule différence : ἕψεται remplace ὀπάσσομεν.

v. 172 : τόδε ici.

v. 177 : Mazon : « seul un vieux héraut te suivra » : si on change la ponctuation on peut comprendre οἶον comme adverbial (cf. Théogonie.26; Agamemnon.131, mais aucun passage d’Homère n’est cité par le LSJ) et allant avec κῆρύξ τίς. Il existe une variante οἶος. Pourquoi Mazon ne la choisit-il pas? Mais les scholiastes comprennent comme la plupart des modernes et commentent que Priam peut y aller tout seul puisqu’il sait conduire les chevaux. De plus si on termine la phrase à ἀνήρ, la construction est asyndetique.

Séance n°7 le 17 janvier 2014 120-140

Homéristes présents : Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Odile Mortier-Waldschmidt, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà.

ὣς ἔφατ᾽, οὐδ᾽ ἀπίθησε θεὰ Θέτις ἀργυρόπεζα,
βῆ δὲ κατ᾽ Οὐλύμποιο καρήνων ἀΐξασα,
ἷξεν δ᾽ ἐς κλισίην οὗ υἱέος· ἔνθ᾽ ἄρα τόν γε
εὗρ᾽ ἁδινὰ στενάχοντα· φίλοι δ᾽ ἀμφ᾽ αὐτὸν ἑταῖροι
ἐσσυμένως ἐπένοντο καὶ ἐντύνοντο ἄριστον·
τοῖσι δ᾽ ὄϊς λάσιος μέγας ἐν κλισίῃ ἱέρευτο.
ἣ δὲ μάλ᾽ ἄγχ᾽ αὐτοῖο καθέζετο πότνια μήτηρ,
χειρί τέ μιν κατέρεξεν ἔπος τ᾽ ἔφατ᾽ ἔκ τ᾽ ὀνόμαζε·
τέκνον ἐμὸν τέο μέχρις ὀδυρόμενος καὶ ἀχεύων
σὴν ἔδεαι κραδίην μεμνημένος οὔτέ τι σίτου
οὔτ᾽ εὐνῆς; ἀγαθὸν δὲ γυναικί περ ἐν φιλότητι
μίσγεσθ᾽· οὐ γάρ μοι δηρὸν βέῃ, ἀλλά τοι ἤδη
ἄγχι παρέστηκεν θάνατος καὶ μοῖρα κραταιή.
ἀλλ᾽ ἐμέθεν ξύνες ὦκα, Διὸς δέ τοι ἄγγελός εἰμι·
σκύζεσθαι σοί φησι θεούς, ἑὲ δ᾽ ἔξοχα πάντων
ἀθανάτων κεχολῶσθαι, ὅτι φρεσὶ μαινομένῃσιν
Ἕκτορ᾽ ἔχεις παρὰ νηυσὶ κορωνίσιν οὐδ᾽ ἀπέλυσας.
ἀλλ᾽ ἄγε δὴ λῦσον, νεκροῖο δὲ δέξαι ἄποινα.
τὴν δ᾽ ἀπαμειβόμενος προσέφη πόδας ὠκὺς Ἀχιλλεύς·
τῇδ᾽ εἴη· ὃς ἄποινα φέροι καὶ νεκρὸν ἄγοιτο,
εἰ δὴ πρόφρονι θυμῷ Ὀλύμπιος αὐτὸς ἀνώγει.

v.123 : ἁδινὰ : longuement ou abondamment. Comme Thétis arrive à un moment précis on peut plutôt traduire par « de profonds sanglots ».

v. 124 : ἄριστον : Les scholies suggèrent qu’il s’agit du repas du matin. Hapax dans l’Iliade, le mot apparaît une fois dans l’Odyssée dans un vers qui semble confirmer qu’il s’agit du repas du matin : Odyssée XVI.2 ἐντύνοντ’ ἄριστον ἅμ’ ἠοῖ.
Racine LSJ : peut-être lié à ἦρι, tôt.

v. 125 : ἱέρευτο : pas de voyelle thématique donc morphologiquement ça ne peut être qu’un plus-que parfait. Leaf : le problème est qu’il n’y a pas de redoublement (le ι est bref). Autant l’augment est capricieux chez Homère, autant le redoublement est systématique. En attique le complément d’agent du verbe passif peut être au datif (à la place de ὑπό+G) au parfait ou au plus que parfait, mais chez Homère on peut le trouver aussi à d’autres temps : κτεινεσθαι Ἀχαιοις être tué par les Achéens.
Connotation sacrificielle de ce verbe? ἱερεύω égorger pour un sacrifice mais ensuite égorger tout court. Lié à la démesure d’Achille? Étrange alors même qu’Achille refuse de manger.

v. 129 : Scholie : Pythagore recommande de ne pas manger de coeur d’animal. Contraste entre manger son propre coeur et manger son repas.

v. 130 : περ porte ou sur γυναικί et dans ce cas l’idée serait qu’il n’y a pas que Patrocle avec qui on peut s’unir mais aussi les femmes OU sur γυναικί μίσγεσθαι ( ce qui est grammaticalement possible selon Denniston 482 et Fränkel, Glotta 14, 1925, 6-13). Cette hypothèse est plus satisfaisant puisque de toute façon chez Homère pas de référence à l’amour entre Patrocle et Achille. (Goube : parfois chez Homère περ a le sens de γε).
Opposition entre la mort et la pulsion de vie. Le γάρ qui suit pousse à comprendre ainsi.
Les scholies suppriment 130-132 : il est inconvenant qu’une mère dise ça à son fils.

v. 131 : Presque les mêmes vers au chant XVI, 852-853 quand Patrocle mourant promet à Hector sa mort prochaine.
μοι datif éthique de la personne qui prend un intérêt particulier dans l’action cf v.85 οἱ.

v. 133 : ὦκα : vite ou tout de suite, maintenant. ξύνες a d’abord le sens de « écoute-moi », plutôt que « comprends-moi ».

δέ, selon Deniston, peut parfois avoir le sens de γάρ, ce qui irait bien ici. Cependant, il existe peut-être une infime différence de sens entre les deux que nous ne sommes plus capables de voir.

v. 139 : Trois optatifs : le premier, εἴη, est un optatif de souhait : Chantraine GH II §320 : « un souhait présenté avec un ton particulier peut exprimer l’acceptation ou l’indifférence », ce serait plutôt « je veux bien ».
Mc Leod : τῇδε signifie toujours « ici » chez Homère et non « ainsi ». Il ne faudrait pas de point avant la suite : qu’il vienne ici celui qui apporterait la rançon. Les Anciens considéraient εἴη comme un équivalent de ἴοι.
Morphologiquement ὅς pourrait-être un démonstratif (cf. ἦ δ᾽ὅς dit-il) mais ici ça ferait référence à qui? Implicitement Priam? Que celui-ci apporte la rançon et emmène le corps.
Ou un relatif mais dans ce cas là il faut une principale et le καί est alors adverbial.
Leaf dit que c’est l’équivalent εἰ τις φέροι (optatif potentiel, qu’on peut trouver même sans ἀν chez Homère).
Que celui qui pourrait apporter une rançon emmène aussi le corps.
Ce que veut sans doute dire Achille, c’est qu’il faut que quelqu’un ait le courage de se présenter ainsi devant lui! En effet : sa mère a seulement dit λῦσον et n’a pas évoqué l’idée que quelqu’un vienne chercher le corps.

v. 139 : ἄποινα les scholies proposent de remplacer par δῶρα sous prétexte qu’on dirait δῶρα pour les morts (en effet on le trouve dans le discours de Zeus au v.119) et ἄποινα pour les vivants. Pour le LSJ ἄποινα peut être utilisé dans les deux cas.

Thétis abrège considérablement le discours de Zeus. Elle dissimule le « pour voir s’il me craint ». Zeus devait convaincre Thétis, puis par son intermédiaire Achille, alors que Thétis ne doit convaincre que son fils.

On remarque la récurrence dans le début de ce chant d’un envoyé qui arrive et trouve le destinataire (Iris trouve Thétis, Iris et Thétis trouvent Zeus, Thétis trouve Achille) avec en tête de vers εὗρε et tout de suite est décrit l’entourage du personnage.

Séance n°6 le 20 décembre 2013 93-119

Homéristes présents: Matthieu Abgrall, Manon Brouillet, Marine Glénisson, Claire Guillot, Jean Lallot, Odile Mortier-Waldschmidt, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà.

ὣς ἄρα φωνήσασα κάλυμμ᾽ ἕλε δῖα θεάων
κυάνεον, τοῦ δ᾽ οὔ τι μελάντερον ἔπλετο ἔσθος.
βῆ δ᾽ ἰέναι, πρόσθεν δὲ ποδήνεμος ὠκέα Ἶρις
ἡγεῖτ᾽· ἀμφὶ δ᾽ ἄρα σφι λιάζετο κῦμα θαλάσσης.
ἀκτὴν δ᾽ ἐξαναβᾶσαι ἐς οὐρανὸν ἀϊχθήτην,
εὗρον δ᾽εὐρύοπα Κρονίδην, περὶ δ᾽ ἄλλοι ἅπαντες
εἵαθ᾽ ὁμηγερέες μάκαρες θεοὶ αἰὲν ἐόντες.
ἣ δ᾽ ἄρα πὰρ Διὶ πατρὶ καθέζετο, εἶξε δ᾽ Ἀθήνη.
Ἥρη δὲ χρύσεον καλὸν δέπας ἐν χερὶ θῆκε
καί ῥ᾽ εὔφρην᾽ ἐπέεσσι· Θέτις δ᾽ ὤρεξε πιοῦσα.
τοῖσι δὲ μύθων ἦρχε πατὴρ ἀνδρῶν τε θεῶν τε·
ἤλυθες Οὔλυμπον δὲ θεὰ Θέτι κηδομένη περ,
πένθος ἄλαστον ἔχουσα μετὰ φρεσίν· οἶδα καὶ αὐτός·
ἀλλὰ καὶ ὧς ἐρέω τοῦ σ᾽ εἵνεκα δεῦρο κάλεσσα.
ἐννῆμαρ δὴ νεῖκος ἐν ἀθανάτοισιν ὄρωρεν
Ἕκτορος ἀμφὶ νέκυι καὶ Ἀχιλλῆϊ πτολιπόρθῳ·
κλέψαι δ᾽ ὀτρύνουσιν ἐΰσκοπον ἀργεϊφόντην·
αὐτὰρ ἐγὼ τόδε κῦδος Ἀχιλλῆϊ προτιάπτω
αἰδῶ καὶ φιλότητα τεὴν μετόπισθε φυλάσσων.
αἶψα μάλ᾽ ἐς στρατὸν ἐλθὲ καὶ υἱέϊ σῷ ἐπίτειλον·
σκύζεσθαί οἱ εἰπὲ θεούς, ἐμὲ δ᾽ ἔξοχα πάντων
ἀθανάτων κεχολῶσθαι, ὅτι φρεσὶ μαινομένῃσιν
Ἕκτορ᾽ ἔχει παρὰ νηυσὶ κορωνίσιν οὐδ᾽ ἀπέλυσεν,
αἴ κέν πως ἐμέ τε δείσῃ ἀπό θ᾽ Ἕκτορα λύσῃ.
αὐτὰρ ἐγὼ Πριάμῳ μεγαλήτορι Ἶριν ἐφήσω
λύσασθαι φίλον υἱὸν ἰόντ᾽ ἐπὶ νῆας Ἀχαιῶν,
δῶρα δ᾽ Ἀχιλλῆϊ φερέμεν, τά κε θυμὸν ἰήνῃ.

v.94 : Leaf : Thétis vient en vêtement de deuil. De même les scholies précisent que le noir convient à une déesse marine et en deuil. Pourtant Leaf précise que c’est le seul passage d’Homère où il est question d’une couleur foncée pour le deuil. Dans ce cas pourquoi dire que Thétis vient en vêtement de deuil? D’autant que κάλυμμα ne semble pas être un vêtement de deuil.
Pour Leaf, κυάνεον = μελάν. Ce n’est sans doute pas le cas. Connotation de brillance de κυάνεον? cf. Adeline Grand-Clément, La fabrique des couleurs. En grec moderne κυανη ακτη veut dire la Côte d’Azur.
Mémoire de l’Université d’Amiens sur les couleurs dans l’Iliade: κυανεος est d’abord un mot technique qui désigne un matériau : le smalt ou la nielle (émail noir). Les objets ouvragés peuvent se référer au matériau mais c’est plus difficile pour les cheveux et le voile
Platon Timée 68 c : « du blanc combiné à du brillant et tombant dans du noir saturé donne la couleur κυανεος ». Pour certains c’est une variante poétique de μελας Il XVI 350 et XX 417, où l’on trouve le même vers avec l’un puis l’autre.

v.97 : ἀκτὴν est complément de ἐξαναβᾶσαι et ἐς οὐρανὸν de ἀϊχθήτην. ἐξαναβᾶσαι chez Aristarque et dans la plupart des éditions selon les scholes, mais on trouve ἐισαναβᾶσαι dans la plupart de nos manuscrits, y compris le Venetus A et chez Eustathe.

v.101 : Aussi bien chez les hommes que chez les dieux quand quelqu’un arrive on l’accueille avec une coupe δέπας (respectivement de vin et de nectar même si là ce n’est pas précisé). Ça fait plaisir (on trouve le verbe χαίρειν). En Iliade I quand Zeus et Héra se disputent Héphaïstos tend une coupe à sa mère et celle-ci se réjouit. Habitude d’hospitalité.

v.105 : πένθος ἄλαστον : le poète parle de Thétis comme si son fils était déjà mort. ἄλαστον racine λαθ- le θ devient σ devant la dentale.

v.106 : ἀλλὰ καὶ ὧς : même dans ces conditions.

v.107 : ἐννῆμαρ neuf jours, alors qu’au vers 31 on parle de la neuvième aurore. Les trois jours de plus seraient les trois jours qui suivent la mort d’Hector : la préparation du bûcher et les jeux funèbres de Patrocle. Puis neuf jours où Achille traine Hector autour du tombeau de Patrocle.

v.108 : Ἕκτορος ἀμφὶ νέκυι : hapax signalé par Leaf. Ailleurs νέκυς est toujours en apposition avec le nom du mort : le cadavre n’est pas une partie de la personne mais la personne elle-même.

v.110 : Pourquoi démonstratif? Annonce la suite. Grammaire homérique II, §254 « Un trait remarquable de la syntaxe de ces démonstratifs chez Homère est que l’article ne leur est pour ainsi dire jamais associé » (sauf trois exemples cités par Chantraine).
Zeus propose à Thétis d’entrer dans le schéma do ut des. Thétis va être associée au montage qui va assurer le κῦδος à son fils.

v.111 : τεὴν subjectif ou objectif? Peut-on penser les deux à la fois? Ton respect et ton affection pour moi OU gardant moi le respect et l’affection que j’ai pour toi? Selon le sens retenu, la signification de φυλάσσων est différente. Les scholiastes font un choix :τὴν πρὸς σὲ φιλίαν, à cause des liens (dont Thétis aurait détaché Zeus, menacé par les autres dieux, I, 401) ou de la μῖξις (mais le scholiaste précise que ça serait atopos. Référence à une union entre Zeus et Thétis? cf. Lucien Dialogue des dieux Zeus et Prométhée).
L’expression est fondée sur αἰδοῖός τε φίλος τε. αἰδοῖός : qui éprouve de l’αἰδῶς ou qui en suscite. φίλος désigne plutôt l’objet de l’affection. XVIII 386 conduit à penser qu’il s’agit plutôt du sentiment de Zeus. « préservant ainsi le respect que je te dois »? (Jean). Mazon : « garder ton respect, ta tendresse », Schadewaldt : les sentiments de Thétis pour Zeus, Hainsworth renvoie au chant XVIII : les sentiments de Zeus envers Thétis.

v.115 et 118 : ἀπέλυσεν et λύσασθαι : bel exemple de la répartition actif/moyen : action d’Achille/action de Priam.

v.116 : αἴ κέν : pour voir si, pour le cas où. πως : d’une façon ou d’une autre. Louis Bosset parle de « fausse finale » (en effet ce tour a souvent été décrit comme ayant une valeur finale). Zeus ne l’envisage pas avec certitude.

v.116 : La scholie 116a précise qu’un participe aurait été plus élégant qu’une coordination de deux verbes conjugués.

v.117 : ἐφίημι donner l’ordre dre dire ou valeur finale de l’infinitif?

v.118 : ἰοντι ou ἰοντα? D’après Leaf il faut construire avec ἰοντα cf. 148 où Iris reprend ces paroles avec οἶον apposé.

Séance n°3 15 novembre 2013 33-53

Homéristes présents: Manon Brouillet, Martijn Buijs, Marine Glénisson, Claire Guillot, Raphaël Saint-Jalm, Giuseppe Samonà.

σχέτλιοί ἐστε θεοί, δηλήμονες· οὔ νύ ποθ᾽ ὑμῖν
Ἕκτωρ μηρί᾽ ἔκηε βοῶν αἰγῶν τε τελείων;
τὸν νῦν οὐκ ἔτλητε νέκυν περ ἐόντα σαῶσαι
ᾗ τ᾽ ἀλόχῳ ἰδέειν καὶ μητέρι καὶ τέκεϊ ᾧ
καὶ πατέρι Πριάμῳ λαοῖσί τε, τοί κέ μιν ὦκα
ἐν πυρὶ κήαιεν καὶ ἐπὶ κτέρεα κτερίσαιεν.
ἀλλ᾽ ὀλοῷ Ἀχιλῆϊ θεοὶ βούλεσθ᾽ ἐπαρήγειν,
ᾧ οὔτ᾽ ἂρ φρένες εἰσὶν ἐναίσιμοι οὔτε νόημα
γναμπτὸν ἐνὶ στήθεσσι, λέων δ᾽ ὣς ἄγρια οἶδεν,
ὅς τ᾽ ἐπεὶ ἂρ μεγάλῃ τε βίῃ καὶ ἀγήνορι θυμῷ
εἴξας εἶσ᾽ ἐπὶ μῆλα βροτῶν ἵνα δαῖτα λάβῃσιν·
ὣς Ἀχιλεὺς ἔλεον μὲν ἀπώλεσεν, οὐδέ οἱ αἰδὼς
γίγνεται, ἥ τ᾽ ἄνδρας μέγα σίνεται ἠδ᾽ ὀνίνησι.
μέλλει μέν πού τις καὶ φίλτερον ἄλλον ὀλέσσαι
ἠὲ κασίγνητον ὁμογάστριον ἠὲ καὶ υἱόν·
ἀλλ᾽ ἤτοι κλαύσας καὶ ὀδυράμενος μεθέηκε·
τλητὸν γὰρ Μοῖραι θυμὸν θέσαν ἀνθρώποισιν.
αὐτὰρ ὅ γ᾽ Ἕκτορα δῖον, ἐπεὶ φίλον ἦτορ ἀπηύρα,
ἵππων ἐξάπτων περὶ σῆμ᾽ ἑτάροιο φίλοιο
ἕλκει· οὐ μήν οἱ τό γε κάλλιον οὐδέ τ᾽ ἄμεινον.
μὴ ἀγαθῷ περ ἐόντι νεμεσσηθέωμέν οἱ ἡμεῖς·
κωφὴν γὰρ δὴ γαῖαν ἀεικίζει μενεαίνων.

v. 33 : σχέτλιος revient souvent pour désigner des dieux : les dieux s’insultent ainsi ou les hommes s’en prennent aux dieux (Agamemnon à Zeus). σχέτλιοί ἐστε θεοί dit Calypso à Hermès en Odyssée V, 118.

v. 35 : ἔτλητε aoriste : Ameis « jusqu’à maintenant vous n’avez pas réussi à vous décider ». Proposition infinitive puis complément au datif avec un infinitif.

v. 41 : ἄγρια οἶδεν : il ne connait que la sauvagerie, les choses sauvages.

v. 42 : ὅς τ᾽ ἐπεὶ rupture de construction, qui fait suggérer à Leaf un ajout tardif. cf. XVII 658 mais où on peut suppléer.

v. 45 : Le vers a été athétisé sous prétexte qu’il était plutôt hésiodique. On trouve beaucoup chez Euripide l’idée du double visage de l’αἰδὼς.

v. 47 : ὁμογάστριον Selon Leaf : le même père et la même mère. Lycaon est l’ὁμογάστριος d’Hector en XXI, 95: il n’est pas le fils d’Hécube. Les scholies opposent ὁμογάστριος à ὁμοπατριος.

v. 49 : Μοῖραι n’apparaît jamais au pluriel ailleurs. Aurait-on pu mettre κηρες à la place? Il semble qu’elles aient les mêmes fonctions que les Kères ailleurs. Les Kères ne seraient-elles pas davantage liées au moment de la mort de chaque individu?

v. 52 : Comment comprendre les comparatifs? Ameis : il faut les comprendre en relation avec l’autre possibilité d’agir. Sous-entendu : ce n’est pas plus beau que ne pas le faire. euphémisme. « understatement », litote.

E. Benveniste, dans Noms d’agent et noms d’action en indo-européen traite de la formation des comparatifs et de leur sens : les formations -ιων/ιστος et -τερος/τατος ne sont pas homogènes :
– τερος/τατος : valeur physique d’éloignement spatial par rapport à l’adjectif au positif
– ιων/ιστος : valeur évaluative : on prend position sur le degré de l’ajectif, ce qui ne correspond pas forcément à une comparaison (κάλλιον : « évaluablement beau »)

Κάλλιον et ἄμεινον, selon cette analyse, ne seraient pas de vrais comparatifs, mais une évaluation possible des adjectifs employés.

v. 54 : κωφὴν γαῖαν : s’agit-il du corps humain ou de la terre outragée par Achille en traînant le corps ? (Mazon, comme Mme Dacier, traduit par « argile insensible » ; Leaf par « senseless clay » ; Schadewaldt : « Denn die stumme Erde mishandelt er mit seinem Zürnen »).
Le corps humain est formé de terre selon la mythologie.
Γαῖα pourrait même désigner la terre comme un dieu (comme les fleuves animés dans l’Iliade).
C’est un mot bien choisi qui laisse libre l’interprétation, crée par son ambiguïté une quasi confusion entre le corps d’Hector et la terre sur laquelle il est traîné, la poussière qu’il soulève.
Les scholies (p. 528) considèrent approprié de comparer le corps à de la terre et citent d’autres exemples, notamment tirés d’Euripide (γῆ καὶ σκία) et d’Empédocle, pour qui le corps est façonné à partir de la terre ; il est frappant de remarquer que les scholiastes, qui d’habitude donnent toutes les interprétations possibles, se rangent toutes à celle de « corps humain », sans considérer l’autre possibilité : il devait y avoir une tradition d’exégèse dans ce sens à leur époque. Toutes les expressions qu’ils citent qualifient des corps morts.